Si je devais faire un top de mes séries de jeux vidéo préférées, Ace Attorney y serait forcément. J’ai passé des nuits blanches à accompagner Phœnix Wright dans ses enquêtes pendant mon adolescence, et c’est ce qui m’a fait tomber dans la marmite des jeux narratifs (au point que je le cite dans ma bio !). À l’époque, les animations étaient minimalistes, les décors très sommaires et les musiques en 8-bit, mais j’étais déjà captivée par les retournements de situation et la folle galerie de personnages. 

Et nous voilà quinze ans plus tard, pour la sortie très attendue de The Great Ace Attorney Chronicles, qui marque le retour de Shu Takumi dans la licence ! Deux jeux en un pour plus de soixante heures de contenu sur Switch, PS4 et PC, un nouvel avocat (Ryunosuke Naruhodo) qui découvre l’Angleterre de la fin du XIXe siècle, un duo de choc avec Herlock Sholmes (eh oui, il semblerait qu’ils ont préféré changer le nom pour éviter tout problème légal)… Tout ceci sent très bon, imagine donc ma joie quand Eric m’a dit que Capcom nous offrait une clé ! Mille mercis à eux, et embarquons ensemble dans ce test de The Great Ace Attorney Chronicles pour voir si ce spin-off tient ses promesses !

Le fameux "Objection" dans le dernier Phoenix Wright
Même le fameux « objection » a droit à son petit look british !

The Great Ace Attorney Chronicles : un peu de contexte

Pendant l’écriture de ce test de The Great Ace Attorney Chronicles, j’ai eu l’occasion de me documenter sur l’évolution de la franchise, et je trouve intéressant de te poser le cadre très rapidement (histoire de te donner une idée de la hype qui entoure cette sortie). Lorsque Phœnix Wright a commencé à prendre de l’ampleur, Level-5 a approché le directeur et scénariste des quatre premiers jeux, Shu Takumi, pour lui proposer de travailler sur un cross-over avec Professeur Layton. Le développement a pris beaucoup plus de temps que prévu, et après quelques spin-off pour meubler l’absence de Takumi, Capcom a finalement décidé d’attaquer Ace Attorney 5 sans lui. Les nouveaux scénaristes se sont écartés des rails prévus à l’origine par Takumi, et lorsque Professeur Layton vs. Phœnix Wright est enfin sorti, Capcom lui a proposé de prendre les rênes d’un nouveau spin-off : The Great Ace Attorney. Sorti en deux volets, en 2015 et en 2017 au Japon, il aura fallu six ans pour qu’il soit traduit et distribué à l’international… Et nous y sommes enfin, avec The Great Ace Attorney Chronicles qui réunit les deux jeux en anglais ! Si tu veux plus de détails, je te recommande par exemple cette vidéo qui explique tout avec soin. 


Côté scénario, comme je le disais, on est à la fin du XIXe siècle, le Japon et l’Angleterre tentent de renforcer leurs liens diplomatiques et le jeune Ryunosuke Naruhodo va en profiter pour faire un séjour à Londres. Il découvre ainsi d’autres lois, d’autres systèmes juridiques et évidemment une culture très différente de la sienne. Fort heureusement, il pourra compter sur son assistante Susato et sur le fameux Herlock Sholmes pour l’aider dans ses enquêtes. Avant d’attaquer la suite de ce test de The Great Ace Attorney Chronicles, je préfère te prévenir : ça va fangirler sévère, par ici !

Un gameplay qui sait se renouveler

Si tu es familier de la franchise, tu ne seras pas dépaysé avec ce nouveau titre : on alterne les phases d’investigation et les scènes au tribunal, comme d’habitude, on brandit les preuves pour piéger les coupables et on profite des contre-interrogatoires pour dénicher les incohérences des témoins. C’est un jeu essentiellement narratif (il ne faut donc pas avoir peur de lire beaucoup de texte), mais la licence parvient toujours à se renouveler avec des mécaniques inédites, et cet opus-là ne fait pas exception ! On sent que le temps passé sur Professeur Layton vs. Phœnix Wright a porté ses fruits, et certaines idées qui étaient déjà ébauchées dans ce titre sont perfectionnées ici. Par exemple, il est désormais possible d’interroger plusieurs témoins en même temps, ce qui permet d’observer les réactions des uns et des autres. En Angleterre, le juge n’est pas seul à rendre son verdict : six jurés sont également présents, et ils rajoutent beaucoup de dynamisme à l’ensemble !

Critique The Great Ace Attorney Chronicles sur PC
Ça en fait du monde, dans ce tribunal !

Les phases d’investigation prennent également de l’ampleur, puisqu’on peut manipuler des pièces à conviction en 3D et utiliser les derniers gadgets de Herlock Sholmes (qui pallient le manque de technologie de l’époque). Autre ajout très sympathique : les déductions de Herlock Sholmes, qu’il faudra régulièrement rectifier puisque l’enthousiaste détective a tendance à tirer des conclusions un peu hâtives. À toi de trouver la faille dans ses raisonnements et à construire une narration plus crédible. Bref, on s’éloigne du schéma devenu classique des dialogues et des preuves à brandir, et l’ensemble est délicieusement ludique, rythmé et captivant.

Une direction artistique savoureuse

Côté direction artistique, quel bonheur, mais quel bonheur ! Là aussi, on voit que le temps a passé depuis la première trilogie et on a désormais droit à des magnifiques animations, des cinématiques en dessin animé (et doublées !), des personnages toujours plus expressifs et mémorables et des décors de plus en plus soignés. C’est simple, j’en ai pris plein les yeux et je n’ai que des louanges en stock sur l’identité visuelle du jeu. Je tiens toutefois à rappeler que The Great Ace Attorney Chronicles est un portage en haute résolution d’un titre initialement paru sur 3DS.

le personnage Herlock Sholmes
Laisse-moi te présenter ce cher Herlock Sholmes !

Mais ce que j’ai préféré dans The Great Ace Attorney Chronicles, c’est sa musique. J’ai toujours eu un faible pour la bande-son de ces jeux, et là on a enfin droit à une version orchestrale qui donne un souffle dingue à la narration ! La montée de tension dramatique quand on touche du doigt un élément qui peut faire basculer toute l’affaire, avec les violons qui s’emballent derrière… Beaucoup trop cool, qu’est-ce que tu veux que je dise de plus ?

Une bonne raison de se mettre à l’anglais !

Il faut quand même que je te prévienne : le jeu n’a été traduit qu’en anglais, et rien ne dit qu’une traduction française officielle verra le jour. C’était déjà le cas pour les opus 5 et 6 (Dual Destinies et Spirit of Justice), mais vu que la réédition de la trilogie originale a bien marché en Europe, Capcom se décidera peut-être à étendre sa localisation dans un second temps. En attendant, des pétitions voient le jour et des traductions faites par des fans se mettent en place pour la version 3DS, on verra bien si la situation se débloque prochainement. Si tu veux le tenter en anglais, sache quand même que le niveau requis est plutôt élevé, avec des jargons différents selon les personnages.

Avis The Great Ace Attorney 2021
Tout est soigné, jusqu’aux écrans de titre de chaque chapitre.

Si tu n’es pas rassasié avec la confortable durée de vie de ce jeu, tu seras ravi d’apprendre qu’il propose aussi pas mal de contenus additionnels ! Des tenues différentes pour nos héros, des croquis, des petits épisodes bonus, mais aussi un nouveau mode de jeu, le Story Mode, qui permet de profiter de l’histoire sans rester bloqué par les déductions. Active-le, installe-toi confortablement et le jeu prendra toutes les décisions à ta place. Si tu veux tout de même profiter de l’aspect interactif sans passer ton temps à faire avancer les dialogues, tu peux également choisir le mode Autoplay qui fait défiler le texte automatiquement.


Bref, je n’ai pas grand chose à dire dans ce test de The Great Ace Attorney Chronicles : je ne peux que m’extasier devant la qualité de ce nouvel épisode, alors je préfère m’arrêter avant que ça devienne trop répétitif. Les personnages sont fabuleux, les affaires m’ont passionnée, la trame narrative générale est vraiment bien construite et le tout est enrobé d’une direction artistique phénoménale. Pour ceux qui comme moi ont connu le Phœnix Wright des premiers jours, c’est assez émouvant de voir le chemin parcouru et de pouvoir enfin profiter d’un titre qui met le paquet sur les graphismes et la bande-son. Le résultat, c’est une triple dose de moments épiques, d’énigmes parfaitement dosées, de cinématiques aux petits oignons, de personnages plus attachants que jamais. Je suis bluffée de la façon dont Ace Attorney se réinvente avec les années, et je serai au rendez-vous pour le prochain jeu ! Au passage, si tu espères aussi une suite, fais-le savoir à Capcom : ils ont lancé un grand sondage pour tâter le terrain auprès des amateurs de la franchise ! Et toi, qu’est-ce que tu penses de Phœnix Wright ? Je suis impatiente d’avoir ton avis dans les commentaires !

La note de la rédaction
  • Gameplay - 9/10
    9/10
  • Scénario - 9/10
    9/10
  • Direction artistique - 10/10
    10/10
  • Durée de vie - 10/10
    10/10

Les plus et les moins

✔︎ La musique ! LA MUSIQUE !
✔︎ Direction artistique au top !
✔︎ Scénario hyper cool !
✔︎ Personnages mémorables !
✔︎ Durée de vie généreuse !
✔︎ Ça se voit que je suis fan, ou pas trop ?

✘ Disponible uniquement en anglais.
✘ Non mais j'ai pas d'autre idée, on va pas faire semblant.

9.5/10

 


6 Commentaires »

  1. Cela se sent légèrement que tu es une fan ^^.

    Le Professeur Layton, de nombreuse fois vu en publicité à l’époque, le jeu qui se passe au tribunal phoenix wright. Je n’ai jamais joué à ce(s) jeu(x), il avait l’air intéressant à cet époque-là Professeur Layton, c’était sur portable. C’est un jeu qui doit changer de l’ordinaire. il doit avoir eu du succès, je ne pense pas que tu sois la seule fan de ce jeu. Il doit avoir son publique. Je crois même que c’est un jeu qui est unique en son genre. La série Professeur Layton est basée plus sur des énigmes et celle des Phoenix le tribunal ?

    • Haha je ne fais pas grand chose pour le cacher !

      Oui, il y a une communauté assez soudée autour de cette licence ! C’est ça, Layton est plutôt sur des petites énigmes à résoudre, et Phoenix plutôt sur les procès (avec les incohérences à trouver, la bonne pièce à conviction à montrer, etc.) 🙂

  2. Super test ! Quand tu vois un jeu comme celui là c’est évident que les fans sont aux anges ! J’ai passé des heures à jouer à Phoenix Wright y a longtemps quand j’étais étudiant (même quand fallait réviser pour les partiels 😅🤣).

    MDR Herlock Sholmes ça fait penser à une variété de cannabis ! 🤣 Espérons une localisation en français et dans d’autres langues pour faire plaisir à l’ensemble du public !

    • Ooooh ça fait plaisir de savoir que tu aimes cette licence aussi 😀

      Oui c’est pas fou ce choix de nom, même s’ils en profitent pour faire quelques jeux de mots au passage ^^ Ce serait génial qu’il soit traduit en français oui, le niveau d’anglais est plutôt exigeant !

  3. Je n’ai pas du tout testé cette licence, mais je connais une ou deux fans dans mon entourage ! Tu fais une fabuleuse critique ici, et j’imagine à quel point c’est émouvant de revenir sur la suite d’un jeu qu’on a fait plus jeune et qui avait tapé dans l’oeil. Il y a une sacrée belle évolution entre les opus !

Laisser un commentaire