Aujourd’hui, je vais vous parler d’un truc un peu différent. Non, je ne vais pas décortiquer pour vous les 177 lectures de Coline en 2019, ni même vous apprendre à jouer au blackjack en ligne (après tout, le spécialiste des jeux de hasard n’est-il pas Eric ?). En fait, mon activité de chercheur ne représente pas 100 % de mes activités. En effet, grâce à mon métier, je suis souvent amené non seulement à faire des choses variées, mais surtout à rencontrer tout un tas de gens formidables dont les têtes fourmillent d’idées géniales, et j’aimerais aujourd’hui vous parler de certaines de ces personnes, qui ont participé à une formation appelée Numbers.

En plus de mon travail à l’unif, je co-organise une formation à la médiation numérique à Bruxelles, la formation Numbers d’Arts & Publics. Mathias Mellaert, Bruno Dupont et moi-même formons les participants à différents outils numériques, comme des logiciels de montage vidéo, de création de jeux vidéo ou même des CMS comme WordPress. L’objectif de la formation est de leur apprendre à mettre un projet socioculturel sur pied, à trouver des partenaires (comme des musées, des associations, etc.), à budgétiser leur projet, bref, à donner corps à une idée.

Tout s’organise autour de l’idée que le numérique constitue un ensemble d’outils formidables que l’on peut utiliser pour aborder des sujets incroyablement intéressants, parfois complexes, mais toujours importants. Vous ne voyez pas bien en quoi cela consiste ? Eh bien laissez-moi vous présenter les projets de quelques participants de cette année.

Numbers : créer des bandes-annonces de livres sur Minecraft

Le jeu Minecraft a ceci de fabuleux qu’il permet aux esprits les plus fertiles de créer des choses incroyables. Timour, ancien prof de français, l’a bien compris et a décidé de réconcilier les jeunes avec la lecture grâce à un projet bien pensé et basé sur Minecraft. Les ateliers qu’il compte organiser en partenariat avec des bibliothèques s’adressent à des enfants en fin d’école primaire. L’idée est de choisir des bouquins, d’en lire la quatrième de couverture, et de créer de toute pièce des décors sur cette base. Une fois que les enfants auront créé les décors, ils auront pour but de reproduire les évènements décrits sur la quatrième de couverture, de filmer ce qu’ils font au moyen d’un logiciel comme Fraps, et d’en réaliser une bande-annonce sur un logiciel de montage vidéo.

Numbers Minecraft
Minecraft est un outil de médiation culturelle très puissant !

Non seulement ce projet permettrait-il d’attirer les enfants dans les bibliothèques, où seraient organisés les ateliers, mais également de les réconcilier avec la lecture. Il s’agit de s’approprier les histoires au travers de créations numériques. En créant leurs propres bandes-annonces, les enfants mettent en pratique toute une série de compétences, apprennent à utiliser différents outils numériques et gagnent en confiance. En effet, créer est souvent source de fierté, et c’est également un point sur lequel Timour aimerait se concentrer !

Une application, et les aveugles entendent les couleurs !

Lynn Meyer, artiste confirmée dont je suis allé voir les œuvres exposées à Bruxelles, était l’une de nos participantes. Elle travaille les arts plastiques, comme le dessin ou les lithographies. Pendant la formation Numbers, une idée a germé dans son esprit : « et si les non-voyants pouvaient également profiter des arts graphiques ? ». Cette idée a de quoi étonner, n’est pas facile a réaliser, mais dispose d’un incroyable potentiel.

Numbers
En plus d’être belle, cette image s’écoute très bien !

Dans le cadre de son projet « Écouter Bruegel », elle nous a présenté un prototype très intéressant. Son idée ?  Faire en sorte de faire d’une expérience visuelle une expérience sonore. Un clic, et les couleurs deviennent son. C’est ainsi que nous avons pu profiter du tableau de Pieter Bruegel, La Chute des Anges Rebelles, sous forme de sons, une expérience puissante, sans aucun doute ! Cette puissance prend clairement sa source dans la sensibilité artistique de Lynn ! À terme, les utilisateurs devraient pouvoir se plonger de manière très détaillée dans le tableau. Cet ambitieux projet pourrait également intégrer la communauté des non-voyants au processus de création, étant donné qu’ils pourraient participer au développement de l’application, et ce, afin que celle-ci réponde à leurs besoins !

Une expo internationale où les artistes restent chez eux

Vous le savez, la VR permet d’innover dans plusieurs domaines. Ce que vous ne savez peut-être pas, par contre, c’est qu’elle permet également d’innover dans le domaine de la création graphique. Tilt Brush, et d’autres programmes ou jeux permettent de faire des dessins en 3D ! Il est possible de voir les œuvres de plein d’utilisateurs différents en ligne. Alors, Alexis s’est dit : « mais pourquoi ne pas regrouper certaines de ces œuvres physiquement en créant une exposition ? ».  

Numbers Tilt Brush
Il y a moyen de faire de très belles choses sur ce programme !

Comment se présente le projet ? C’est simple, Alexis a choisi quinze artistes internationaux actifs sur Tilt Brush afin que ceux-ci réalisent des œuvres, qui seront exposées lors de l’évènement. L’objectif est de valoriser cette forme d’art, de faire découvrir les possibilités offertes par la réalité virtuelle et de faire connaître les artistes. En effet, les artistes devront faire découvrir leur monde aux visiteurs en dessinant leur atelier (physique et mental) tel qu’ils le perçoivent. Ça promet d’être grandiose !


Pierre-Yves Houlmont

Ceinture noire d'haltérophilie en parachute et passionné par la généalogie des pommes de terre, j'ai décidé de devenir rédacteur dans le domaine du jeu vidéo ! Einstein ne nous a-t-il pas mis en garde contre les pierres ayant tendance à rouler ?

10 Commentaires »

  1. De bien belles idées tout ça ! pour les aveugles c’est pas mal du tout comme idée, le VR permet beaucoup de possibilité. Puis maintenant tu peux avoir le jeu, un outil de création plutôt : Dreams .

    L’école c’est un problème, à mon époque en primaire, on ne te faisait rien lire, et en secondaire c’était tout le contraire, c’était abusé le nombre de bouquin à devoir lire en latin, en grec, en français et en anglais et tous les mois, et des pavés de plus de 400 pages parfois, je peux t’assurer que ça m’a fait une overdose de ce genre de livre, que je suis dégoûté à vie. Imposer les choses ce n’est justement pas à faire. Seulement 177, petite joueuse en 2019 mdr, c’est à cause d’Hollow Knight, elle a séché grave dessus mdr…

  2. C’est fascinant de voir les types de projet que tu peux mettre en place avec le numérique ! Mais il y a tellement d’applications, de logiciels maintenant, on finit par trouver ce dont on a besoin…même si on a aussi souvent besoin d’aide pour les maîtriser et mener à bien des projets. C’est génial que vous puissiez accompagner diverses personnes ainsi. Je suis fan de l’idée des bandes annonces de livres sur Minecraft, ça change et ça peut effectivement faire voir la lecture d’un autre oeil…sans compter les compétences développées par les enfants !

    Et je trouve vraiment intéressant de voir que le numérique peut aussi servir de média pour permettre de voir aux aveugles, certains tableaux, des peintures…il y a une sacrée richesse à leur proposer de ce côté-là. Cela me fait penser à la VR, dans le domaine médical, qui peut être employé pour soigner des phobies, comme celles de chiens, d’autres animaux…une manière d’aider les gens, de leur faire voir/entendre des choses qui leur manquent. Je suis sûre qu’il y a beaucoup à exploiter dans ce domaine.

Laisser un commentaire