Mis en avant le mois dernier sur le PS Store et bénéficiant d’une bande annonce particulière, Firewatch a vite su capter mon attention. Mais qu’en est-il vraiment ? Développé par le studio Campo Santo, fondé par d’anciens de Telltale Games (The Walking Dead, Poker night at the inventory…), Firewatch nous plonge dans une aventure psychologique dans la peau d’un garde forestier tourmenté évoluant dans une superbe réserve naturelle du Colorado.

Avant-propos : des choix difficiles et douloureux !

L’un des meilleurs points de ce jeu est sans doute son scénario ! Avant même de pouvoir prendre contrôle de notre personnage, de nombreux choix sont à faire afin de connaître son passé et construire son état psychologique actuel. Le topo : « Harry rencontre une fille dans une soirée ». A partir de là, il nous faut donc choisir tous les moments-clé de leur relation, les premiers mots, comment la séduire, quand aménager ensemble, savoir si on veut adopter un animal, comment la demander en mariage… et, bien malheureusement pour nos deux tourtereaux, comment faire face à une maladie latente venant détruire peu à peu le couple.

Firewatch test PS4
Firewatch est un jeu sur les sentiments qui s’adresse à un public mature.

Adorant les jeux d’aventures où les choix sont cruciaux (comme pour The Walking Dead ou Until Dawn), cette entrée en matière m’a de suite fait tomber amoureux du jeu. Ce que j’ai vraiment adoré, c’est qu’on entre peu à peu dans la tête du héros tout en découvrant son histoire. En permettant de faire des choix à la place du personnage, on a l’impression que le parallèle est fait entre sa propre personnalité et la nôtre. C’est un peu comme si nos deux esprits entraient en communion, dans un délire à la Dans la peau de John Malkovitch.

Un principe de jeu simple mais pas simpliste !

Screenshot Firewatch PS4
Dans la peau de Harry, vous devrez la plupart du temps réaliser des actions contextuelles.

Après tant de déboires et de moments difficiles, Harry décide d’accepter un job de garde forestier afin de se retrouver seul en pleine nature et de pouvoir remettre un peu d’ordre dans sa tête. Sa mission est donc de surveiller l’immense forêt de toute activité suspecte (départ de feu, camping sauvage…) et d’intervenir. Un travail qui requiert de long trek en pleine nature, d’escalade, de rationnement de matériels et de vivre et bien-sûr de décisions sur la manière de réagir face aux problèmes rencontrés. Au programme donc, de nombreuses balades parfois déroutantes (le seul moyen d’orientation étant une boussole), de belles découvertes et une intrigue palpitante bien menée et pleine de rebondissements.

Firewatch jeu vidéo
C’est souvent quand on est au bout du tunnel que la lumière finit par jaillir…

Outre le fait de surveiller la forêt, somme toute anecdotique, l’intérêt principal du jeu est l’accompagnement psychologique du personnage dans cette période de remise en question et de réflexion vis-à-vis de ses démons intérieurs. C’est là qu’intervient Delilah, sa superviseuse, son seul contact avec la civilisation, que l’on peut appeler à tout moment par radio. Très vite va se créer un lien fort entre les deux protagonistes, et une sorte de relation « amimoureuse » naissante. A grands coups de choix multiples, nous sommes amenés à jouer tour à tour le psychologue ou le patient, tentant parfois difficilement d’aider nos deux héros et de les amener à se confier plus l’un à l’autre. J’ai particulièrement apprécié le fait de pouvoir ou non faire évoluer leur relation vers l’amour, l’amitié ou le mépris. Le jeu est donc intégralement malléable puisqu’il nous permet de changer le cours de l’histoire à tout moment. Un grand BRAVO aux scénaristes !

Une ambiance bien à part

Image Firewatch PS4
Graphiquement, Firewatch est une sacrée surprise. Le travail visuel est impeccable !

Ce qui m’avait séduit dans la bande-annonce (lien en bas de l’article), c’était l’ambiance générale qui semblait se dégager du jeu et je n’ai pas été déçu ! Oscillant entre une atmosphère à la Twin Peak et X-Files, le cours du jeu semble être en constante évolution. L’isolation du personnage, sa solitude et sa détresse nous prend aux tripes, faisant palpiter notre cœur à chaque rebondissement ou réflexion face à certaines situations délicates. Par moment, l’angoisse s’intensifie, surtout lorsqu’on se retrouve à errer dans la forêt de nuit, armé uniquement d’une lampe torche à chercher d’où viennent les cris inquiétants d’une campeuse. Une sensation de perte de contrôle et de vulnérabilité, rappelant évidemment le célèbre Projet Blair WitchL’isolation et la solitude sont d’ailleurs les maîtres-mots de ce jeu, mettant souvent en question la sanité d’esprit du joueur et du personnage.

Les petits à-côtés

Wallpaper firewatch PS4
Le jeu bénéficie en plus de cela d’une ambiance mystique à part entière.

Concernant les caractéristiques générales du jeu, on est sur une durée de vie de 6-8 heures, ce qui est pas mal pour un jeu indépendant. Les nombreux choix multiples, entraînant des changements dans le déroulé de l’histoire, confèrent au jeu une grande rejouabilité. Les graphismes quant à eux, sont dans une esthétique particulière, entre cartoon et réalisme, qui donnent beaucoup de charme à l’environnement dans lequel on évolue. J’ai apprécié passer du temps à explorer cette immense réserve naturelle, à chercher des raccourcis, à tenter de trouver des repères visuels. Niveau jouabilité, le jeu tient bien la route. Même si au départ on peut prendre peur devant la vitesse de déplacement du personnage, on comprend vite qu’on est pas dans un jeu d’action pure, et que l’intérêt se trouve ailleurs. Pour tous ceux qui n’aiment pas les jeux bavards ou qui cherchent un jeu nerveux, je vous conseille de passer votre chemin. Côté bande-son, là encore rien à redire, elle est en parfaite adéquation avec les différentes phases de jeu. Parfois inquiétants, parfois entraînants, parfois silencieux, les moments musicaux sont toujours bien choisis et viennent renforcer l’ambiance à la fois calme et oppressante.


Firewatch a été pour moi une belle surprise. Véritable bijou d’écriture, il fait partie de ces ovnis qui font évoluer le monde du jeu vidéo. J’ai vraiment passé un excellent moment de la toute première seconde à la dernière et je ne peux que le recommander à tous ceux qui aiment les jeux d’aventure à choix multiples. J’attends avec impatience la sortie d’un nouveau titre de ce jeune studio qui paraît être très prometteur ! 

La note de la rédaction
  • Gameplay - 8/10
    8/10
  • Durée de vie - 7/10
    7/10
  • Graphismes - 9/10
    9/10
  • Scénario - 9/10
    9/10

Les plus et les moins

✔︎ Un vrai petit bijou en termes d’écriture.
✔︎ Un très (très) bon jeu d’aventure !
✔︎ Une direction artistique exceptionnelle.
✔︎ Un jeu intelligent et très moral.
✔︎ Une bonne rejouabilité dans l’ensemble.

✘ Une durée de vie trop courte ?

8.3/10


Arnaud Troupenat

Gameur depuis 20 ans, j'ai exercé ma passion sur tous types de supports ! Jeux de combat, d’aventure, de survival horror et de plateforme, je suis un amoureux incontestable du jeu vidéo dans son ensemble.

3 Commentaires »

  1. Twin Peak, X-Files, Projet Blair Witch…. Les références à ce jeu sont des plus sympathiques et cerise sur le gâteau avec une note de 18/20. Les quelques images graphiques sont superbes et ça change des jeux d’action purs et durs.

  2. Bon test. j’ai adoré Firewatch, il a une ambiance qui surpasse le jeu vidéo en tant que discipline je trouve, j’ai vraiment kiffé! Et la note de 18/20 est méritée!

  3. Je viens de le finir, j’ai bouclé le jeu en une journée sans décollé et j’ai vraiment aimé. Ce côté contemplatif, le peu de musique. Le choix des dialogues, et les couleurs; On a vraiment tout pour faire un très bon jeu. En tout cas, une très belle critique. (:

Laisser un commentaire