Le mercredi 13 décembre 2017 sortait le tout dernier épisode flambant neuf de Star Wars : Les Derniers Jedi. Ai-je trépigné d’impatience à l’idée de m’évader dans mon monde fictionnel préféré ? Possible ! Ai-je versé quelques larmes durant ma séance ? Exact. Mais la question est, était-ce des larmes de joie ou de douleur atroce ? La réponse en quelques spoilers, c’est maintenant !

Star Wars, un héritage tu auras

Il y a 40 ans, George Lucas voulant adapter Flash Gordon et n’ayant pas les droits nécessaires pour développer ce projet, décide de créer son propre Flash Gordon. De là naquît l’unique Luke Skywalker. Luke, pensant être un simple garçon de ferme, quitte sa famille pour nous faire vivre la plus incroyable des aventures. C’est là que tout a commencé : la quête du héros, le schéma initiatique d’un protagoniste hors du commun, l’évolution de l’être humain, le passage à l’âge adulte. La rencontre de C- 3PO, R2D2, un chewie bien poilu, une tête brûlée nommée Han Solo, une Carrie Fisher qui restera à jamais gravée dans mon âme… En somme, une licence unique transgénérationnelle qui perdurera encore et toujours jusqu’à la fin des temps. Vous l’aurez compris, c‘est avec la plus grande émotion que je rédige aujourd’hui ces quelques mots. Bien que je fasse tout mon possible pour honorer ce bout de paradis qu’est l’univers Star Wars, rien ne sera jamais trop beau selon moi pour décrire cette histoire. Alors passons directement au sujet du jour : l’épisode VIII, baptisé Les Derniers Jedi.

Critique de Star Wars : Les Derniers Jedi
Que la Force soit avec vous tous, mes amis ! 

Rian Johnson, un épisode VIII tu réaliseras

Mais qui est Rian (ça fait très gossip je l’avoue…) ? Réalisateur de Looper en 2012 avec Joseph Gordon Levitt et Bruce Willis mais surtout réalisateur d’un épisode emblématique de la série Breaking Bad (saison 5 épisode 14), Rian Johnson a été élu pour reprendre les rênes de la saga (du moins uniquement l’épisode VIII pour le moment).  Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce dernier s’est fait bien plaisir en réalisant Les Derniers JedisSi j’ai commencé cet article sur les chapeaux de roues, en déclarant un hommage à Star Wars, c’est bien pour une raison précise. Je suis partagée entre le sentiment de gêne concernant certaines scènes tirées par les cheveux (cf. une Princesse à gros donuts qui survie dans l’espace) et un sentiment de satisfaction (avoir la chance de vivre une nouvelle fois, un moment de bonheur dans ce monde fantastique). Ayant déjà précisé ce détail précédemment, Star Wars est une licence transgénérationnelle tant pour le public (un père de famille qui transmet un héritage à ses Padawans), que pour les réalisateurs (Lucas qui confit les commandes aux petits nouveaux tels que Rian Johnson). Alors on ne va pas partir sur la polémique Disney car ça ne m’intéresse pas, non. Penchons-nous plutôt sur les choix cocasses du réalisateur…

Les Derniers Jedis : la frustration tu sentiras

Tu peux survivre sans scaphandre ?! Hmm… Pourquoi pas !

Un Luke skyzo… euh… partagé !

Alors ce que je me demande c’est pourquoi tant de haine ?!! On retrouve ici un Luke partagé entre le bien et le mal. Si bien que je me suis demandée s’il n’allait pas être le méchant garçon de l’histoire coupable du penchant de Ben (Kylo Ren) pour le côté obscur de la force. Et c’est sans doute volontaire de la part du réalisateur, de semer la pagaille dans le cerveau des spectateurs. Sauf que Luke a toujours été l’exemple même du personnage droit sur tout rapport, le fait de dénaturaliser le protagoniste m’a énormément gêné.

Oh, un laser ! Et plouf ! Plus de laser !

Je ne sais pas vous, mais s’il y a bien une chose en particulier que j’ai attendu pendant deux années, c’est la transmission du sabre laser entre Rey et Luke… Et là, les blagues s’enchaînent ! J’évoque même une marvelisation de l’épisode VIII. Alors oui, c’est rigolo la répartie et le second degré, mais il y a des limites à ne pas dépasser surtout quand il s’agit de Star Wars et de gâcher un moment aussi important dans la suite des événements.

Une princesse à la dérive…

Je ne vais pas m’éterniser sur ce moment où, après une grosse explosion, Leia flotte dans l’espace en ayant une commotion et ouvre les yeux en atteignant par la Force, mesdames et messieurs, oui par la Force, ce qui’il reste du vaisseau. Ohh Wahoou !

Une guerre des étoiles interminable

Star Wars porte bien son nom, puisque c’est une guerre des étoiles (non sérieux ?). Oui mais voilà, je me suis habituée à découvrir d’autres planètes durant les sept précédents épisodes. Ce n’est pas censé être qu’une seule et simple guerre des étoiles, non ! Il règne un univers tout autour qui n’attend qu’à être exploité ! Dans n’importe quel autre épisode, la moitié du temps se passe sur une planète, où l’on découvre des personnages, leur façon de vivre et de comprendre, le contexte de l’histoire. Ici, on confie une mission à Finn et à sa nouvelle amie (je reviendrais sur eux tout à l’heure) : faire un aller-retour rapide sur Canto Bight pour trouver un hacker afin de les aider dans leur quête. Ce qui a duré, dix minutes tout au plus ! Trop peu pour moi…

Twist and shout

Pour en finir avec la liste des points noirs concernant l’épisode VIII (car je ne pourrais pas tous les citer) : les twists vraiment pas indispensables et bien trop présents à mon goût. L’impression d’être sur une montagne russe ne vous dit rien ? Moi si ! Bien accentuée d’ailleurs ! Ce fut un manège de scènes épiques (dédicaces aux 15 premières minutes) suivies de scènes de mauvais goût. D’où le fait que je sois partagée, dubitative. Est-ce que l’épisode VIII en valait vraiment la peine ou non ?

Le duo de choc de l’année 2018 !

Johanna, un peu de douceur tu donneras

Premièrement, si tu lis encore cet article merci à toi ! Sache qu’un chocolat chaud t’attend si tu continues dans cette voie. Pour répondre à la question précédente, oui ! Star Wars : Les Derniers Jedi en vaut quand même le détour. Bien que l’héritage fut tumultueux selon moi :

  • J’ai beaucoup aimé la relation ambiguë qu’entretiennent Kylo et Rey. J’avais déjà misé, contre tout attente, sur Adam Driver dès l’épisode 7 (qui plus est, connu pour l’excellente série GIRLS).
  • Il y a évidemment le nouveau duo : Finn & Rose. Une femme attachante et touchante saupoudrée d’une force mentale incroyable.
  • Les batailles intergalactiques évidemment ! Je vous conseille de voir le film en 3D. Bien que je ne sois pas trop fan de base, je peux vous assurer que c’était extrêmement plaisant.
  • Canto Bight (Croatie) et le célèbre Salar d’Uyuni (Bolivie) bien que ces deux endroits paradisiaques ne sont pas assez exploités dans le film. ll faut admettre que la bataille entre le premier ordre et la résistance, illustrée entre autre par des AT-AT impériaux, fait dresser nos poils de bras !
Critique de Star Wars : Les Derniers Jedi
Bah ! Pourquoi ils sont tout rouges ceux-là ?

Le mot de la fin tu accepteras !

En somme, chers lecteurs, j’ai versé quelques larmes au cinéma. Des larmes pour un générique symbolique, oui, accompagnées d’une colère en voyant quelques fautes de goût telle une maman mécontente observant son enfant secoué un vieux jouet d’héritage. Mais c’est en faisant abstraction de ces erreurs, que je retrouve, enfouie sous des couches d’aigreur, mon amour inconditionnel que je porte à Star Wars pour toujours et à jamais. Que la Force soit avec vous !

Hop, hop, hop ! Minute papillon ! Voici quelques anecdotes pour vous coucher moins bêtes ce soir :

  • Mark Hamill était le seul à savoir que Dark Vador était son père ! En 1980, durant le tournage de l’Empire contre-attaque, personne n’était au courant à l’exception de Lucas et Mark. Un secret bien gardé par Lucas qui a tout simplement supprimé la phrase culte du scénario. Habile Bill !
  • L’édition spéciale des épisodes 4, 5 et 6 remastérisés a été créée grâce à une lettre d’un fan conseillant Lucas de modifier certains détails.
  • Le Faucon Millenium est un Big Mac supplément olive. Eh oui ! C’est en juxtaposant une olive et un burger que Lucas a imaginé le design du vaisseau.
  • Lors de la scène galactique de La Menace Fantôme, on peut apercevoir un groupe d’E.T manifester son mécontentement, en bas à gauche de l’écran !

Johanna Biasinutto

Étant Game Designer, le jeu vidéo est omniprésent dans ma vie et j'en suis très heureuse ! Adepte des jeux de rôle, je suis aussi une grande cinéphile : je me perds souvent dans des contrées lointaines et fantastiques. Chaque jour est pour moi une nouvelle aventure.

21 Commentaires »

  1. Coucou Johanna 🙂 Comment vas tu ?
    Bon et bien tu postes ta critique sur le film seulement deux jours après la mienne haha.
    On se retrouve sur quelques points, vu que je suis également très partagé sur le film, alors qu’au départ, je trouvais lors de la production le choix de Rian Johnson pour écrire et réaliser un bon choix pour donner de la personnalité à cet épisode. Et au final, il en a de la personnalité, mais il fait des choix discutables parfois.
    J’ai néanmoins trouvé que l’arc de Luke était le meilleur arc narratif du film. Le choix du réalisateur d’arrêter les personnages manichéens, jamais tout blanc ou tout noir, et bien malgré le fait que Luke devait être le personnage optimiste par excellence, c’était finalement une bonne idée.
    Mais oui, la survie de la princesse, l’humour toujours présent et qui empêche les situations graves de l’être, ça ne passe pas. J’ai trouvé l’arc narratif de Finn et Rose inutile et long, pour rien. D’autres petites déceptions, comme de prendre Laura Dern en gradée de la résistance pour ne lui faire rien jouer de palpitant. Ou encore Snoke, qui finalement, même si je comprend le choix de le tuer (éviter que l’épisode 9 ne soit une redite de l’épisode 6 encore), et bien du coup, on ne sait ABSOLUMENT rien de lui, le pourquoi le comment, tout ça, rien de rien.
    Mais il y a du bon, avec Luke, la fin, quelques moments épiques. J’ai trouvé touchant le court dialogue entre Luke et Leïa aussi d’ailleurs, peut être le moment le plus touchant de tout le film.

      • Hello 🙂 De rien, j’allais pas rater un article cinéma, ma passion tout de même ^^
        Voilà, ça ne rattrape pas toute les erreurs, mais ce passage était fort bien.
        Maintenant que Disney a pu faire un peu nawak avec Star Wars, et qu’ils ont rachetés la Fox, vivement qu’ils mettent des blagues partout dans le prochain Alien, Predator et tout ça… (tout ceci n’est que de l’ironie et de la critique gratuite envers Disney 😀 )
        Merci, bon Noël à toi aussi.

  2. Alors, techniquement pour la survie de la Princesse, oui c’est possible, les êtres sensibles à la Force sont plus endurants que le commun des mortels et peuvent survivre un petit moment dans l’espace. Ça c’est déjà vu dans l’univers canon Star Wars (série Clone Wars pour être précis). Ensuite je comprends que ça puisse surprendre.
    En ce qui concerne l’humour, le côté Marvel c’est surtout le premier dialogue Hux / Poe et certains scènes dans Canto Bight (l’arc Finn – Rose, bien que les persos soient attachants – est le plus faible du film). Pour le reste, y a du gag obligé pour les petits nenfants (les porgs) et sinon c’est le classique humour absurde, parfois burlesque, de Johnson (qu’on voyait dans les excellents Brick et The Brothers Bloom – ce dernier est un bijou bien méconnu au passage).
    Le coup de sabre, je le trouve personnellement parfait (c’est à la fois la façon la plus violente de ré-introduire Luke et aussi une note d’intention claire) même si très surprenant lorsqu’on se mange la scène.
    Sinon pour le côté planètes etc. Dans la trilogie originale, il y a peu de planètes dans chaque film. Dans A New Hope, on a Tatooine et Yavin, et c’est tout. Donc là, ça ne m’a pas dérangé outre mesure, d’autant que cette fuite désespérée dans l’espace renforce le côté tendu de ce qui se passe au sein de la Résistance (personnellement, cette touche à la Battlestar Galactica m’a bien plu).
    Et puis Crait, visuellement, ça en jette sacrément (tout comme la salle du trône de ce gros con arrogant de Snoke^^).
    Bref, j’ai personnellement vraiment aimé (même si certains trucs sont moyennement réussis) et la façon dont Johnson s’accapare le mythe pour le dépoussiérer est à mon avis très intéressante et justement ouvre encore plus la porte à l’univers (là où Abrams avait eu tendance à le garder assez restreint). Je comprends par contre pourquoi beaucoup de fans se sentent un peu trahis.
    Mais pour reprendre les mots de Yoda à Luke dans Empire : “il faut désapprendre ce que tu as appris”. Et ensuite, je pense qu’on peut mieux apprécier ce que fait The Last Jedi.

    • Hello! Personnellement, La petite Joke du début m’a fait rire. Il y en avait beaucoup trop par la suite néanmoins. Il faut toujours trouver un moment pour dire STOP. Pour Leïa je veux bien croire en la “Force” mais techniquement c’est beaucoup trop lourd…. J’adore ton mot de la fin 🙂
      Bonnes fêtes!
      Johanna

  3. Je n’ai jamais vu un film de Star Wars. Pourtant je connais le fameux générique qui défile avec cette musique culte maintenant. Je connais Luke, la princesse, R2D2, le gros et grand poilu, quelques vaisseaux et bien sûr Dark va dehors et les parodies qu’on peut trouver, qui sont parfois bien marrantes. C’est comme Harry Potter je n’ai jamais vu non plus, ni lu mais ce sont des choses que l’on connaît un peu quand même. Mais j’ai les jeux lego des 3 épisodes de star wars, je les ai faits mais j’accroche pas trop à l’univers, c’est comme Valerian et Laureline, c’est pareil, j’aime beaucoup Laureline mais le reste de l’univers j’ y arrive pas. Et dans les lego Harry Potter par contre là, j’ai accroché, pareil pour le hobbit. En film je n’ai jamais rien vu de tout ça ^^.Si George Lucas a confié cela à un autre, c’est qu’il voulait du changement car cette personne a du talent, donc c’est moyennement passé. C’est un peu comme ce que je lis en BD Lucky Luke les nouvelles aventures, ce sont d’autres personnes, et là les histoires sont dans la continuité de ce que faisait Morris le papa de Lucky Luke mais avec une touche plus prononcée d’humour et de certaines caricatures. Mais comme c’est bien réalisé ça passe mais c’est comme ton épisode VIII, ça peut casser aussi. George Lucas a pris un risque et puis il n’est plus tout jeune, peut-être a-t-il envie de léguer son héritage de son vivant à une personne sachant manier cet univers-là. The last Jedi, ça va sûrement se transformer en dernier jeudi ^^
    Mon préféré c’est maitre Yoda, il parle à l’envers et également les sabre laser rouge et bleu^.
    Bon article tu as réalisé, de bonne fête je dois te souhaiter ^^
    A bientôt jolie Johanna

    • Hello Stephane 🙂 Eh oui Lucas n’est plus tout jeune! J’espère un jour le rencontrer avant qu’il ne soit trop tard^^ Bien sur, c’est un héritage qu’il transmet, exactement ce que j’ai essayé de faire comprendre dans cet article 🙂 Le souci c’est que, jamais aucun fan ne sera satisfait car jamais un Rian ne remplacera un Lucas.
      Je te souhaite un joyeux noël ❤️
      Johanna

  4. Une autre fan de Star Wars, super ! Eh bien, nos avis se rejoignent beaucoup. Je suis aussi partagée entre le plaisir de pouvoir me plonger de nouveau dans cet univers, et une profonde… gêne, face à certains partis pris. Impossible de dire si ce film est bon ou mauvais, d’une certaine façon…

  5. Moi y a deux choses que je tiens à dire (car chui allé voir le film y a pas longtemps et il m’a bien plu). D’abord, je trouve ça complètement dingue les critiques des cinéphiles par rapport à ce Star Wars 8 !! Suffit de voir ce qui se passe sur Allo Ciné, j’ai jamais vu ça ! Ils sont sérieux ?

    Deuxièmement, je pense que beaucoup placent la saga Star Wars à un niveau beaucoup plus haut qu’elle ne l’est réellement (Johanna sois gentille avec moi stp). Pour moi, Star Wars est un excellent divertissement mais elle n’a pas peut-être pas la complexité et la profondeur d’un univers comme celui du Seigneur des Anneaux (ce n’est qu’un exemple). Faut pas oublier que la saga Star Wars est en quelque sorte la pionnière du divertissement sci-fi à très gros budget. Donc faut pas s’attendre non plus à des films ultra profonds, riches et intéressants. Les gens doivent vraiment apprendre à se détendre… Moi Johanna je suis d’accord à 100% avec ta critique, j’ai ressenti les mêmes choses que toi, sans être méga fan de Star Wars. Bisou.

  6. Comme tous les épisodes, Les Derniers Jedi divise. Rian Johnson a osé secouer les codes et c’est ce qu’on voulait. A mes yeux, il a réussi à donner un nouveau souffle à la mythologie. Bien sûr, il y a des défauts comme tous les blockbusters. J’espère que Rian Johnson ne va pas être mis de côté, comme ça été le cas pour Snyder chez DC. L’audace et le talent doivent être récompensés !

  7. Belle revue et mêmes réserves de mon côté. Peu à peu l’esprit Star Wars change de philosophie. Abrams avait su merveilleusement le ressusciter mais voilà, il faut faire son deuil de ce passé glorieux qui accompagna toute une génération (« kill it » nous dit même Kylo Ren dès la bande-annonce). Pas sûr que cet avenir soit fait pour moi ceci dit.

Laisser un commentaire