Aujourd’hui et depuis bien longtemps, je vous propose un focus sur le jeu I hate running backwards sorti le 22 mai dernier. Voici maintenant plusieurs semaines que vous n’avez plus de nouvelles de votre rédactrice Johanna. Je n’ai aucune excuse valable mis à part celles que je vous présente à cet instant. En espérant que mes chers lecteurs ne m’en voudront pas trop… « Au bûcher Sorcière Rousse !!! ».

Le voici, mon test de I hate running backwards

Avant de parler Rogue Like et cie, I hate running backwards est un shoot them up qui transpire le rétro et le moon walk… Heu non, juste le rétro ! Mon index a fourché, à force de voir mon personnage avancer en marche arrière ! Sorti le 22 mai 2018, I hate running backwards consiste à dégommer un maximum d’ennemis qui arrivent par le bas de votre écran ; au passage les vagues sont relativement variées. C’est un bon point pour commencer. Tout en évitant les obstacles, les vagues d’ennemis surgissent droit sur vous, il suffit par conséquent de s’entraîner un max pour bien manier ses armes !

Zoom sur les développeurs impliqués

test I hate running backwards
Si vous aimez le style voxel, vous serez ici servi !

Ce Runner a été développé par Binx Interactive, il est bientôt disponible sur Switch mais est déjà dans les bacs sur PC, Xbox One et PS4. Pour revenir sur le studio, Binx Interactive ne parle pas à un grand nombre de personnes. Depuis le temps, vous savez que j’aime sortir des sentiers battues et parler des jeux indépendants, non ? Eh bien, c’est le cas encore une fois ! Binx Interactive est un studio indépendant implanté mesdames et messieurs en… Croatie. Fondé en 2014 par des passionnés du jeu vidéo (bah oui sinon c’est pas drôle), ce studio en est à sa troisième production : Follow the Leader, Monster Loops et le petit dernier en liste, I hate running backwards.

I hate running backwards : creusons le sujet

Creusons le sujet façon Minecraft car comme vous avez pu le remarquer en image, on retrouve le même style voxel ! En ce sens, je ne vais pas passer des heures à parler du côté pixelisé du jeu car le pixel art est à la mode et ce côté minecraft donne un effet de déjà trop… vu ! On va plutôt approfondir le sujet du gameplay fun et original… Malgré les termes répétitifs dans cet article de rogue like, serious sam, shadow warrior. Par ailleurs, si vous voulez plus d’informations sur ces termes, n’hésitez pas à me glisser vos questions en commentaire !

test I hate running backwards
On incarne des personnages aussi cools que la Team JSUG.

La progression est en marche arrière, pour commencer. D’un premier point de vue, rien ne paraît incroyable mais pour moi, c’est une pointe épicée d’originalité. Vous évoluez à reculons dans les niveaux en augmentant jusqu’à 28 compétences des différents personnages débloqués au fur et à mesure. De nombreux bonus et capacités sont à rafler dans cette production ! Des armes, des boucliers qui vous permettront d’exterminer vos ennemis et le décor ! Chers lecteurs, utilisez vos power-ups ou vos ultis, si vous préférez, au bon moment mais pas de panique, ces power-ups sont plutôt nombreux. À ce sujet, avec deux armes bien distinctes dans vos mains, vous aurez plus de chance de zigouiller l’ennemi facilement ! Avouez tout de même que détruire l’environnement d’un jeu est satisfaisant ! Ces fameuses armes changent en fonction des personnages que vous choisissez, ce qui donne un peu plus de contenu malgré une durée de jeu relativement courte (comptez 3 à 4 heures pour le final).

Un jeu indépendant qui sort du lot ?

Cousi Couça ! Original par son titre, son gameplay, c’est surtout son moteur procédural qui fait tout le boulot. En effet, les parties sont générées par un processeur. En ce sens, elles sont toutes différentes ! Une évolution plus qu’asymétrique dans le milieu je dois dire ! Attention aux joueurs « radicaux » qui n’apprécient guère le changement ; on assiste là au contraire d’une évolution linéaire.

test I hate running backwards
On peut détruire les décors grâce à nos armes surboostées.

Autrement, je l’ai déjà précisé toute à l’heure, mais ce jeu reprend beaucoup de mécaniques déjà vues et bien connues. En effet, il se définit par le Rogue Like. Un « véritable » Rogue Like est basé sur trois aspects : une mort permanente (lors de la mort du personnage on perd tout ce qu’on a amassé, c’est terminé), des niveaux procéduraux (à chaque nouvelle partie, les niveaux sont créés de façon aléatoire) et un système de combat au tour par tour (un peu comme les jeux de rôles connus sur SNES).

Le Sound Design et la COOP qui font plaisir

Je ne sais pas vous mais l’ambiance, le son du jeu me font beaucoup penser au platformer BroForce, aussi un jeu indépendant pixelisé que j’apprécie tout particulièrement. J’avais découvert ce jeu il y a de cela 4 ans sur PS4 suite à une promotion. C’est un peu le même principe : zigouiller des kamikazes sur une bande son particulièrement « nostalgeek » (LOL) avec en prime, plusieurs personnages que vous connaissez bien tels que Terminator, Béatrice de Kill Bill ou encore les Men in Black… Alors certes, pas le même style en matière de level design mais un mode coopératif en commun ! Oui, je laissais ce détail, le meilleur pour la fin. J’aime cet esprit de coopération dans les jeux. Je trouve, d’ailleurs, selon moi que l’on n’en voit pas assez !
 En somme si vous êtes deux, foncez vite jouer à I hate running backwards !


Pour conclure, I hate running backwards offre du bon temps pour celui qui aime les serious sam ou shoot them up sauce rétro. Mais sachez qu’il vise un public malheureusement (ou non) bien trop ciblé, dans le sens qu’il ne plaira pas à tout le monde ! Surtout pour le joueur habitué à 300 heures de jeu. En ce sens, mon article sera aussi long que les heures passées sur ce jeu, c’est à dire : court. Au plaisir de vous lire mes chers lecteurs ! Je reviendrai vite cette fois-ci, c’est promis. N’oubliez pas votre climatiseur en lisant mon article car il commence à faire très chaud ! 

LA NOTE DE LA RÉDACTION
  • Gameplay - 8/10
    8/10
  • Durée de vie - 3/10
    3/10
  • Graphismes - 7.5/10
    7.5/10
  • Scénario - 5.5/10
    5.5/10

Les plus et les moins

✔︎ La coopération, c’est génial !
✔︎ Un processeur ultra-original !
✔︎ Un Rogue Like dans la tradition.

✘ Une durée de vie trop faible.
✘ Une prise en main difficile.

6.0/10


Johanna Biasinutto

Étant Game Designer, le jeu vidéo est omniprésent dans ma vie et j'en suis très heureuse ! Adepte des jeux de rôle, je suis aussi une grande cinéphile : je me perds souvent dans des contrées lointaines et fantastiques. Chaque jour est pour moi une nouvelle aventure.

7 Commentaires »

  1. Le retour du Roi… enfin, de la Reine quoi. ^^
    Cool de retrouver ta plume. Ensuite, je suis clairement pas dans le public visé, donc pour le jeu, je pense que ça n’ira pas plus loin que c’est très bon test. Juste une question, tu mentionnes le sound design, l’ost est comment ?
    Au plaisir de te lire très vite de nouveau.

  2. Pas mon style de jeu non plus désolé la miss ^^. En tout cas tu t’en es bien sortie ! Tu n’as pas perdu la main comme on dit ! Quel “gros” jeu vas-tu tester pour nous d’ici la fin de l’année ???

    • Hello Bruno !!!
      Oui, il est vrai que je réalise très peu de test de type triple A ;). Mais je te promets des grosses surprises à venir !! Notamment le mois prochain, qui surprendra plus d’un lecteur !!
      Des bisous

      Johanna

  3. C’est vrai que cela ressemble à du minecraft, et aussi au lego. Qu’est-ce que c’est des ultis ?
    Un moteur procédural donc cela te génère des niveaux aléatoires, en gros on ne revient pas à la même place. Il y avait un jeu avec un agent secret, jeu offert sur le ps+. Quand on mourrait, on réapparaissait au début du level, donc sur la même map mais pas au même endroit, je trouvais ça fun, cela te permettait de découvrir le jeu à 100%. Broforce aussi il a été offert au ps+, celui-là aussi je l’ai fait, avec tous les personnages cultes américains, peut tout péter sur la carte. Je suis entrain de faire un jeu indépendant parmi mes autres jeux, toujours offert ps+. C’est un jeu rempli d’amour, d’ailleurs il y a “love” dans le titre, le level design est mignon, le concept est simple, à bord de ton vaisseau, tu choisis ton petit perso tout mimi accompagné de ton animal, chat, chien, cochon ou raton laveur, et tu dois récupérer tes amis à travers une carte remplie d’ennemis, que tu dois tuer tout en récupérant tes amis, on s’est joué en coop aussi, et à deux il doit être bien sympa également, et il y a des boss, le jeu n’est pas super long dans un premier temps, mais il a une re-jouabilité si tu veux tout déverrouiller. C’est un jeu un peu cul cul la praline vu comme ça mais je me suis mis à y jouer et on a envie de le finir. Je le trouve bien pensé et c’est une bonne réalisation, je lui donnerais 18/20. On ta relâché Brojohanna, des petites jeux indépendants en coop, ça peu être très sympa comme Metal Slug.

    • Hello Stephane !
      Ravie de te lire de nouveau 😉
      Un ulti est une “attaque spéciale” plus balèze que les autres moyens d’attaque.
      En général, un ulti est généré après un certain temps en fonction du score établit il apparaît plus ou moins vite. Exemple : dans Overwatch Mei est un personnage de glace, elle peut tirer sur les adversaires ou les transformer en glaçon. Son ulti est une étendue de glace qui fige ses ennemis sur un gros périmètre devant elle. Ça te paraît clair ?? Tu peux trouver ça également dans LOL.
      Du coup c’est quoi le titre du jeu plein d’amour ???
      Des bisous

      Johanna

  4. Pourquoi gilles il a pas des bisous? mdrrrr
    nan sérieux….^^
    Arfff je comprends c’est un peu la botte secrète d’un personnage mais je n’aime pas overwatch ^^. A un moment donné je pensais me le prendre, mais on a pu télécharger le jeu en entier, weekend gratuit, et c’est pas le genre sur lequel je saurais jouer pendant plusieurs mois, même si j’adore la voix et le fun que dégage l’héroïne en couverture sur la boite.

    Ben c’est Lovers in a dangerous spacetime, je viens de le finir, y a de bonnes idées dans le jeu. C’est mieux de jouer à deux parce que moi tout seul, c’est chaud vers le milieu du jeu à devoir descendre pour activer le bouclier dans tous les sens et faire tirer ton compagnon. Cela change comme jeu, c’est un jeu propre et intelligent, pas super long moyenne d’un niveau c’est 20minutes si tu vas chercher tous tes amis, c’est marqué 5/5 mais en faite il y en a 10/5. Si tu oublies un ami c’est que tu n’es pas rempli d’amour ^^, en tout ils sont 160 et 4 boss mais je l’ai fait en très facile parce qu’autrement tout seul, il me faudrait 10 bras, 3 cerveaux pour réfléchir en même temps.On sait voir directement ce que c’est sur youtube

Laisser un commentaire