On a tous regardé des Disney au moins une fois dans notre vie, pleuré devant Les Aristochats, ri quand la mère de Bambi se fait déglinguer à coup de double canon ou quand Mufasa a eu la mauvaise idée de faire de l’escalade sans être assuré. On a tous aussi ce pote plutôt louche qui connait par cœur les chansons Disney, mais n’est pas foutu de retenir notre date d’anniversaire, et qui vous parle en citations du style : « Détends-toi, je suis ton ami, un peu d’eau fraiche et de verdure sous le vent des cathédrales et hakuna matata quoi ! ». Grâce à Kingdom Hearts III, il est possible de se plonger dans l’univers Disney et d’enfin y faire preuve d’une violence méritée. C’est parti pour notre test de Kingdom Hearts III qui n’aurait jamais vu le jour sans la confiance de Square Enix. Du coup, merci Square Enix !

Test de Kingdom Hearts III : des cinématiques en cascade

Comme vous le savez probablement, Kingdom Hearts III est un Action/RPG dans lequel vous incarnez Sora, une sorte de racaille qui tente de poignarder les méchants Disney avec sa clé de garage, la Keyblade. Votre but ? Je… suis pas encore sûr. J’ai joué aux autres opus, regardé les vidéos de rappel pour essayer de comprendre exactement de quoi il retourne, mais force est de constater que l’histoire est compliquée SA [MÉCHANTE BELLE-]MÈRE !

Test de Kingdom Hearts III
Ici, ça commence fort au niveau visuel !

Les méchants du jeu me rappellent un peu ce mec qui présente sa dissertation devant la classe, qui n’a aucune idée de ce qu’il raconte, mais ajoute des mots et des concepts compliqués pour faire genre. « Alors, on a décidé de trouver la vraie force de ce monde, qui réside dans le côté ténébreux des cœurs. Pour réaliser notre plan machiavélique, nous allons séparer les mondes en deux dimensions grâce à la rétroaction du similicuir combiné à un overlock de la puissance magique de la lumière pour enfin utiliser les ténèbres et compléter les photons et la force de l’amitié avec de la HAINEEEEEEEE. » Bref, l’histoire est plutôt dédaléenne, certes intéressante, mais ô combien longue et compliquée. Les néophytes seront donc peut-être (sans aucun doute) un peu perdus.

Test de Kingdom Hearts III
Les réseaux sociaux sont partout !

D’ailleurs, pour être sûrs que l’on comprenne quelque chose, les développeurs ont décidé de multiplier les cinématiques. À chaque fois qu’une séquence commence, vous pouvez vaquer un peu à vos occupations, faire la vaisselle, le ménage ou finir d’écrire une fan-fic cross-over entre 50 Nuances de Grey et La Belle et la Bête, parce que vous êtes partis pour minimum 20 minutes ! Si je ne devais citer qu’un défaut, ce serait celui-là. Pour l’anecdote, au cours de ce test de Kingdom Hearts III, le jour où j’ai reçu le code, j’ai joué quelques heures et ai décidé de m’arrêter à 22 heures. Une heure plus tard, je trouvai seulement le point de sauvegarde qui me permettait d’aller me coucher… Bref, c’est long, et les points de sauvegarde ne sont pas forcément des mieux placés.

Des combats nerveux

Comme tout bon action/RPG qui se respecte, Kingdom Hearts III propose des combats nerveux en temps réel. Ceux-ci reposent en grande partie sur le skill : magie, attaques physiques, attaques combinées, esquives, contres, tout est là ! Vous gagnez de nouvelles compétences, attaques et magies au fur et à mesure que vous montez en niveau, ce qui encourage à farmer un peu avant de continuer son chemin. Cependant, le farming n’est pas indispensable, comme le montre l’option permettant de bloquer la progression de votre personnage afin de profiter d’une expérience plus difficile (paye ton masochisme quand même).

Test de Kingdom Hearts III
AYEUeuK !

Votre équipe de base est toujours constituée de Sora, Dingo et Donald, et se trouve enrichie des personnages du monde où vous vous trouvez. Ainsi, dans Toy World, vous vous battrez à côté de Woody et Buzz, dans le monde de Raiponce, de Raiponce et de Eugène, etc. Comme d’habitude, il est assez satisfaisant de se battre aux côtés de ses personnages préférés. Certaines situations sont assez ironiques, comme lorsque vous rencontrez Buzz et qu’il vous prend pour Dingo, étant donné que vous ne pensez pas être un jouet.

Test de Kingdom Hearts III
Phase en mode FPS !

La grande nouveauté, ce sont les attractions. Vous vous êtes toujours dit que le manège tournant de Disneyland ferait une excellente arme de destruction massive ? Vous vouliez absolument pouvoir vous en servir pour poutrer des sans-cœurs ? Non ? Moi non plus à vrai dire… Si, visuellement, ces attaques envoient du pâté en croute ardennais, j’ai eu du mal à en profiter réellement, au vu de leur nature assez étrange. Vous me direz que se battre aux côtés de Donald et Dingo est déjà particulièrement chelou en soi, mais les manèges sont peut-être un peu too much à mon goût.

Vers la galaxie en Vespa

Il convient de souligner les prises de risque de la part des développeurs. En effet, ils ont fait en sorte de varier les gameplays. Durant ce test de Kingdom Hearts III, j’ai bien sûr pu m’essayer aux combats classiques, mais également à des phases plus originales, comme les phases en FPS dans le monde de Toy Story. Durant ces phases, vous pouvez contrôler une sorte de mécha pour dézinguer vos ennemis à coup de lasers, de bombes à neutron et canon tri-sismique pluripolarisé. Étonnamment, ces phases sont très bien maitrisées.

Test de Kingdom Hearts III
Les environnements sont enchanteurs !

Entre les visites de mondes, vous pouvez également vous promener en vaisseau spatial. Loin de n’être qu’une phase intermédiaire, cela constitue un gameplay à part entière. Vous pouvez pimper votre vaisseau, explorer la galaxie à la recherche de pièces pour améliorer votre engin, vous battre contre des boss interstellaires, etc.

Test de Kingdom Hearts III
Buy my merch mother fucker!

Si ces expériences sont souvent réussies, difficile de ne pas remarquer un peu de remplissage. Pour terminer le jeu à 100 %, il faudra vous atteler à de nombreuses tâches, parfois jusqu’à vous sentir un peu étouffés par leur omniprésence : photos d’emblèmes cachés dans les niveaux, récolte d’ingrédients pour le bistrot de Ratatouille, récolte de composants pour améliorer les Keyblades, récolte de pièces pour votre vaisseau, jeux rétro façon Tiger. On a un peu l’impression de ne jamais être tranquille et de ne jamais pouvoir profiter simplement du voyage. Durant mon test de Kingdom Hearts III, j’ai un peu eu l’occasion de conduire avec une sorte de gamin hyperactif casse-burne sur la banquette arrière qui me demandait en permanence de compter les voitures rouges tout en me montrant ses dessins et en me racontant sa journée à l’école.  Dans un jeu où on a l’occasion de visiter les mondes de nos personnages Disney préférés, il est dommage de ne pas mettre davantage l’accent sur la contemplation et la découverte.

Plus beau que le prince charmant

Et pourtant, les décors sont souvent somptueux et remplis de clins d’œil (qui flirtent parfois dangereusement avec le placement de produit). Par exemple, le monde de Raiponce est enchanteur à souhait, et donne envie de passer son temps à faire des balades dans les bois. C’est beau, coloré et drôle à la fois. Certains niveaux sont peut-être un peu banals, comme le monde d’Hercule, mais ils sont des exceptions plutôt que la règle.

Test de Kingdom Hearts III
Raiponce et Eugène !!!!

Vos allées et venues dans ces différents mondes sont accompagnées par une musique de qualité, quoiqu’un peu redondante de temps à autre. Après avoir entendu un remix de « Je suis ton ami » pendant des heures, j’ai eu furieusement envie de retrouver ma peluche à l’effigie de Woody afin de la sacrifier au Monarque infernal. Cependant, dans l’ensemble, les musiques et les décors constituent un tout cohérent et plaisant.

Test de Kingdom Hearts III
Les réactions des personnages sont crédibles !

En somme, ce test de Kingdom Hearts III est formel : ce titre vaut le coup. Couplez ses nombreuses qualités à une grande durée de vie (comptez un minimum de 80 heures de jeu si vous souhaitez profiter pleinement de l’expérience) et vous obtenez un must-have dans votre ludothèque. Le titre n’est pas exempt de défaut, mais il répond parfaitement aux attentes des fans de la saga.


Impossible de se tromper dans ce test de Kingdom Hearts III, il s’agit d’un must-have dans votre ludothèque. Après tant d’années d’attente, force est de constater que les développeurs savaient clairement ce que les fans attendaient, tant du point de vue de l’histoire que du gameplay ou des graphismes. Ce test vous a convaincu ? Pensez à acheter le jeu via nos liens affiliés ! Merci bien ! 

La note de la rédaction
  • Gameplay - 9/10
    9/10
  • Graphismes - 9/10
    9/10
  • Bande-son - 7/10
    7/10
  • Scénario - 7/10
    7/10

Les plus et les moins

✔︎ Un retour tonitruant !
✔︎ Raiponce et Baymax !
✔︎ Un gameplay dynamique et varié !

✘ Un poil trop de trucs à faire...
✘ Des points de sauvegarde parfois trop espacés !
✘ Des musiques qui peuvent énerver...
✘ Une histoire particulièrement compliquée !

8.0/10

 


Pierre-Yves Houlmont

Ceinture noire d'haltérophilie en parachute et passionné par la généalogie des pommes de terre, j'ai décidé de devenir rédacteur dans le domaine du jeu vidéo ! Einstein ne nous a-t-il pas mis en garde contre les pierres ayant tendance à rouler ?

17 Commentaires »

  1. Pierre-Yves mon grand tu es magique XD. La prochaine fois faut demander à Square Enix de t’intégrer dans le jeu car tu es un phénomène ! Je n’ai pas arrêté de rire pendant toute la lecture du test, bingo, tu as gagné XD. J’apprécie que tu donnes une estimation concernant la durée de vie du jeu (c’est pas le cas sur les autres tests que j’ai lu). Du coup 80 heures c’est bien trop pour moi car j’aime bien finir tous mes jeux, mais pas y passer 10 ans non plus. Pas de souci pour les liens affiliés, je passe tout le temps par vos liens, même si c’est pour acheter des broutilles 😉

    • Haha, merci Bruno ! Devenir un personnage de jeux vidéo ne faisait partie de mes projets, mais je vais commencer à y réfléchir ! Personnellement, j’apprécie quand la durée de vie est longue, mais c’est vrai que j’ai davantage tendance à décrocher…

  2. Excellent texte une nouvelles fois. Bon, si j’avoue me désintéresser totalement de cette licence (le mashup avec le côté japonais me parle pas, tout comme le gameplay avec ces 36000 animations), par contre je kifferai un véritable jeux Disney (je suis limite nostalgique des Infinity, c’est dire ^^).

  3. Si tu aimes les jeux avec des points de sauvegarde trop espacés et des cutscenes un peu trop longues, j’ai un bon client pour toi !

    Valkyria Revolution, j’y ai joué 1h30 pour seulement 6 minutes de gameplay effectif… une horreur ! Heureusement l’heure et demi à venir dans le jeu me fera aussi profiter d’une dizaine de minutes supplémentaire de gameplay effectif…
    Quand le storytelling dépasse le cadre du jeu…

  4. Kingdom hearts est un jeu assez varié, je ne sais pas celui-ci…. les autres fonctionnent comme des planètes. Et chaque planète à son univers : la belle et la bête, le roi lion, la petite sirène etc… D’ailleurs le jeu est varié parce que pour la petite sirène on doit appuyer sur les touches en rythme pendant la chanson ou alors dans l’univers de Winnie tu dois attraper des choses, les collecter… ce n’est pas que taper sur des sans cœurs tout du long, le jeu propose des mini-jeux en gros.

    L’histoire n’est pas mauvaise mais alors même en les faisant tous, on finit par s’y perdre un peu, à un moment on est Sora qui ne s’appelle plus sora car c’est un sora du futur, etc. etc. et encore je ne suis même pas sûr d’avoir compris cette branche de l’histoire mais il faut avouer qu’il y a des beaux passages et musiques vraiment top. Entre autres le gameplay est souvent changé, même si les bases sont les mêmes ils les changent à un tel point, je ne sais si c’est l’épisode sur portable mais c’était devenu un système de carte, totalement ahuri de tomber là-dessus alors que le gameplay et surtout donc les touches étaient bien mieux pensées, associé à cela qu’on a certains personnages de Disney avec nous, sous forme de pouvoir supplémentaire ou avec nous, des potions de santé à prendre, et plus on avance et plus tout cela s’améliore tout comme la keyblade(on en obtient d’autres), dont je trouve qu’elle est une bonne idée, car oui une clé ben pour ouvrir les portes parfois et détruire ses ennemis.

    Kindom hearts sont des jeux fort semblables en apparence, qu’on a l’impression de jouer au même jeu et à la même histoire sauf que le jeu muri d’épisode en épisode. Il y a de gros bémols dans le jeu des sauts pourris, une longueur de dialogue parfois on a envie de zapper, un gameplay avec des pouvoirs pas toujours évidents à aller choper en plein combat, il faut avoir un œil sur tout ça et l’autre sur les ennemis, souvent assisté de dingo et Donald, qui eux aussi ont des pouvoirs et que vous pouvez améliorer plus tard, des sorts que vous pourrez avoir avec des points, etc. etc. oui il y un tas de choses à prendre en compte car si vous ne faites pas progresser votre personnage en mettant les bonnes choses, vous allez galérer à avancer, une fois qu’on a compris le jeu, là il devient fun mais bon je ne sais pas si tout cela se retrouve dans celui-ci ? Et puis aussi chaque univers n’est pas si grand que ça mais parfois on doit y revenir plusieurs fois afin de l’avoir complété à 100%. Sinon chaque jeu il faut entre 30 et 40 heures pour en faire un disons correctement, ici 80 heures…ils ont mis quoi dans le jeu ^^ Hercules toujours l’arène avec des combats et tu dois finir premier? Ils ont pris l’univers de toys story et quoi d’autres sérieux …..

    C’est dommage dans ce jeu c’est la redondance parce que Disney a un tas de film d’animation à exploiter. Par contre dans la compilation sur ps4 on pouvait sauver quand on voulait il me semble, en tout cas souvent, je le faisais souvent ^^ Il ne faut pas oublier que c’est Square Enix et que les personnages de final fantasy sont dedans. A la limite le jeu serait vraiment super mais en dégageant les autres univers pour n’en mettre que des nouveaux, mais je ne sais pas s’ils ont fait ça.

    • Pour le monde d’Hercule, non, il ne s’agit plus de l’arène, même si je pense que j’aurais préféré ce cas de figure… C’est vrai que les jeux sont assez semblables, mais bon, avec autant d’années entre les dates de sortie, je trouve que ce n’est pas encore trop choquant 🙂

  5. Merci pour ce test bien construit et plutôt marrant à lire. Ça change des tests psycho rigides basés sur des critères extrêmement précis laissant peu de place à l’imagination.
    Pour les musiques, je suis déçu qu’ils n’aient pas changer ce côté répétitif et “énervant” pour reprendre tes termes. C’était le cas dans tous les précédents opus : si vous restez longtemps dans un même monde, vous étiez obligés d’éteindre le son au prix de devenir complètement dingue.
    Pour le scénario c’est exactement la même type de commentaires à la sortie de chaque opus c’est à dire le côté trop compliqué… et c’est dommage car je trouve qu’ils sont cohérents à chaque fois dans la narration et s’efforcent à faire des rappels. KH3 est la conclusion de 9 jeux inter-connectés, normal que ça soit compliqué. Un ami, fan incontesté de la saga, trouve au contraire qu’ils vont trop vite dans le scénario, ne répondent pas à toutes les questions laissées en suspens par les précédent opus et pourraient ajouter plus de scènes. Comme quoi…. ^^.
    Un jeu donc pas pour les néophytes…

    • Merci pour ton commentaire, ça fait plaisir ! J’avoue que je n’aime pas trop baser mes tests sur des templates trop semblables, je préfère m’amuser en écrivant !

      Concernant le scénario, je suis d’accord, l’histoire dans son ensemble est cohérente et plutôt bien construite, mais ça demande un sacré effort de la part du joueur pour être reconstituée, ce qui n’est pas un défaut en soi.

      Oui, les néophytes auront un peu de mal avec le jeu, mais il restera tout de même fun, je pense.

  6. Une belle critique et drôle à lire ! Je n’ai pas fait le 3, je n’en suis qu’au 2. Mais effectivement, le 1 était simple, le 2 est plus compliqué au niveau de l’histoire. et ça ne va que s’accentuer visiblement….Le 3 semble véritablement valoir le coup malgré ses défauts de monde vide ou de trop-plein de cinématiques. Et puis, replonger dans les mondes de Disney et voir la conclusion d’une histoire aussi vaste, ça vaut quand même le coup !

  7. Je me réjouis de lire un test assez positif sur le jeu, qui a quand même été pas mal rudoyé par les fans. J’ai personnellement adoré l’expérience de jeu même si elle est loin d’être exempte de défauts. La narration est la même que celle du deux, qui a plus de dix ans. On est dans quelque chose de clairement daté, en dépit de la beauté des graphismes et du dynamisme des combats. Et comme toi, j’ai trouvé les cinématiques omniprésentes. Bref, merci pour ce test drôle et efficace qui soulèvent des points importants. Je me suis très vite lassé des attaques faisant intervenir des attractions Disney, moi aussi. Et même si le gameplay est très varié, j’ai regretté qu’il y ait une foule de mini-jeux ou collectibles, mais aucune véritable quête annexe. Et rassure-toi, même un fan de la franchise se perd dans les dédales de l’histoire principale. Le pire réside sans doute dans le fait que les personnages de Final Fantasy se soient évanouis dans la nature… Bref, je me plains, mais j’ai quand même beaucoup aimé cette expérience vidéoludique.

Laisser un commentaire