Pour la indie touch du mois, je t’invite à découvrir une île enchanteresse, des paysages de rêve et un jeu qui t’offrira de belles heures de détente. Après Leaving Lyndowune sorte de mini-jeu servant de démo à l’univers, Eastshade est le premier long titre de Eastshade Studios, et son développement aura duré plus de cinq ans. L’idée de base : faire un jeu d’exploration open-world et non violent, un peu à l’image de Wander, pour ramener le simple plaisir de découvrir l’univers au centre du propos. Je ne te cache pas que j’ai trouvé le résultat très réussi, et je compte bien te convaincre de lui laisser sa chance avec ce test de Eastshade réalisé sur PC ! Alors prends ton sac à dos, par ici la visite !

Eastshade : un visuel qui vaut le détour

Ne tournons pas autour du pot : le premier argument de taille de ce jeu, c’est clairement son ambiance extrêmement soignée et envoûtante. Les graphismes sont très réussis, avec des paysages aux tons chatoyants et sublimes de jour comme de nuit. Tu noteras quand même que pour le faire tourner avec une qualité optimale, il te faudra un PC relativement performant. Cette précision étant faite, je tiens à dire dans ce test de Eastshade que j’ai aussi beaucoup aimé la musique (notamment le thème de Nava), que tu peux d’ailleurs acheter sur Steam ou sur Amazon en passant par ce lien affilié. Celle de Mages of Mystralia m’avait déjà bien emballée le mois dernier, mes oreilles sont décidément gâtées !

Lyndow, la magnifique ville de départ du jeu !

Comme Danny Weinbaum l’explique dans le blog de développement de Eastshade, son but initial est de se focaliser sur l’exploration, et d’en faire l’intérêt principal de ce jeu.

“To put it technically, I’d like to attempt to make a game where the core reward loop is exploring itself. Exploring rewards you with things to help you explore more. As the combat in other RPGs can be a worthy experience itself, rewarded or otherwise, traversing the environment will be the worthy experience in Eastshade.”

Danny Weinbaum

Pour le dire techniquement, j’aimerais créer un jeu dont la boucle de gameplay réside dans l’exploration même. Explorer vous offre des récompenses afin de vous aider à explorer plus. Tout comme le combat dans d’autres RPGs peut être une expérience gratifiante en soi (qu’il soit récompensé ou non), parcourir l’environnement constituera l’expérience centrale de Eastshade.

(On remercie Pierre-Yves d’avoir rajouté un peu de style à ma traduction maison.) Cette réflexion m’amène à penser que Eastshade est un walking simulator (désolée, je ne peux pas le dire en français sans imaginer un appareil pour les pieds). Pour tout te dire, je m’empêtre encore dans la définition exacte de ce genre si souvent critiqué, et je n’aimerais pas que tu y associes les défauts qu’on trouve souvent à ces jeux (marche lente, ennui, manque d’interaction et j’en passe). Si tu considères le walking simulator comme un sous-ensemble des jeux d’aventure, alors je le range volontiers dans cette catégorie : un doux mélange de décors magnifiques et de quêtes variées.

Difficile de faire un choix parmi tous mes screenshots…

Un scénario en accord avec l’ambiance

L’idée est très maligne : pour profiter de ce cadre élaboré avec autant de soin, s’imprégner de la musique, de l’histoire du lieu et de ses habitants, on incarne une peintre arrivée sur l’île à la suite d’un naufrage. Afin de te faire un peu d’argent, t’équiper et atteindre les lieux les plus spectaculaires, il faudra remplir des commandes de tableaux et résoudre les différentes quêtes qui jalonneront ta route. La mission semble un peu simplette, mais on se prend vite au jeu du cadrage parfait, des couleurs idéales et de la composition qui mettra en valeur le paysage choisi.

test de Eastshade
Un exemple de créature que tu trouveras sur l’île.

Ne t’attends pas toutefois à des rebondissements incroyables ou à une trame narrative très poussée : il faut plutôt imaginer une foule de petits récits de vie, rythmés par les quêtes et les discussions avec les nombreux habitants de l’île, un sympathique patchwork que tu découvriras progressivement et qui renforcera l’identité du jeu au fil de tes découvertes.

Une multitude de ressources à collecter

Si le jeu est très simple à prendre en main, avec des mécaniques relativement intuitives, il regorge de surprises qui le rendent riche et passionnant. Du côté des items, on a les branches, champignons, plantes et plumes qui bordent les chemins et qui pourront être revendus ou utilisés pour construire des objets. On peut aussi faire infuser toutes sortes de thés et de tisanes aux effets parfois hallucinatoires, pêcher des poissons, acheter des livres et accumuler de l’inspiration en visitant des endroits nouveaux.

test de Eastshade
De jour comme de nuit, les ambiances sont magnifiques !

Mais au-delà de l’aspect ludique de la recherche de ressources, certains équipements seront parfois indispensables pour progresser sur la carte : impossible de se balader de nuit sans un manteau épais, savoir construire une tente te sera utile pour choisir ton heure de réveil et il te faudra construire différents moyens de transport si tu veux atteindre les coins les plus reculés de l’île. Puisque le jeu n’est pas exactement linéaire, difficile de dire à quel moment tu rencontreras ces objets, et cela va forcément influencer ta partie (si j’avais su dès le début que je pouvais débloquer ces foutues tentes, j’aurais perdu beaucoup moins de temps à essayer de deviner l’heure selon la position du soleil…).

Quelques imperfections sans gravité

Puisqu’il faut aussi dire ce qui fonctionne un peu moins bien, et ce qui pourrait te déplaire, je me permets un petit paragraphe de mise en garde. Ce qui m’a contrariée, c’est que si tu fais les mauvais choix, certaines quêtes ne pourront pas être terminées, et le jeu ne te le dit pas à l’avance (j’ai foiré quelques dialogues en début de partie qui ont eu des conséquences définitives sans que j’en sois consciente, rien de bien grave mais j’aurais pu m’y prendre différemment). De manière générale, les quêtes sont d’ailleurs peu dirigées, et parfois tirées par les cheveux : d’un autre côté, ça t’encourage à explorer, je ne peux donc pas vraiment reprocher ça au jeu.

test de Eastshade
La belle Nava, ville principale de Eastshade !

Je suis également obligée de signaler les quelques bugs que tu risques de croiser : certaines textures qui plantent, certains dialogues qui surgissent sans raison, des personnages qui risquent de te coincer dans les escaliers (ça sent le vécu)… Garde à l’esprit qu’il n’y a pas une grosse équipe de développeurs derrière ce titre et qu’il est encore tout frais, donc comme d’habitude on s’attend à des patchs et je ne veux pas m’attarder sur ces détails qui ne dénaturent absolument pas la beauté générale de Eastshade.


Tu l’auras compris, je suis totalement charmée par ce titre envoûtant, apaisant et innovant. L’univers m’a marquée bien après la fin de ma partie, j’ai pris des dizaines de screenshots et j’ai adoré parcourir les moindres recoins de l’île à la recherche des meilleurs points de vue. Malgré quelques couacs sans grande importance, on sent que ce jeu a été fait avec passion, et je te recommande vivement la lecture du devblog qui donne beaucoup d’informations sur les différentes étapes de création (la façon de construire une forêt, le ciel dynamique, les doublages, les choix esthétiques…). C’est également un jeu qui montre une autre facette des open-worlds, sans combat, pour le simple plaisir d’observer son environnement, et l’apaisement qui s’en dégage fait un bien fou. Si tu n’as pas peur des jeux contemplatifs et que tu veux t’évader, j’espère que ce test de Eastshade t’a convaincu de faire le voyage vers cette île paradisiaque !

La note de la rédaction
  • Graphismes - 9.5/10
    9.5/10
  • Gameplay - 8/10
    8/10
  • Scénario - 7/10
    7/10
  • Durée de vie - 8/10
    8/10

Les plus et les moins

✔︎ Une atmosphère hypnotique, tant par les décors que par la musique !
✔︎ Une démarche originale d'exploration non-violente.
✔︎ Beaucoup de petites mécaniques pour pimenter le gameplay.
✔︎ On ne se lasse pas d'arpenter l'île en long et en large !
✔︎ Environ 12 heures nécessaires pour finir les quêtes sans se presser.

✘ Peu d'aide pour certaines quêtes farfelues...
✘ Quelques petits bugs contrariants.
✘ Des idées de scénario qui pourraient être mieux exploitées.

8.1/10

Coline Métrailler

Scientifique dans l’âme et lectrice compulsive, les jeux vidéo forment un excellent moyen de combiner mes différentes passions. J’achète tous les jeux qui contiennent des animaux mignons, des meurtres mystérieux ou des bruitages à la bouche… J’espère que tu gères les grands écarts !

10 Commentaires »

  1. Ah ! Là, merci Coline, je découvre un nouvel univers qui va certainement m’enchanter. Pour la sénior que je suis, c’est génial ! Explorer sans fatigue, j’adoooore. Bon, je vais voir quand je m’offre ça…. toujours ton chouette style littéraire. Bisouxxx à toi ?

    • C’est vrai que c’est un jeu tout à fait adapté aux seniors !! Je n’y avais même pas pensé. J’espère que tu me rediras ce que tu en as pensé, j’ai hâte d’avoir ton retour 🙂 Merci beaucoup pour les bonnes ondes !! 😀

  2. Un très beau test, sincère et soigné, à l’image de ce jeu qu’est Eastshade probablement ! C’est toujours un plaisir de te lire la miss et même si les jeux dont tu parles ne m’attirent pas toujours nécessairement (je reste un incontournable fan boy des AAA, que veux-tu) je suis toujours sûr et certain de passer un agréable moment de lecture ?

    • Un grand merci Bruno ! Et même si tu ne te laisses pas tenter par mes suggestions de jeu, ça me fait très plaisir que tu fasses un tour sur mes tests (un jour, je me mettrai peut-être aux AAA, qui sait… Ou tu craqueras pour un jeu indé hehe).

  3. Ce jeu je l’attendais depuis hyper longtemps (j’avais découvert le boulot de la team avec Leaving Lyndow – qui fait office de prologue d’ailleurs). Il me tarde vraiment de le faire (quand je serai moins fauché financièrement parlant ^^).
    Ce test confirme tout le bien que j’en pensais. Ah, et j’adore l’ost de Leaving Lyndow signée Phoenix Glendinning (un de mes albums “méditation”), du peu qu’il a posté comme extrait sur Eastshade, je sens que je vais là encore adorer.
    En tout cas, merci à JSUG et Coline de parler de ce genre de jeu (Walking Simulator FTW).

    • Alors je t’avoue que j’étais passée totalement à côté de Leaving Lyndow, j’ai découvert Eastshade en furetant au hasard sur les dernières sorties Steam… Mais j’ai été conquise dès les premières minutes de jeu !

      D’ailleurs sur le devblog, ils expliquent que Leaving Lyndow était un moyen pour eux de réunir de l’argent sans passer par un kickstarter (et de faire d’une pierre deux coups, pour en même temps tester leur univers sur les joueurs), je trouve ça hyper malin ! Il faudra que je le teste. 🙂

      Pareil, l’OST me plaît énormément (je l’écoute en ce moment, pour te dire…) et elle sublime l’ambiance générale. Je pense que tu vas te régaler ! (Tout à fait d’accord, les walking sim, c’est trop bien !)

  4. Je suis moins fan de ce genre de jeu, après cela dépend il faut l’avoir sous les yeux, et regarder les vidéos un peu plus en longueur. C’est vrai que ça à l’air joli, la photo avec des jardins suspendus, on dirait que cela sort droit d’un prince of persia. Je suis un nerveux , j’ai besoin d’action ^^.
    Je l’avais mentionné à ton patron ^^, je ne sais pas si tu as vu, ou peut-être déjà joué à Ghost of a tale, je n’ai lu que peu dessus, mais le jeu aurait été fait par une personne, et rejoins par 5 autres, et le jeu visuellement juste bluffant. Il est sur pc depuis un moment, peut-être as-tu déjà joué.
    Ton test très agréable à lire comme le dit Bruno.

    • C’est sûr que ce jeu n’est pas très nerveux, au contraire. 🙂 Par contre je confirme, c’est très très joli !
      Je n’ai pas encore joué à Ghost of a Tale mais je l’ai acheté dernièrement, j’ai hâte de l’essayer ! Merci beaucoup pour ton retour 🙂

  5. Le jeu a juste l’air magnifique, et les paysages à tomber. Dommage que mon PC ne soit pas très puissant…mais c’est vraiment bien de voir des gens qui encouragent à ce point l’exploration, la beauté, le côté aventureux..ça change et ça fait du bien, aussi !

    • Entièrement d’accord avec toi ! J’aime autant l’approche que le résultat final 🙂 Par contre, oui, le jeu est assez gourmand et tu risques d’avoir des mouvements saccadés.. Jette quand même un oeil à la config requise sur Steam, on ne sait jamais !

Laisser un commentaire