Hey, ça fait beaucoup trop longtemps que je ne t’ai pas proposé de nouveau bric-à-brac ! Et j’ai encore au moins mille titres à te recommander, donc il s’agirait de s’y mettre. Pour cette nouvelle sélection, j’ai eu envie de te présenter des jeux indépendants qui défient les lois de la physique : c’est une approche que j’aime énormément, puisqu’elle permet des puzzles originaux et qui forcent à penser différemment, à sortir des codes habituels et à redoubler d’ingéniosité pour atteindre nos objectifs.

Des jeux indépendants fabuleux qui défient la physique !

Dans cette liste (évidemment pas exhaustive), tu trouveras de grands classiques de la scène indépendante, mais aussi des petits jeux très récents qui ont su me charmer et qui méritent tout à fait leur place ici. Tous ont une approche différente de la question, que ce soit par les proportions, les distances ou la manipulation du temps, j’espère donc que tu y trouveras ton bonheur, comme d’habitude !


1. Superliminal

(PC, Mac, Xbox One, PS4, Switch – 2019)

J’ai beaucoup entendu parler de ce jeu ces derniers mois, et c’est à mon tour d’en vanter les mérites. Superliminal est un jeu vraiment malin, qui joue notamment sur la perception des distances : attrape une pomme et pose-la à tes pieds, elle sera de taille normale. Mais lâche-la à quelques mètres de toi, et elle aura triplé de volume ! C’est une des mécaniques de base du jeu, mais il y en a beaucoup d’autres, souvent autour des illusions d’optique et de ce que ton cerveau déduit à tort.

Avec une petite ambiance à la Portal (pour le côté « envers du décor » et la voix off faussement rassurante), des musiques d’ascenseur et un scénario qui te mène par le bout du nez, Superliminal a tout pour te faire passer un bon moment sur ses 2-3 heures de gameplay. Certaines idées auraient pu être mieux exploitées et la fin arrive un peu sans prévenir, mais c’est le premier jeu du studio Pillow Castle et il pose déjà de solides bases pour les prochains !

À voir aussi :

Antichamber (PC, Mac – 2013) : tout aussi psychédélique et farceur, un classique qui peut te donner de sérieux maux de crâne.

Manifold Garden (PC, Mac, Mobile, Xbox One, PS4, PS5, Switch – 2019) : je n’y ai pas encore joué, mais il m’a l’air dans le même esprit.


2. FEZ

(PC, Mac, Xbox 360, PS4, Switch – 2012)

Est-il encore utile de présenter FEZ ? Ce jeu indépendant est devenu culte à sa sortie il y a bientôt dix ans, avant que son créateur ne s’embourbe dans des polémiques sur Twitter et ne décide d’annuler le développement du 2. Il semblerait toutefois qu’il ne soit pas lié au portage sur Switch dont FEZ bénéficie cette année, et de mon côté il s’agit d’un des jeux qui ont cristallisé mon amour pour la scène indépendante à l’époque ; il me semble donc que c’est une bonne occasion pour parler de ce titre !

Tout commence lorsque Gomez découvre un cube, transformant ainsi son monde 2D en un tout nouvel univers en 3D. Le concept est plutôt simple : tu peux déplacer ton personnage, et faire pivoter l’écran pour accéder à toutes les faces du décor. Mais la subtilité, c’est que tout reste à plat : la proximité des objets change donc selon l’angle de vue que tu choisis ! L’idée est brillante et exécutée avec beaucoup de soin. J’ai aussi un faible pour cette direction artistique charmante et colorée, tout en pixel art. Si tu n’y as pas encore joué, c’est le moment !

À voir aussi :

Monument Valley (Mobile – 2014) : un petit jeu très sympa qui profite aussi de paradoxes pour te faire perdre la notion de distance.

The Bridge (PC, Mac, Mobile, Xbox One, PS4, Switch – 2013) : même esprit de casse-tête, j’ai un peu moins adhéré à la direction artistique.


3. Maquette

(PC, PS4, PS5 – 2021)

Tu me connais, je suis de près le catalogue de Annapurna Interactive (dont je possède quasiment tous les titres – ahem), et la sortie de Maquette en mars dernier a immédiatement attiré mon attention. C’est le premier jeu du studio Graceful Decay, et il nous propose une balade à travers différentes tailles de maquettes imbriquées les unes dans les autres : à toi d’amener les objets à changer de taille pour faire avancer l’histoire.

Là aussi, le concept est très intéressant et plutôt bien exploité. Je lui trouve quelques faiblesses d’un premier titre : certains puzzles manquent de direction, et le scénario (l’histoire et l’évolution d’un couple) n’a pas grand intérêt. Mais les développeurs ont déjà proposé plusieurs patchs vraiment utiles, et si tu t’arrêtes à ces quelques points négatifs, tu passeras à côté de toutes les qualités de ce jeu ! Ce que je retiens, c’est la beauté des décors et des graphismes en général, l’ingéniosité des énigmes et cet excellent parti pris sur la musique : c’est la première fois qu’on me propose des chansons d’artistes indé dans un jeu de ce type, et j’ai tout simplement adoré ce choix de bande-son (ce jeu aurait clairement sa place dans un Gaming Tempo). Bref, encore un studio que je vais surveiller de près !


4. The Gardens Between

(PC, Mac, Mobile, Xbox One, PS4, Switch – 2018)

Ça fait déjà quelques mois que j’ai joué à The Gardens Between, et je suis contente d’enfin t’en parler ! C’est un jeu développé et édité par The Voxel Agents qui suit deux meilleurs amis dans leurs souvenirs communs. Pour parcourir les différentes îles, il te faudra manipuler le temps et figer les objets dans la position qui t’arrange. 

C’est une magnifique ode à l’amitié, à l’évolution, à ce qu’on laisse derrière soi en grandissant et ce qu’on parvient à préserver malgré les changements. Toute la direction artistique fait la part belle à la nostalgie, dans un univers très doux et réconfortant. Les mécaniques de jeu sont faciles à prendre en main, efficaces et ingénieuses, et c’est donc une très jolie réussite que tu pourras savourer en moins de 3 heures. Moi en tout cas, je suis sous le charme !


Alors, est-ce que tu connaissais déjà toute cette sélection ? Est-ce que j’ai oublié des titres fondamentaux de jeux indépendants qui défient les lois de la physique ? Je t’attends en commentaire si c’est le cas : j’adore ce genre de puzzle games et je suis donc friande de recommandations. Et quoiqu’il en soit, on se retrouve bientôt pour le prochain bric-à-brac !


7 Commentaires »

  1. Je ne connaissais pas Fez, Rez oui, et le principe de Fez, c’est d’atteindre le sommet parsemé d’embûche, on doit tourner le décor de manière à éviter des choses ? J’aime bien de devoir faire tourner la construction et aussi The Gardens Between. ces deux titres me tentent bien. Maquette, je l’ai dans ma bibliothèque PS5, mais il faut que j’aie la console ^^.

    Ce que j’attends c’est un jeu de course indépendant, Circuit Superstars, je me demande toujours quand il va sortir. A l’époque, sur Amiga, je jouais à de très bons titres comme celui-là, bon évidemment c’était moins beau, c’était super cars 1 et 2.

    Bon boulot Coline !

    • Alors oui, tu tournes le décor dans Fez, surtout pour rapprocher des plateformes ou te créer un chemin 🙂 (c’est mieux expliqué dans le trailer, c’est difficile de décrire avec des mots haha) Il est vraiment chouette !

      Ah j’y connais rien en jeux de course, à part Mario Kart haha !

      Merci beaucoup 😀

      • Il y a une démo, on doit récupérer des fragments de cube, qui permettent d’ouvrir des portes, on doit faire tourner le décor de manière à pouvoir les récupérer, et grimper. Il coûte 10 euros, j’aime bien ce jeu, je le prendrai prochainement.

  2. Coucou Coline ! Désolé à toute l’équipe je suis complètement à la ramasse je lis les articles assez en retard…

    En tout cas le thème de ce bric-à-brac a la mérite d’être très original ! De tête un jeu qui me vient à l’esprit c’est Gravity Rush (1 et 2).

    Les mécanismes reposent sur la gestion et le contrôle de la gravité. Les combats, les déplacements, l’exploration te demandent de jouer avec les lois de la physique, en activant ou désactivant la gravité.

  3. Tu vois, je ne connaissais ni Fez ni Superliminal, tu nous fais toujours de belles découvertes Coline ! Fez a l’air très joli avec son style pixel art, moi qui ne suis pas forcément attirée par ce type de graphismes, je trouve que là ça se prête encore plus au jeu.

    J’aurais adoré jouer à Maquette, mais la PS5 n’est pas pour tout de suite, et vu ton avis, il ne sera pas dans les priorités de toute façon. J’ai récemment joué à The Gardens Between aussi, je l’ai trouvé très agréable et très doux, c’était une petite bulle de douceur au milieu d’autres jeux, avec ces souvenirs en filigrane, cette façon de parler de l’amitié et d’un déménagement… il ne se refait pas 3 fois, mais il est vraiment tranquille et très fun dans ses mécanismes. Je ne connais pas d’autres jeux dans ce style, toutefois.

    J’ai pensé à toi, j’ai commencé Genesis Noir, c’est très surprenant, mais aussi très intrigant !

    • Ah tiens, ça me fait plaisir de te faire découvrir ces deux jeux ! Et je te rejoins, j’aime beaucoup les graphismes de Fez aussi. 🙂

      Oui, si tu n’as pas de PS5 sous la main, un let’s play suffira peut-être pour te montrer l’ambiance de Maquette, et sa super BO (si tu aimes la folk indé !). Et je suis contente qu’on soit du même avis pour The Gardens Between, il est effectivement très doux et nostalgique !

      Oh yeaaaah, éclate-toi bien sur Genesis Noir ! Quel voyage, ce jeu !

Laisser un commentaire