Exit les explosions meurtrières des Call of Duty et autres Battlefield, les sanglantes fatalities de Mortal Kombat ou encore la violence gratuite que l’on nous vend parfois dans GTA. Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler d’un jeu que moi et ma fiancée attendons avec impatience, un jeu sur l’amour et sur les liens que l’on tisse avec les êtres qui nous sont chers. Ce jeu s’appelle Unravel et il est développé par la firme suédoise Coldwood Interactive. Sa sortie est prévue pour le 9 février prochain et je ne manquerai d’ailleurs pas d’en rédiger le test sur PS4.

Mon coup de cœur de l’E3 a un nom

Yarny. Oui, Yarny. Un petit personnage tout rouge constitué de laine, qui semble tout fragile mais qui est qualifié de « débrouillard » par son créateur, Martin Sahlin. En juin dernier, lorsque je visualisais la conférence d’Electronic Arts depuis mon vieil écran d’ordinateur, le discours du fondateur d’Unravel m’avait profondément touché. Il était monté sur scène, le pas hésitant. Ses mains avaient du mal à tenir le micro car il tremblait. C’était une première pour Martin Sahlin, qui était vraisemblablement très ému à l’idée de présenter son projet. Je me rappelle du moment où ce monsieur a sorti de ses poches une poupée toute composée de laine rouge. Puis il a parlé de son jeu, avec le cœur, le regard sincère. Malgré la distance qui séparait Los Angeles et Malte – eh oui, je vivais à Malte durant cette période –, et l’entêtement de mon réseau wifi à ce moment-là, je me suis senti très proche de cet homme et de cette poupée qu’il avait réalisée de ses propres mains.

Dans un monde où tout n’est plus que business, le discours de cet homme m’a touché et cela m’a suffi à vouloir acheter Unravel. Je suis quelqu’un qui n’a aucun mal à détecter le mensonge ou l’hypocrisie et ce qui m’a plu, c’est l’honnêteté et la pureté du projet de Martin Sahlin. Unravel s’est construit autour d’une histoire qui, je pense, est à la base très intime. Il suffit de visionner cette vidéo pour se rendre à l’évidence qu’Unravel est bien plus qu’un simple jeu.

Une parabole poétique sur le temps qui passe

Unravel ne sera probablement pas un simple produit de divertissement. On sent bien que le jeu sera très poétique et jouera sur nos émotions. J’imagine que le jeu en lui-même sera une sorte de figure de style illustrant une morale ou un enseignement. On a par exemple eu l’occasion de voir une dame âgée dans la bande annonce du jeu. Il ne fait nul doute qu’Unravel traitera de sujets importants, de sujets qui nous concernent tous en tant qu’êtres humains : le temps qui passe, la solitude, l’éloignement de nos proches. Mais ce qui me plait dans Unravel, c’est que ce jeu ne le fera visiblement pas dans la négativité. Yarny a le pouvoir de reconstituer des brides de souvenirs pour recréer des moments qui ont marqué la vie du vieux protagoniste. Le sourire qui se dessine sur le visage de la mamie à la fin de la bande annonce du jeu est ainsi hautement symbolique.

Coldwood Interactive a apporté une attention toute particulière à la musique du jeu, qui est sa « voix » comme le dit Martin Sahlin, son fil conducteur. Le titre sera complètement dénué de dialogues, c’est dire l’importance de la bande-son. Je m’attends donc à une expérience aussi riche que celles que j’ai vécu via des jeux tels que Child of Light ou encore Soldats inconnus : Mémoires de la Grande Guerre, deux jeux de plateforme produits par Ubisoft dont la musique m’avait énormément marqué. On notera qu’Unravel a fait sensation lors de la conférence d’Electronic Arts à l’E3. Le jeu de Coldwood Interactive est déjà nominé pour plusieurs prix, dont celui de La Meilleure Révélation de l’E3 par la presse américaine.


Eric Lemattre

Élevé sur la planète Delta Orionis ZK-3.0, je suis venu sur Terre pour prêcher la vérité et sauver le genre humain. Susceptible mais costaud, je rends grâce à l’inventeur de la casquette. Oui, ce couvre-chef me va comme un gant !

4 Commentaires »

Laisser un commentaire