La Wii U est en fin de vie, on le sait tous. D’ailleurs, elle n’aura pas laissé un souvenir incommensurable dans l’esprit des gamers. C’est bien dommage quand on sait que la console qui l’avait précédé avait révolutionné le jeu vidéo et l’avait rendu ô combien communautaire et interactif. Nintendo, qui s’est clairement reposé sur ses lauriers, a vraisemblablement loupé le grand virage next-gen et se retrouve plus que jamais en position de faiblesse. Le casual ne semble plus attirer autant qu’avant et la firme nippone est contrainte de lancer une nouvelle console en plein milieu de l’année fiscale – en mars 2017 plus exactement. Qu’on se le dise, c’est une sorte d’aveu d’impuissance. Qu’est-ce qui se profile pour Nintendo et son PDG ? Va-t-on assister au renouveau du Big N, ou bien à un nouvel échec cuisant ?

La Wii U : un fiasco qui ne pardonne pas

Nintendo aura quoi qu’il arrive fort à faire pour faire oublier la Wii U. En réalité, il ne sera pas tellement question de « faire oublier » sa console moribonde, mais plutôt de « se faire pardonner » auprès des joueurs et des éditeurs. Il faut dire que par-delà les frontières japonaises, la Wii U a accusé un certain retard sur ses deux rivales, la PS4 et la Xbox One. C’est sans surprise qu’on constate que le chiffre d’affaires du constructeur est en baisse de 8% en 2015, ses bénéfices nets ayant eux aussi chuté de façon vertigineuse (60% à 131 millions d’euros tout de même). Et si Nintendo reste leader incontesté dans la vente de consoles portables (au total, ce sont près de 59 millions de 3DS qui ont été vendues), la Wii U fait malheureusement pâle figure : seulement 12,80 millions de machines ont été écoulées ! Quand on sait que plus de 100 millions de Wii ont disparu des rayons depuis le lancement de la console, on peut dire que « Wii U » est bel et bien synonyme de flop.

“Nous sommes toujours en contact avec Nintendo et s’ils se mettent à proposer quelque chose – et que cela a du sens pour nous –, alors on sera là”.

Mais pourquoi cette console n’a-t-elle donc pas emballé les joueurs ? Tout d’abord, cette dernière s’est montrée trop peu innovante par rapport à sa grande sœur en matière d’hardware. Certains joueurs affirment avec rancœur que la Wii U n’est qu’une Wii HD, c’est peut-être bien vrai. Par ailleurs, l’absence de titres majeurs a également porté préjudice à Nintendo, bien que les deux ou trois licences exclusives au constructeur soient un argument de vente à elles toutes seules. Cela, néanmoins, ne peut fonctionner qu’auprès des joueurs qui ne jurent que par Nintendo. Les éditeurs l’ont bien compris. Si la Wii U ne s’est pas bien vendue, c’est parce que les éditeurs tiers ont ignoré la console de Nintendo. Il y a eu un désintérêt progressif qui s’explique en partie par une mauvaise communication et de mauvais choix marketing. Et ce n’est pas la récente intervention de Patrick Soderlund, vice-président d’Electronic Arts, qui nous fera dire le contraire. « Nous sommes toujours en contact avec Nintendo et s’ils se mettent à proposer quelque chose – et que cela a du sens pour nous –, alors on sera là ». Voilà comment mettre la pression à un constructeur qui s’est trop longtemps reposé sur son glorieux passé en une seule phrase savamment dosée.

La Nintendo NX part sur de mauvaises bases

Encore faut-il que la nouvelle machine de Nintendo ait les arguments pour plaire. On sait que le fabricant kyotoïte a pris les choses très au sérieux et à consacré beaucoup d’argent dans la RDI (certains médias évoquent la somme astronomique de 527 millions de dollars). Mais cela suffira-t-il ? Pas certain. La communication de Nintendo est comme souvent beaucoup trop évasive. On sait que la NX sortira en mars 2017, certes. Mais il aurait été bon de dévoiler une partie de la fiche technique de l’appareil. Au contraire de cela, Nintendo préfère vanter les mérites du prochain The Legend of Zelda, titre qu’une ribambelle de fans attend avec impatience mais qui perd inévitablement de sa superbe – normal, on ne connait même pas les spécificités techniques de la console qui l’accueillera en exclusivité. Encore une fois, le constructeur planifie mal ses annonces et sorties. Peut-être aurait-il été bon d’attendre, bien que l’on puisse comprendre que l’E3 soit la meilleure des scènes pour en mettre plein les yeux aux joueurs. Soit. Il va de toute façon falloir palier avec la sortie de la nouvelle PS4 de Sony durant la même période. Espérons que Nintendo ne soit pas en train de commettre une grosse erreur stratégique…

Dans tous les cas, les dirigeants nippons ont des arguments à faire valoir mais devront puiser leur énergie dans les origines même de Nintendo afin de satisfaire des fans en manque de confiance, puis, il sera question de reconquérir une partie des marchés longtemps abandonné à ses deux éternels rivaux. Le premier de ces deux objectifs, Nintendo espère l’ateindre en proposant ses futurs jeux au format cartouche, comme à l’époque de la première Nintendo. Pourquoi pas… Mais tâchons de ne pas être trop rétrograde. Plus qu’un simple retour aux sources, la NX devra surtout être hybride et incorporer un maximum de jeux possibles, tels que ceux jusqu’à maintenant destinés au marché du mobile par exemple. En attendant la NX et le nouveau The Legend of Zelda, les fans de Nintendo ont de la chance : ils vont pouvoir s’amuser à Mario et Sonic aux Jeux Olympiques de Rio. Plus sérieusement, écoutons Marcus, qui nous parle de la Nintendo NX dans la vidéo suivante.


Eric Lemattre

Élevé sur la planète Delta Orionis ZK-3.0, je suis venu sur Terre pour prêcher la vérité et sauver le genre humain. Susceptible mais costaud, je rends grâce à l’inventeur de la casquette. Oui, ce couvre-chef me va comme un gant !

1 Commentaire »

Laisser un commentaire