Stellar Blade : le jeu d’action sexy, brutal et incontournable de la PS5

À mi-chemin entre un A-RPG et un Souls-like, Stellar Blade figure déjà parmi les meilleurs jeux vidéo de la PlayStation 5 !

Après des mois d’attente, de teasing et de scandales, j’ai enfin pu tenir Stellar Blade entre mes mains ! Développée par SHIFT UP et éditée par Sony Interactive Entertainment, cette exclusivité PlayStation 5 a fait énormément parler d’elle ces dernières semaines. Avec vraisemblablement un million de ventes en vingt-quatre heures le jour de sa sortie, le jeu a explosé les records de cette année et a suscité de nombreuses polémiques quant à son caractère sexy. Alors plongeons ensemble dans cet univers et voyons si la success story de ce jeu est justifiée dans mon test de Stellar Blade sur PS5 !

Test de Stellar Blade sur PS5 : une vraie mise à nu

Tel un bébé venant au monde, c’est nue que nous rencontrons pour la première fois notre héroïne. Sortant d’une sorte de cocon soulignant encore une fois sa mise au monde, la sublime Eve apparaît sous nos yeux écarquillés pour arriver dans un univers brutal où elle va devoir faire preuve d’une force surhumaine pour survivre. Lyrisme, quand tu nous tiens !

Première rencontre avec la belle Eve !

Sous le commandement de Tachy, elle va prêter main-forte aux forces humaines lors d’un combat épique pour reprendre possession de la Terre. Malheureusement pour celles-ci, la mission se soldera en un cuisant échec et Eve sera la seule survivante de ce massacre.

En piteux état, c’est grâce à Adam, un survivant humain, qu’elle va pouvoir retrouver ses forces et s’échapper in extremis de cet enfer. Adam et Eve (je cherche une blague mais je ne l’ai pas encore trouvée, ça ne me ressemble pas ça…) vont rejoindre la dernière ville où une poignée d’humains résiste encore et toujours à l’envahisseur (tiens, ça me rappelle quelque chose). C’est à ce moment-là que la magnifique histoire de Stellar Blade débute.

Tomb Raider vs. Final Fantasy

Si je devais décrire le style de ce jeu, vous l’aurez deviné au titre de ce paragraphe, je dirais qu’il s’agit d’un mélange entre les aventures de notre chère Lara Croft et celles de Cloud. Dans un premier temps, je me suis rendu compte durant mon test de Stellar Blade sur PS5 que la partie exploration était importante, que ce soit à travers les différents endroits de notre planète dévastée ou encore dans l’inspection des « tombeaux ».

« Le Jour d’après » semble être enfin arrivé !

Ce qui est intéressant, c’est que les capacités physiques d’Eve évoluent pas mal au fil de l’aventure, un peu comme dans Star Wars Jedi: Survivor. Le gameplay des séquences de plateforme finit donc, bien évidemment, par se corser. Malgré quelques moments un peu approximatifs (notamment avec la fonction dash), j’ai trouvé que les passages de voltige et d’acrobatie étaient réellement bien faits et rajoutaient un plus en termes d’exploration.

Aussi, façon Final Fantasy, on a de nombreux lieux à explorer, gens à rencontrer, et magasins à visiter. La ville des humains, notamment, fait énormément penser aux villages dévastés que l’on peut voir dans les FF. Vous y trouverez moult personnages qui vous demanderont de l’aide, et qui constitueront une belle collection de missions secondaires et autres quêtes annexes que je vous conseille vivement de faire, à votre rythme ! 

Des ennemies « hot » en couleur.

Pour le reste, les phases de combat occupent bien sûr la majeure partie du temps de jeu. Comme dans Final Fantasy, vous allez rencontrer très régulièrement sur votre route des ennemis que vous devez (dans la plupart des cas) affronter. Le gameplay est vraiment très bien fait, avec une belle gamme de mouvements et de combos à enchaîner. De plus, tout comme pour son agilité, les capacités de combat d’Eve évoluent énormément au fur et à mesure du jeu. Ainsi, à certains moments clés, les habiletés d’Eve se transcendent grandement ! Sinon, il existe aussi un arbre de compétences variées qui vous permettra d’affûter les techniques de base de votre héroïne et de personnaliser son style de combat.

Les combats contre les boss sont vraiment épiques, on en prend plein les yeux (et plein les dents !). Le tout est franchement jouissif et même si certains combats demandent à s’y reprendre quelques fois, j’ai trouvé que la difficulté était bien dosée. Le seul bémol, c’est que les checkpoints sont parfois un peu éloignés du lieu où on affronte les boss, et nous sommes obligés de tracer un peu pour les ré-atteindre lorsqu’on perd. C’est un petit détail mais j’ai trouvé que ça coupait quand même pas mal l’action, et ça m’a donné à plusieurs moments l’envie d’abandonner quand le boss était un poil trop corsé.

Eve, lève-toi (et danse avec la vie) !

Parlons maintenant des graphismes car vous savez (si vous lisez mes critiques) que c’est un point très important pour moi. Je dirais que Stellar Blade s’en sort pas mal. Les décors, bien que parfois un peu trop similaires les uns par rapport aux autres, sont vraiment très beaux. Quant aux effets de planètes dévastées reconquises par la nature, ils rendent une atmosphère vraiment sympa. On passe de lieux très lumineux (comme le désert) à des souterrains sombres. Graphiquement, je trouve que le jeu reste bon dans les deux cas. J’ai aussi beaucoup aimé le mélange d’éléments futuristes avec des bâtiments plus anciens, qui permettent de garder une certaine cohérence vis-à-vis de nos propres repères.

Moment de calme avant la tempête !

Ensuite, je vais m’attarder un peu sur les personnages. Bon… comment dire… on est loin du photoréalisme que peut avoir un Call of Duty, les gens ont l’air de sortir tout droit d’un animé. Enfin, quand je dis ça, c’est plutôt les personnages féminins, car étrangement, les hommes ont un physique et un visage plus réalistes (taille des yeux normale, proportions corporelles, etc.), ce qui crée un contraste assez déroutant. Aussi, parlons des tenues des femmes dans ce jeu. Là encore, on est vraiment à fond dans l’univers manga. C’est vraiment très « sexy », même un personnage censé être une jeune adolescente porte un haut moulant avec des lanières en cuir autour de la poitrine. J’avoue que je comprends un peu les critiques qui ont été faites au jeu par rapport à la sexualisation des femmes.

Notre meilleure amie dans le jeu ?

Si on s’attarde sur Eve, eh bien on voit que le studio s’est fait plaisir en offrant aux joueurs plus d’une cinquantaine de tenues déblocables. Toutes bien sûr mettent en avant son corps et ses formes généreuses ! En terminant certaines missions longues et difficiles, vous pouvez même débloquer des tenues de lingerie fine ne laissant que peu de place à l’imagination ! Le tout ne m’a pas dérangé, mais c’est sûr qu’il faut être averti car les gros plans sur l’entrejambe de notre héroïne sont nombreux lors des cinématiques et des séances de voltige. Assez étrangement, la parité n’est pas respectée car les hommes, eux, ont des combinaisons amples qui les couvrent littéralement des pieds jusqu’au menton !

Adam est quant à lui plutôt réaliste, et très habillé !

Pour conclure mon test de Stellar Blade sur PS5, je dirais qu’il s’agit d’un excellent jeu, doté d’une histoire bien ficelée (à l’image des costumes de son héroïne !), avec des personnages intéressants et bien développés, et un gameplay qui est globalement très bon. Avec plus d’une trentaine d’heures de jeu, vous avez de quoi faire, et même si j’ai mis un peu de temps à rentrer dans l’histoire, une fois dedans, c’était vraiment dur de décrocher ! Quant à la polémique sur le côté sexy, je vous laisse juger par vous-même !

La note de la rédaction
  • Gameplay - 8/10
    8/10
  • Durée de vie - 9/10
    9/10
  • Graphismes - 7/10
    7/10
  • Scénario - 8/10
    8/10

Les plus et les moins

✔︎ La durée de vie de Stellar Blade !
✔︎ Les constantes évolutions du gameplay.
✔︎ Le bon mix entre exploration et combat.

✘ Les checkpoints assez anarchiques.
✘ Le côté trop sexy, et donc sexiste ?

8.0/10

PARTAGER SUR :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Email

Publications suggérées

4 réponses

  1. Super test ! J’ai le jeu mais je n’ai pas encore trouvé le temps de le faire (je suis toujours sur FF Rebirth).

    Vu ton test, j’ai bien fait de l’avoir acheté 😉 C’est vrai que Eve elle est… comment dire… craquante LOL

    J’ai lu ailleurs que Stellar Blade s’inspirait beaucoup de Nier Automata, tu confirmes ?

  2. Je l’avais remarqué ce jeu, il n’y a pas longtemps que je connais ce titre !

    C’est sûr que je vais me le prendre même si ce n’est pas tout de suite.

    Les personnages nippon, c’est comme ça, les filles sont très souvent sexy, avec poitrine exagérée, nombre de mangas et personnage de jeux vidéo. A la fin, on est habitué, on y prête pas attention.

    Du moment que le jeu soit sympa à parcourir, pour moi, c’est l’essentiel !

    Et pourtant mon chat il est à poil(dans les 2 sens du termes) et on ne dit rien du tout, se balader nu , même sur la rue, personne ne crie au scandale mdr

    Ce sont les années 2000, parler pour rien, de tout et de absolument rien, pour remplir le vide de ces années si vides…..

    1. Oui, il vaut vraiment la peine. J’ai passé un super moment dessus.

      C’est sûr que pour les habitués des fictions japonaises, le côté sexy ne sera pas un gros choc. Je pense que ça a dû sûrement surprendre les néophytes.

      Ravi que ton chat soit à l’aise, tant que tu te ballades pas tout nu dans la rue à côté de lui, ça devrait aller XD

Laisser un commentaire

Je suis un gameur.com utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site web, vous acceptez leur utilisation. Plus d’informations

Conformément au Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) et à la loi nationale en vigueur, vous êtes informés que vos données font l'objet de traitements. Pour plus d'informations, vous êtes invité à consulter les mentions légales et conditions d'utilisation du site, qui déterminent notamment quelles données sont collectées et traitées, dans quelles finalités (dont des activités de marketing et de prospection), qui en sont les destinataires et quelle est la durée de conservation. Les droits dont vous disposez ainsi que les modalités d'exercice de ceux-ci y sont également exposés.

Fermer