Le 17 octobre 2019, Felix the Reaper est sorti sur PC, PS4, Xbox One et Switch. Ce jeu, je l’avais dans le collimateur depuis plusieurs mois : édité par Daedalic Entertainment (je possède à peu près tout leur catalogue, ça démarre bien) et produit par Kong Orange, il est présenté comme une « comédie romantique sur la vie de la Mort », avec des puzzles, de la danse et des meurtres. Quand on mélange autant de concepts improbables, forcément, je suis tout intriguée. Alors, au final, est-ce que la mayonnaise prend ? Ma réponse dans ce test de Felix the Reaper réalisé à partir d’une version presse.

Felix the Reaper, des morts et des paillettes

Pour te décrire le cadre un peu plus en détail, tu incarnes Felix, un employé du Ministère de la Mort qui a plusieurs passions : son métier, la danse, et la belle Betty qui travaille de son côté au Ministère de la Vie. Leurs chemins ne se croisent jamais, c’est pourquoi il décide d’aller travailler sur le terrain dans l’espoir de la rencontrer. Ta mission est donc d’arrêter le temps et d’opérer quelques petits changements sur Terre pour orchestrer la mort des cibles qu’on te désigne. Tu ne peux te déplacer que dans l’ombre, il s’agit donc de bouger le bon tonneau et de changer l’orientation du soleil au bon moment pour te frayer un chemin jusqu’à ton objectif. Mais malgré tes efforts, pas de Betty à l’horizon…

test de felix the reaper
Les mouvements de Felix ont été créés par des danseurs professionnels !

Musique, et que chacun se mette à danser !

La première chose qui se dégage de ce jeu, c’est une énergie folle et une bonne humeur qui t’accompagne de bout en bout, et c’est donc ce que j’aimerais transmettre dans ce test de Felix the Reaper. Il faut dire que notre cher Felix a une fâcheuse tendance à laisser s’exprimer son corps et à se déhancher sur les titres groovy et furieusement entraînants de son walkman, malgré les réprimandes de son chef. Et laisse-moi te dire que ce sens du swing est communicatif ! C’est donc en bougeant les épaules et en tapant du pied en rythme que tu essaieras de vaincre les puzzles et autres casse-têtes toujours plus difficiles du jeu.

felix the reaper pc
Oh merci Felix, tu me flattes !

Par-dessus le marché, le mélange de fête et de morts sordides installe une ambiance d’humour noir tout à fait délicieuse. Les situations sont de plus en plus loufoques au fil des niveaux, les graphismes originaux et charismatiques entrent en cohésion parfaite avec le ton du jeu et l’écran d’accueil t’offre un tas de petites surprises pour étoffer l’univers (des lettres de Felix à Betty, des croquis, la biographie des personnes à tuer avec un tas de détails stupides…). Cerise sur le gâteau, Felix the Reaper a été réalisé avec des historiens, qui apportent un complément tout à fait sérieux et intéressant, sous forme de dossiers sur la Mort à débloquer (le rapport à la mort à différentes époques, les figures qui la représentent, les danses, etc.). Un joyeux bordel, donc, mais une alchimie parfaitement réussie !

Felix the Reaper te fera suer

Le cœur du jeu reste dans les puzzles, pensés avec talent pour offrir une difficulté progressive. Pas besoin de proposer des mécaniques compliquées : tu as deux angles possibles pour le soleil, quelques objets à déplacer et/ou à superposer pour créer de l’ombre, et parfois des interrupteurs qui actionnent d’autres objets à distance ou des tuyaux pour te transporter à l’autre bout du terrain. Rien de plus, la prise en main est donc quasi-instantanée, mais tu risques bien de t’arracher les cheveux sur les derniers niveaux ! D’ailleurs, j’en connais un qui en a déjà perdu plus d’un, des cheveux… Hein P-Y ?

felix the reaper jeu
Rien de tels que de beaux écrans de chargement pour sublimer un jeu.

Les développeurs ont pensé aux mordus de challenge : à chaque niveau, tu peux remporter jusqu’à trois récompenses (en fonction du nombre de coups, du chronomètre, du nombre de rotations du soleil, entre autres) qui te permettent de débloquer de nouveaux puzzles. Chaque tableau s’accompagne aussi d’un mode hardcore, qui t’impose de passer par d’autres endroits de la map une fois que tu as réussi la version standard. Si, au contraire, tu n’aimes pas être bloqué, tu peux toujours utiliser le bouton d’aide à tout moment pour t’indiquer le prochain mouvement. Toutes ces options en font un jeu adapté à différents profils de joueurs, pour une durée de vie tout à fait confortable.


Bref, si tu broies du noir ou que tu veux muscler ton fessier ET ton cerveau, n’attends plus et embarque pour le Ministère de la Mort. Comme tu peux le comprendre dans ce test de Felix the Reaper, je suis tombée sous le charme de ce titre délicieusement indé, un peu fou et extrêmement soigné qui laisse présager de très jolies choses pour la suite ! La fin du jeu ouvre la porte pour un deuxième volet (en coop cette fois ?) et s’il sort, je me jetterai dessus sans hésiter. Entre le charme fou des personnages, l’humour noir omniprésent, la qualité des musiques proposées et l’intelligence des puzzles, tous les ingrédients sont réunis pour que tu passes de belles heures de jeu. Le catalogue indé n’a pas fini de nous surprendre ! Et c’est tant mieux !

La note de la rédaction
  • Graphismes - 9/10
    9/10
  • Gameplay - 8.5/10
    8.5/10
  • Scénario - 7/10
    7/10
  • Durée de vie - 8/10
    8/10

Les plus et les moins

✔︎ Un univers visuel au top !
✔︎ Un level design soigné et à la difficulté croissante.
✔︎ Une belle rejouabilité grâce aux challenges.
✔︎ La bande-son est globalement très sympa !

✘ Certaines mécaniques sous-exploitées...
✘ La difficulté peut s'avérer frustrante !

8.1/10

 


Coline Métrailler

Scientifique dans l’âme et lectrice compulsive, les jeux vidéo forment un excellent moyen de combiner mes différentes passions. J’achète tous les jeux qui contiennent des animaux mignons, des meurtres mystérieux ou des bruitages à la bouche… J’espère que tu gères les grands écarts !

10 Commentaires »

  1. Encore un a ajouté à la liste des jeux indépendants, je vais venir jouer chez toi, ça me couteras moins chère. Pendant que tu lis , ça me laisseras le temps d’y jouer ^^. Je vois surtout beaucoup de jeune de moins de 30ans qui ont plus de cheveux blancs que moi, comment ça se fait sérieusement, les jeunes deviennent vieux plus rapidement ?, comment ça se passe comme tu parles de crâne lisse ^^ mdr

    Tiens je me demande si ce ne serait pas à cause de toute leur merde qu’ils fument lol.

    “petite chanson” “A tous les petits vieux que j’ai aimé avant , qui sont dans des boites maintenant”(c’est de l’humour)

    J’adorais les deux petits vieux sur le balcon dans le théâtre du Muppets Show ^^

    Un coup de baguette magique….

  2. Ca a l’air joyeusement décalé et original à souhait ! Dans l’esprit humour noir mais avec humour, et avec les détails sur les gens à tuer, ça me fait penser à la série Dead Like Me, qui était dans un même esprit thématique sur la mort, mais avec beaucoup d’humour et de décalage.

    Ça m’intrigue même si je ne sais pas si je franchirai le pas. Mais le parti pris a le mérite d’exister, de proposer des tas d’infos historiques en plus (ce n’est jamais à dédaigner ça), et de proposer un concept qui sort vraiment de l’ordinaire. Tu le décris (et le vends) très bien !

    • On peut le dire !

      Ouiii j’avais beaucoup aimé cette série (que j’ai vu il y a un bail déjà !), merci pour le rappel 😀

      Tout à fait, je suis ravie qu’un tel jeu existe, il sort des sentiers battus et est fait avec passion 🙂 Merci, si j’ai réussi à le mettre en valeur j’en suis ravie !

Laisser un commentaire