Ce n’est pas un secret, le dieu de la guerre est de retour ! Tous les médias en ont parlé, l’encensant de 1001 mots doux, lui attribuant des notes hallucinantes. Dans le nouvel opus de God of War, nous contrôlons à nouveau notre cher Kratos, qui n’a toujours pas suivi son séminaire de contrôle de la colère et fait toujours de l’hypertension. Mais cette fois, il n’est pas seul, il est accompagné de son fils Atréus, aussi calme et posé que son paternel. Ils progresseront tous deux parmi les dieux vikings, bien que, dans cet opus, c’est l’humanité qui ait la vedette. Vous l’attendiez, il est là : le test de God of War.

God of War : Daddy Cool

L’histoire commence avec Kratos, accompagné de son fils, Atréus. Avec la classe et la colère qu’on lui connait, notre dieu de la guerre préféré déglingue un arbre à coups de grognements dégoulinant de testostérone. Après quelques instants, on comprend qu’ils récupèrent du bois pour le bucher sur lequel ils comptent bruler la femme de Kratos, Faye, morte d’on ne sait pas trop quoi… pour changer… Très vite, Kratos demande à Atréus d’aller chasser avec la douceur qu’on lui connait, et c’est cette partie qui fera office de didacticiel.

test de God of War
Je vous présente Jörmungand, le serpent monde.

Du début à la fin de l’aventure, Kratos partage la vedette avec son fils, qui a une importance primordiale dans l’intrigue. Cette relation père-fils constitue d’ailleurs le fil rouge de l’aventure. Plus qu’un élément scénaristique ad hoc, il s’agit d’un véritable élément de game design. En effet, God of War est un jeu maitrisé dans ses moindres détails. Chaque élément, chaque moment sert le gameplay, même les blancs. Les moments d’accalmie servent étonnamment bien le développement de la relation père-fils. Ainsi, chaque période de voyage est ponctuée de dialogues entre Kratos et Atréus dont on n’est jamais rassasié !

test de God of War
Dans God of War, vous allez rencontrer pas mal de personnages intéressants !

Ces échanges évoluent au cours du temps. Si, au départ, la fibre paternelle du dieu de la guerre n’est pas particulièrement développée, notre chauve préféré (après moi) apprend ce que devenir un vrai père signifie. Dans les premières scènes, celui-ci n’ose même pas toucher l’épaule de son fils pour le réconforter. Mais au fil de cette aventure, tous deux s’épanouissent et construisent une relation solide. Là où les précédents opus étaient principalement des défouloirs, celui-ci profite d’une intrigue plus profonde, voire plus intime. Loin des histoires de vengeance, les dieux courroucés laissent place à une ode à l’humanité et à la parentalité. God of War, c’est l’histoire d’un père qui ne connait de l’amour que le nom, mais qui en découvrira les différentes facettes petit à petit. Une fois la chasse terminée, nous apprenons que, pour ses dernières volontés, Faye à demandé à Kratos et son fils d’apporter ses cendres sur la plus haute cime du monde. C’est cet objectif que nos deux héros vont poursuivre pendant toute la partie.

Hache-tag Léviathan

test de God of War
Les effets de lumières sont tout simplement magnifiques.

Dans cet opus, Kratos a troqué ses lames du chaos contre une hache, dont on apprendra qu’elle lui a été transmise par sa défunte femme. Cette arme, la hache léviathan, bien qu’elle semble un peu lente en début de partie, s’avère tout à fait remarquable une fois quelques combos débloqués grâce à l’expérience glanée çà et là. Rapide, puissante et magique, elle transpire la brutalité et la douleur. En outre, les caractéristiques de l’arme même peuvent être améliorées grâce à un système de craft.

test de God of War
Nombre de créatures fantastiques croiseront votre route.

En réalité, dans God of War, il est possible d’améliorer son équipement, de se crafter de nouvelles pièces d’armure, de renforcer son personnage grâce à des talismans ou de trouver des runes qui débloquent de nouvelles attaques. Cela permet d’avoir véritablement l’impression de personnaliser son personnage. En outre, cette possibilité renforce l’envie d’explorer. En effet, dans les niveaux de difficulté supérieurs, il sera indispensable de trouver du stuff de bon niveau pour éviter de faire subir à notre manette un courroux kratossé.

Bien qu’il soit possible de contrebalancer le manque d’équipement par le skill, certains ennemis sont tellement puissants qu’ils vous one-shot. D’ailleurs, même avec le bon équipement, vous allez avoir furieusement besoin de skill. Le système de combat de God of War est particulièrement exigeant. Il est basé sur un système d’esquives et de contres. Mais attention, lorsque vous esquivez, il n’y a pas de frame d’invincibilité, il faudra donc esquiver du bon côté pour être certain que la lame de l’ennemi, la griffe, l’orteil ou autres protubérances corporelles ne vous touchent pas. Cette absence de frame d’invincibilité va probablement en énerver plus d’un par moment (dont moi), mais il faut avouer que cela nous oblige à rester concentrés durant tous les affrontements, même contre les ennemis les plus insignifiants.

Un monde magnifique

Rassurez-vous, le stuff n’est pas la seule chose qui vous poussera à jouer les explorateurs. En effet, la beauté à couper le souffle des décors (les plus beaux que j’ai vus à ce jour) va vous donner envie de découvrir le monde de God of War dans les moindres détails. Sincèrement, il m’est fréquemment arrivé de m’arrêter pour profiter d’un magnifique paysage, pour observer un peu le gigantisme du serpent-monde, ou pour me faire une tartine de confiture, ce qui, nous sommes bien d’accord, n’a aucun lien avec notre propos dans ce test de God of War.

test de God of War
L’envie d’explorer ne nous quitte jamais !

Cette beauté est d’ailleurs soulignée par une bande-son à toute épreuve, qui parvient à donner corps aux émotions voulues par les développeurs. L’harmonie entre musiques grandioses, graphismes somptueux et intrigue aux petits oignons donne un résultat tout à fait remarquable, dont on ne peut que tomber amoureux, et qu’on se plaira à parcourir pendant la quarantaine d’heures nécessaires pour finir la trame principale. Et pour ceux qui n’en auront pas eu assez, il suffira de se plonger dans un end-game particulièrement fourni, qui ravira les fans d’explorations, de défis, de craft et de farm ! Ne reste plus qu’a attendre la suite, car oui, suite il y aura probablement, au vu d’une fin des plus ouvertes !


Pour conclure ce test de God of War, le jeu est une claque sur tous les plans. Le gameplay est diablement efficace, les graphismes somptueux, l’histoire poignante et la bande-son magnifique. Avec ses 40 heures de trame principale, cet opus nous fait découvrir un Kratos comme on ne l’avait jamais vu, un Kratos toujours très rude, mais qui cache une fibre tendre et paternelle que l’on n’aurait même pas soupçonnée. Pour aider JSUG, achetez le jeu en passant par ce lien affilié

La note de la rédaction
  • Graphisme - 10/10
    10/10
  • Gameplay - 9/10
    9/10
  • Bande-son - 10/10
    10/10
  • Ambiance et scénario - 10/10
    10/10

Les plus et les moins

✔︎ Une durée de vie de 40 heures !
✔︎ Une bande-son et des graphismes somptueux !
✔︎ Un Kratos comme on ne l'avait jamais vu !
✔︎ Un système de combat parfaitement maitrisé !

✘ La difficulté pour trouver des points négatifs...
✘ La répétitivité des ennemis ?

9.8/10

 


Pierre-Yves Houlmont

Ceinture noire d'haltérophilie en parachute et passionné par la généalogie des pommes de terre, j'ai décidé de devenir rédacteur dans le domaine du jeu vidéo ! Einstein ne nous a-t-il pas mis en garde contre les pierres ayant tendance à rouler ?

12 Commentaires »

  1. Il me semble que c’est la plus grosse note jamais donnée à un jeu sur JSUG. J’attendais ce test avec impatience et je sais pas pourquoi mais je me doutais que c’était PY qui allait s’y coller. Eric si tu me lis, tu ne testes plus aucun jeu ? 🙁

    J’ai crié au scandale quand j’ai vu les notes des gros sites mais visiblement les notes que GoW a obtenu il les mérite. Je dis donc bravo aux développeurs qui ont vraiment du tout donner. Aucun bug de constaté P-Y ? Et concernant les modes de jeu, on a que du solo du coup c’est ça ? Dès que j’ai ma paye j’achète le jeu (vu la note, obligé) et comme toujours je passerai par vos liens. Vous faites pas de souci les amis ! 😉

    • À vrai dire, quand j’ai vu les notes données par les autres sites alors que je n’avais pas encore touché au jeu, j’ai moi aussi crié au scandale.
      Mais une fois la manette en main, force a été de constater que je n’avais rien à reprocher au jeu !
      Pour les bugs, je pense que je n’en ai eu qu’un seul, et c’était parce que ma PS4 a trop chauffé (j’habite dans les toits et il fait parfois très chaud dans mon appart). Du coup, le jeu est resté bloqué alors que j’étais mort. Mais c’est tout.
      Au départ, je m’étais promis de ne pas mettre une note trop élevée, mais God of War est vraiment un très bon jeu.
      Sinon, oui, il n’y a qu’une campagne solo, mais quelle campagne ! J’en suis à 60h de jeu et je n’ai pas encore tout débloqué.
      Merci Bruno !

  2. Pour une fois il n’y a rien à dire alors…lol ^^
    En même temps ils ne font pas de mauvais jeu, vu le temps qu’ils mettent pour en sortir un. Ils travaillent beaucoup. J’imagine bien que s’il y a un patch correctif, c’est le maximum sur ce genre de jeu. Il est la preuve quand on fait son boulot comme il faut, les mises à jour et patch ne deviennent pas une référence pour corriger un jeu.

    +1000 pour Bruno qui achète toujours via vos liens, c’est un gros acheteur fidèle ^^
    Éric, il avait dit que les tests il en ferait 3 ou 4 mais pas plus sur l’année.

    C’est 40h de jeu sans mission secondaire, donc ce n’est vraiment que de la trame principale ?
    C’est le double de temps d’un God of War 2. Comme dirait F. Luchini “c’est énorme” ^^

    Comme la démo de Detroit : become Human, ça sent le meilleur quantic que David Cage ait fait. À mon avis lui aussi va être proche du parfait, tellement la démo sent la perfection à tous les niveaux, juste la durée de vie dont je n’ai pas connaissance.
    Tant mieux c’est super y a plus qu’à s’éclater !!!

    Toi P-Y qui a yooka laylee, tu sauras peut-être me le confirmer. J’ai lu qu’il y allait avoir un Dlc pour ce jeu, quelque chose du genre, de 2 mondes…?

    • Je pense qu’on va avoir des DLCs et des suites pour God of War, mais ça sera tout aussi qualitatif !

      Pour la trame principale, c’est bien ça. Personnellement, j’étais aux alentours de 50h de jeu quand j’ai terminé la trame principale, mais je prends bien le temps de profiter des paysages, des dialogues entre Kratos et son fils, etc.
      Pour Detroit, je n’y ai pas encore joué. Ce jeu m’intrigue, c’est vrai.

      Pour Yooka-Laylee, ils en avaient en effet annoncés, mais je n’ai pas suivi les actus. Je crois qu’ils se sont d’abord concentrés sur l’amélioration de l’expérience du jeu principal avant de sortir des DLCs.

      Merci Stephane pour ton commentaire !

    • Ah ah oui Stephane. En fait j’achète pas forcément les derniers jeux. Mais du moment que tu cliques sur un des liens de JSUG et que tu achètes n’importe quoi sur Amazon ou Fnac (dans les 24 heures) eh bien l’équipe touche une toute petite commission. Par exemple, que j’achète un jeu, un DVD ou une brosse à dent c’est la même chose. Du coup dès que j’ai envie de m’acheter une babiole sur Amazon par exemple je passe par JSUG. C’est le moins que je puisse faire ^^. Ah okay je savais pas pour Eric, je me disais bien qu’il testait moins de jeux qu’avant même si il reste quand même assez actif.

      • Je ne savais pas , tu m’apprends quelque chose. Déjà rien que sur youtube, ça doit lui prendre pas mal d’heures sans compter le reste.

    • En effet les gars ! Je confirme que dorénavant, je testerai beaucoup moins de jeux que par le passé… Cela dit, au mois de mai, j’ai un programme chargé puisque je m’occupe de Tennis World Tour et de Detroit Become Human. Stay tuned!

  3. Je n’étais pas plus intéressée que cela par la franchise, mais des échos ainsi que ta critique me donnent vraiment envie ! J’ai l’impression que la saga se renouvelle, à la manière d’un Assassin’s Creed ?

    • Doux Jésus ! J’avais répondu à ton commentaire, mais je pense que ma réponse n’est pas passée, désolé !

      Oui la saga s’est vraiment renouvelée, elle s’essoufflait un peu.
      Par contre, il faut toujours que je teste le nouvel opus Assassin’s Creed, je suis en retard…

  4. Merci pour ce test. J’ai attendu d’y jouer avant de venir commenter ton article. Je partage ton avis sur le jeu.
    En revanche il y a une chose que je trouve dommage dans ce jeu, je ne m’attendais pas à trouver cela sur un GoW, c’est l’aspect RPG du jeu et craft. Pour moi GoW on doit défourailler et pas “réfléchir” comment améliorer son personnage, même dans cette nouvelle vue en TPS, en tout cas c’est ce à quoi je m’attendais.
    J’ai l’impression que les AAA deviennent de plus en plus uniforme, c’est à dire qu’aujourd’hui un HZD, un TombRaider, un GoW (j’en oublie moult) propose tous cette mécanique de jeu avec des compétences, du craft, etc. Je m’attends à la même chose pour Spiderman.

    J’ai fini Last of Us ce weekend et en passant sur GoW je ne pensais pas retrouver un concept de jeu aussi proche alors que sur le papier cela n’a rien à voir…
    Au final le scénario, l’univers, la DA et le type de monde (ouvert ou non) sont les seules choses qui différent d’un AAA à un autre, c’est bien triste !

    • Salut Alex, merci pour ton commentaire !

      Alors, clairement, on sent un peu la même approche entre The Last of Us et God of War du point de vue de l’importance donnée à la relation entre les personnages.

      Pour God of War et son aspect RPG, je pense que c’était un ajout nécessaire au vue de la profondeur du jeu. Ils sont parvenus à renouveler une saga qui s’essoufflait pas mal. Avec une histoire aussi fouillée, des personnages aussi riches et un monde pareil, je vois mal comment ils auraient pu proposer un Beat Them’all classique.
      Je pense qu’il ne faut pas voir cet opus comme un God of War, mais comme quelque chose de nouveau.

      Pour la mécanique du craft et de l’expérience, je pense que c’est une évolution logique, dans le sens où cela donne davantage l’impression au joueur de personnaliser son expérience de jeu, c’est un peu la direction que prennent un peu tous les jeux.
      Personnellement, ça ne me dérange pas trop, étant donné que nous ne sommes pas dans le recyclage paresseux. Dans GoW, ce système est parfaitement intégré au gameplay, ce qui enrichit l’expérience générale. Concernant l’expérience du gameplay pur, je n’ai pas vraiment d’autres jeux qui me viennent à l’esprit dans lesquels j’aurais eu le même genre de sensation, du coup, je suis moyennement d’accord avec toi sur ce point.

      C’est vrai qu’on assiste à beaucoup de repompage dans les AAA, mais je n’ai pas l’impression que ce soit le cas ici. Encore une fois, ça reste un avis personnel 🙂

    • Spiderman n’est pas comme cela, il est un jeu plus proche d’un Batman dans le concept. Spiderman a une panoplie de coups assez fun mais bon après avec une histoire il reste juste de la castagne.

Laisser un commentaire