Vingt-quatre ans après sa première adaptation sur grand écran, Mortal Kombat revient d’entre les morts avec l’impulsion d’un Warner Bros bien décidé à imposer sa licence lucrative de versus fighting dans le paysage cinématographique. Une tâche ardue qui a été confiée à James Swan, producteur et spécialiste de l’horreur à petit budget après les succès populaires que sont Saw, Conjuring et Insidious. Pour la mise en scène, on retrouve Simon McQuoid, un réalisateur néophyte qui fait ses grands débuts.

Scorpion et Sub-Zero, le binôme phare de Mortal Kombat

Au commencement de cette histoire, nous sommes plongés dans le Japon féodal pour découvrir la sanglante rivalité qui sévit entre deux ninjas qui ne peuvent pas s’encadrer : Hanzo Hisashi (Scorpion) et Bi-Han (Sub-Zero). La discussion est en option entre les deux figures emblématiques de la franchise et la seule résolution possible est la castagne. Chorégraphiée pour bien mettre en avant la formation en arts martiaux de ses acteurs, cette très belle scène d’introduction donne le ton de ce reboot : c’est du sérieux et le bain de sang ne tarde pas à arriver ! Mais passée l’euphorie de la découverte, les déconvenues s’invitent rapidement au programme… 

Nouveau venu dans l’univers, Cole Young est le personnage central de ce film. Présenté comme un combattant de MMA minable et incapable de gagner le moindre duel, il se retrouve malgré lui dans l’obligation de participer au Mortal Kombat dans le but d’affronter le terrible Shang Tsung et éviter l’annihilation de la Terre. L’occasion de croiser sur son chemin des têtes bien connues de la série comme Kano, Liu Kang ou Lord Raiden. Et si chaque rencontre est l’occasion de faire avancer un scénario prétexte au bourre-pif, elles offrent suffisamment d’effets gores et de répliques cultes à base de “get over here” pour être divertissantes. Sans atteindre la beauferie du film de 1995, cette nouvelle version embrasse donc à son tour un style nanar d’arts martiaux !  

Un reboot bancal, mais avec du fan-service !

Adieu donc la sympathique série B avec Christophe Lambert sous fond de Techno Syndrome, ce que nous voulons voir ici c’est du sang, de la sueur et des Fatalities à en faire pâlir l’Amérique puritaine. En suivant à la lettre son cahier des charges, c’est en partie ce que Mortal Kombat version 2021 essaie maladroitement de nous offrir. On retrouve bien tous les éléments de la licence avec une bonne dose de fan-service et d’easter eggs, mais le ketchup n’arrive pas totalement à prendre. La faute à une réalisation et des chorégraphies finalement sans fulgurances sur une majeure partie du film, une direction artistique et des décors au bord du néant, ainsi que des effets spéciaux à s’arracher les yeux. Littéralement dans le cas de Tadanobu Asano (Raiden), qui se voit attribuer des lens flare à la place des orbites pour souligner son côté divin. 

Le verre à moitié vide, c’est avec déception que se clôture ce Mortal Kombat, une production qui n’aura finalement pas réussi à trouver sa place entre son background torturé et son héritage des années 90. Une mise en bouche bancale avec un studio à l’ambition démesurée pour une telle franchise : l’acteur Joe Taslim (Sub-Zero) ayant déclaré récemment avoir signé pour cinq films. Pour l’heure, privé de sortie cinéma dans nos contrées, le film est disponible depuis le 12 mai 2021 en achat digital.


3 Commentaires »

  1. J’aime Mortal kombat depuis la super nintendo,après ils se sont un peu perdu en route, je suis revenu sur MK XL et bientôt MK11, qui a retrouvé ses valeurs. En film, retranscrire le jeu, ça ne doit pas être évident. Ce que j’adore ce sont les Finish Him et Her et c’était aussi les babality et surtout la voix pour annoncer les combattants. La voix off dans Mortal Kombat est importante. Son rival était street fighter à l’époque.

    Pareil le film avec street fighter, c’était bidon. Mortal Kombat s’est tout de même morbide. En jeu vidéo , je trouve qu’ils ont trouvé beaucoup de personnage charismatique Sonya, Johnny cage, Raiden, Liu Kang, Sub-zero, Scorpion, Reptile les principaux hormis les boss

  2. À mon avis le reboot de Mortal Kombat est pas aussi naze que le dernier film Tekken 🤣 C’est marrant dernièrement je me suis replongé dans mes souvenirs et j’ai revu quelques épisodes de la série Mortal Kombat Conquest. Y avait pas beaucoup de budget mais elle était franchement pas mal !

    J’ai beaucoup aimé ton article, c’est plaisant et ça se lit sans problème. Je comprends pourquoi Eric t’a recruté 😉

  3. Une bien belle critique ! Sans être fan de la saga, je suis intriguée par le film, qui, malheureusement, ne semble pas contourner la malédiction des adaptations vidéoludiques. Pourvu que l’avenir nous réserve de meilleures adaptations…

Laisser un commentaire