Mon petit cœur de fan de Fallout: New Vegas s’est empli de joie lors de l’annonce de The Outer Worlds par Obsidian lors des VGX 2018. Amoureuse des RPG et de Bethesda (je ne le dirai jamais assez), The Outer Worlds était pour moi l’un des jeux les plus attendus de cette fin d’année avec Death Stranding et Pokemon Épée/Bouclier. The Outer Worlds est disponible sur PlayStation 4, PC et Xbox One tout en étant inclus dans le Game Pass depuis le 25 octobre 2019. Mais le gameplay répond-il à ma hype ? C’est ce que nous allons voir dans mon test de The Outer Worlds réalisé sur PS4 Pro et Xbox One X.

Il était une fois dans The Outer Worlds…

Il était initialement prévu que vous ne restiez cryogénisé que pendant une dizaine d’années, tout au plus. Évidemment, vu que rien ne se passe comme on le veut, votre vaisseau a légèrement buggé. Résultat des courses : vous avez fait la sieste un peu trop longtemps, et vous vous êtes même gelé les fesses. En fait, cela fait soixante ans que vous dormez dans un sommeil profond… Mais il faut voir le bon côté des choses : c’est quasiment la jeunesse éternelle à ce niveau-là ! Nous voilà donc soixante-dix ans après que votre vaisseau fut lancé en direction du système d’Halcyon, l’objectif initial étant d’envisager une colonisation utopique ; c’est ici que notre aventure commence. Vous découvrez dès votre réveil que la colonisation n’est qu’un lointain souvenir et que les grands de ce système se disputent les quelques planètes restantes de façon douteuse. Sachez que vous serez au cœur de cette guerre froide interstellaire : ce sera à vous de choisir votre camp dans The Outer Worlds.

Voici le magnifique système d’Halcyon dans The Outer Worlds.

Tout se paye dans The Outer Worlds

Ne lésinez surtout pas sur les quêtes secondaires. Premièrement parce que la plupart d’entre elles sont très cools et variées avec une touche d’humour comme les mecs d’Obsidian savent le faire, puis il vous faudra gagner de la tune pour avancer dans vos quêtes principales. Par exemple, je me suis retrouvée coincée lors de ma progression car il me manquait des Octos, la monnaie du jeu. La tune, la maille, l’oseille, croyez-moi, il vous en faudra ! Évidemment, vous pouvez voler, mais c’est trop facile et votre niveau de réputation baissera inévitablement ! Dans ce test de The Outer Worlds, laissez-moi donc vous donner un conseil : prenez plutôt votre temps pour explorer les villes, parlez aux habitants et aidez-les dans leurs quêtes, ils sauront se montrer généreux en retour. Par ailleurs, vous verrez souvent une ligne de dialogue de type « Où puis-je trouver du travail ? » lorsque vous parlerez aux résidents. De là, il faudra simplement être attentif à leurs dires et partir à l’aventure !

the outer worlds
Le dialogue demeure la meilleure solution dans la plupart des cas !

À la une, à la deux, à la six !

Une fois n’est pas coutume, vous ne voyagerez pas seul ! Comme dans Fallout 4 (#Canigou4ever), Far Cry 5 ou même Monster Hunter: World, vous aurez droit à un compagnon. À mon grand désarroi, il s’agira d’un être humain et non d’un animal ou d’une créature mystique. M’enfin, tant que j’ai de la compagnie, je vais pas râler. En effet, assez rapidement vous serez mis en relation avec Parvati. Elle réside sur la planète Terra 2, le premier lieu que vous découvrirez une fois réveillé. Etant une mécanicienne de formation, elle vous sera utile à maintes reprises. Vous aurez la possibilité de faire votre propre équipage composé de six personnes. Lorsque vous sortirez du vaisseau, seulement deux d’entre elles pourront vous accompagner (bah ouais, les autres préfèrent jouer au tarot dans le vaisseau). Je vous conseille de bien choisir les améliorations de ces personnages car ce ne sont pas de simples PNJ. En effet, vous pourrez décider pour chaque perso s’il doit attaquer de près ou de loin, s’il doit avoir un tempérament agressif ou plutôt passif, etc. Vous pourrez également choisir leur stuff car The Outer Worlds propose de nombreuses armures, casques et armes en tous genres. À vous de répartir équitablement et stratégiquement vos biens si précieux.

Test The Outer Worlds (PS4)
Bienvenue sur Terra 2 ! Vous savez pas ce que c’est ? Ça fait rien…

The Outer Worlds, ce sont aussi des dialogues soignés !

Je pense que c’est la chose la plus réussie dans ce jeu. Certes, il y a parfois trop de blabla mais quasiment toutes les conversations sont importantes dans The Outer Worlds. Vous pourrez avancer dans l’histoire en faisant des choix qui auront un vrai impact dans votre aventure. Ce n’est pas un secret, qui dit conquête du système d’Halcyon, dit querelles. Vous serez souvent amené à négocier lors de vos discussions avec les plus grands de ce monde ; éventuellement, vous devrez aussi les raisonner pour qu’ils vous laissent la vie sauve. Vous pourrez questionner les habitants pour découvrir de nouvelles quêtes secondaires, ou bien pour en apprendre davantage sur leurs conditions de vie souvent misérables. En leur prêtant main forte, vous aurez une belle occasion de faire monter votre réputation. Car l’argent c’est bien, mais la réputation est tout aussi importante dans The Outer World ! Si vous avez une mauvaise réputation sur une planète, il est possible que les habitants ne vous fassent pas confiance et ne vous donnent pas de travail. Et sans travail, pas d’oseille, et donc pas de chocolat. Aussi, serrez les fesses, prenez sur vous-même et les gens vous le rendront bien !

Parvati dans The Outer Worlds
Notre chère Parvati, protagoniste importante de The Outer Worlds.

« Toi tu vis, toi tu vis, toi tu crèves »

Évidemment, le jeu est composé principalement de longs passages de dialogues ainsi que de phases d’aventure, mais n’oublions pas les phases de combat ! Armé de votre pistolet ou d’un sabre, rien ou presque, ne saura vous résister. Vous trouverez ces instruments de la mort un peu partout : sur les cadavres, posés sur une commode ou bien dans un distributeur ! Oui, un distributeur. Les armes sont éparpillées un peu partout dans les villes pour votre plus grand plaisir. Vous y trouverez des flingues, des grenades (en gros de quoi zigouiller) mais aussi des armures, balles, médicaments et plus encore. Pour ce qui est des combats, vous aurez un large choix d’armements divers et variés. Vous pourrez sniper de loin, rafaler de près ou bien trancher en corps-à-corps. Mais attention, si la puissance de feu est présente, il faudra aussi se protéger en choisissant une armure robuste et résistante. L’aide à la visée toujours présente, pourra aussi vous être d’une grande aide. Également, sachez que peu de personnes sont immunisées contre les balles. Cela dit, faites attention, j’ai constaté lors de mon test de The Outer Worlds que certains protagonistes étaient essentiels si je voulais venir à bout de certaines quêtes. Pour citer Dewey de la série Malcolm : « Toi tu vis, toi tu vis, toi tu crèves ». Ah, ces enfants !

Avis The Outer Worlds
Roooh ! En voilà une grosse bébête !

L’espace, c’est de toute beauté !

Il est important de souligner que je ne suis pas en accord avec l’avis de certains autres tests au sujet des graphismes du jeu. J’ai eu la chance de tester The Outer Worlds sur PS4 Pro, ainsi que sur Xbox One X, et les graphismes sont loin d’être dégueulasses ! Certes, nous sommes en 2019, et certes, un jeu comme Red Dead Redemption en jette grave visuellement parlant, mais il faut aussi arrêter les comparaisons débiles. Obsidian n’est pas un studio énorme, il n’a pas le même budget que Rockstar pour développer ces jeux. Par contre, peut-être que lui il paye les heures supplémentaires de ses employés, qui sait ? Alors c’est vrai, j’ai parfois rencontré des bugs visuels (comme des ennemis qui restent coincés dans les objets ou la map qui ne se met pas à jour directement quand vous avancez). Mais bon, ceux qui se plaignent n’ont qu’à aller faire mieux ! Moi, j’ai trouvé l’univers de The Outer Worlds vraiment impressionnant et coloré. L’immersion est totale quand on regarde au loin et qu’on y voit une autre planète du système d’Halcyon. C’est beau, c’est frais et c’est fait avec amour !

The Outer Worlds
Prenez le temps de vous arrêter et contemplez l’univers de The Outer Worlds.

Personnellement, j’ai sincèrement aimé jouer à The Outer Worlds. J’ai retrouvé les mécaniques de jeu des premiers RPG américains avec beaucoup de dialogues, de loot et de combats. En contrepartie, peu de craft et de cinématiques. En revanche, je préciserai dans ce test de The Outer Worlds que ce jeu n’est pas fait pour tout le monde. Certaines personnes s’ennuieront en peu de temps, ne sachant pas vraiment par où commencer alors que nous, fans de gros jeux, apprécierons volontiers la liberté de déplacement qui nous est offerte, ainsi que celle des choix. En conclusion, je dirais que The Outer Worlds n’est pas un AAA mais s’en approche. Le jeu est beau, l’histoire cohérente, les mécaniques de jeu à l’ancienne très agréables. Je recommande !

La note de la rédaction
  • Gameplay - 7/10
    7/10
  • Graphismes - 7/10
    7/10
  • Scénario - 8/10
    8/10
  • Durée de vie - 8/10
    8/10

Les plus et les moins

✔︎ Un univers très soigné.
✔︎ Enfin un vrai RPG à l'ancienne !
✔︎ On retrouve la patte de Fallout: New Vegas.
✔︎ Une liberté de choix qui impacte la suite.
✔︎ Un fort potentiel de rejouabilité, même après la fin du jeu !

✘ Quelques bugs de texture.
✘ Dialogues parfois trop longs...
✘ Plutôt réservé aux joueurs qui aiment le style et la lecture.

7.5/10

 


Emilie Perier-Cambyt

Geekette depuis l'enfance, les jeux vidéo m'aident à surmonter les épreuves de la vie. Ils me permettent de m'évader, ils m'aident à respirer et c'est ainsi que je trouve mon équilibre.

2 Commentaires »

  1. C’est un peu comme Prey sorti en 2017, beaucoup de dialogue, et de mission à accomplir. J’ai du mal à rentrer dedans au début, mais après quelques heures, je trouve ma vitesse de croisière et là j’accroche.
    Celui-ci est sur ma liste, donc je le prendrai et je jugerai par moi-même ce qu’il vaut. Donc il n’est pas multi le jeu, c’est un pure jeu en solo ? C’est peut-être le petit bémol pour une fois, de composer une équipe et de partir à l’assaut des planètes avec des amis ou des joueurs en ligne. Après l’idée est bonne, et quand on va sur les planètes , ce sont des ennemis différents, ce n’est pas redondant, y a de la variété ? Quand on voit la photo c’est une sacrée bestiole ^^. Par contre Prey il était impressionnant visuellement et l’apesanteur était bien faite, quand on devait faire le tour de la station spatiale comme un cosmonaute. Il a pas l’air laid comme jeu, il est fait avec des mécaniques à l’ancienne. Je pense qu’il faut surtout aimer les déplacements à l’ancienne et tirer à l’ancienne. Enfin on se comprend ^^

  2. J’attendais ton test avec impatience et je ne suis pas déçu. Aucun argument ne me semble tiré par les cheveux ton test est très bon et répond à toutes mes questions 🙂. Allez c’est dans le panier je me l’offre pour Noël en plus ça fait longtemps que j’ai pas joué à un jeu de sci-fi.

Laisser un commentaire