Mes chers ouistitis, vous avez probablement tous entendu parler de Life is Strange, titre du développeur DontNod qui jouait la carte d’une narration originale, sans oublier ses personnages fascinants, son ambiance nostalgique et poétique et ses graphismes peints à l’aquarelle. Avec Before the Storm, préquelle cette fois-ci développée par le petit studio Deck Nine Games, l’idée est clairement de faire patienter les fans et de combler une partie de leurs attentes avant un potentiel Life is Strange 2. Le focus sur le passé tourmenté de Chloe est-il réussi ? Le retour à Arcadia Bay remplit-il toutes ses promesses ? Cet épisode est-il aussi marquant que le premier ? Je vous dis tout ça dans mon test de Life is Strange: Before the Storm. Pourvu que le calme apparent ne cache pas de terrible tempête !

Before the Storm : trois ans avant la tempête

Situons d’abord les faits mes chers ouistitis. Life is Strange: Before the Storm se déroule trois ans avant le retour de l’héroïne du précédent jeu, la tendre et docile Max, à Arcadia Bay. Cette fois-ci, le joueur se glisse dans la peau de son amie Chloe, probablement le personnage secondaire le plus charismatique du premier opus. Que les fans de la petite brune un peu paumée soient bien conscients d’une chose : dans Before the Storm, Max n’est pas jouable (à moins d’accepter de payer l’Édition Deluxe du jeu, laquelle offre un épisode bonus baptisé « Farewell »). Cela signifie que vous allez devoir accepter de supporter le sale tempérament de grincheuse de Chloe, adolescente que j’ai trouvé particulièrement irascible dans ce deuxième opus édité par Square Enix. Voilà une première chose qui m’a dérangé !

Test de Life is Strange Before the Storm (PS4)
Dans Before the Storm, Chloe Price est méga-énervante, chiante, relou quoi !

En effet, j’ai largement préféré la version punk rebelle de Chloe dans Life is Strange. Derrière son attitude indisciplinée, Chloe était surtout une forte tête, une insurgée qui défendait ses convictions corps et âme. Dans Before the Storm, Chloe traverse une période forte en turbulences. Elle s’oppose sans arrêt à ses parents, notamment à son beau-père, qui n’a finalement rien du salopard que l’on avait connu dans le premier volet. Elle fait montre d’un égoïsme à toute épreuve, est profondément stupide et insensible. Parfois même, ses choix ont une réelle incidence sur sa famille ; mais Chloe, en bonne adolescente narcissique qui ne songe qu’à son propre bonheur, s’en contre-fiche. La personnalité de Chloe m’a tellement agacé que j’aurais franchement préféré ne pas jouer à cette préquelle. Ouais !

Des choix sans la moindre conséquence…

Le fait que le personnage de Chloe m’insupporte dans Before the Storm est purement subjectif, on est bien d’accord ! Il faut comprendre Chloe : elle n’assume pas les récentes fractures familiales, ne s’entend pas avec David, le nouveau chéri de sa mère et risque de se faire expulser du lycée à cause de son penchant pour la marijuana (et elle a bien raison). Devant tant d’obstacles, on imagine sans mal que les phases de dialogues sont intenses dans Before the Storm. En effet, les conversations sont toujours aussi bien ficelées que dans le premier opus et les répliques sarcastiques de Chloe ne manquent pas de faire mouche à plusieurs reprises. Il est clair que ça ajoute du piquant à l’histoire !

Test de Life is Strange Before the Storm (PS4)
Je vous l’ai déjà dit, Chloe tire (trop) souvent la tronche…

Cependant, les choix difficiles devant lesquels nous nous retrouvons n’ont aucune sorte de conséquence sur la suite de l’aventure. En effet, je me suis payée le luxe de rejouer trois fois les mêmes séquences afin de voir si les décisions que l’on prend ont une incidence sur l’histoire. Eh bien non… Le déroulé reste le même. Et je trouve ça franchement dommage car la force de Life is Strange était ses choix aux conséquences multiples. Finalement, l’expérience proposée par Deck Nine Games est plus superficielle que le Life is Strange original. Cela se ressent également dans les différentes interactions avec les objets, qui ne donnent lieu à aucun rebondissement en particulier. Je soulèverai donc une interrogation dans ce test de Life is Strange: Before the Storm : privé de sa substance première, le jeu est-il une coquille vide ? Si Before the Storm offre une expérience nouvelle, on sent que cette dernière est moins profonde que dans le jeu de DontNod, qui poussait la réflexion au-delà du simple script.

Le Backtalk pour remplacer les pouvoirs de Max

Si Life is Strange proposait une expérience singulière, c’est aussi grâce aux pouvoirs de Max, qui pouvait en quelque sorte rembobiner le temps afin de corriger certaines erreurs commises aux incidences bien souvent mortelles. Le hic, c’est que Chloe, à l’exception d’une langue sacrément fourchue, ne dispose d’aucun pouvoir. Afin de pallier cette lacune, les développeurs du jeu ont introduit un système baptisé Backtalk. Ce système intervient durant les phases de dialogues et met en surbrillance l’esprit vif de Chloe. Concrètement, une notification bleutée apparaît lors des séquences riches en émotion. Grâce au Backtalk, Chloe peut retourner les paroles de ses interlocuteurs contre eux. De cette manière, elle s’extirpe de situations délicates. Le Backtalk est représenté par une barre comportant des cercles.

Test de Life is Strange: Before the Storm (PS4)
Au cas où vous auriez pas pigé, Chloe et Rachel sont copines comme cochones.

Au milieu de la barre, on trouve un sablier. L’objectif est d’écouter ce que dit votre interlocuteur et de distinguer un mot-clé spécifique. Une fois identifié, Chloe pourra s’en servir pour riposter. Bien sûr, il est nécessaire de réagir dans un certain délai, sinon les choses seraient trop faciles ! Attention, le Backtalk n’est pas toujours la meilleure solution, parfois il sera judicieux de laisser les choses suivre leurs cours. Je pense que le Backtalk est une super idée car il introduit une notion de risque et peut valoriser le joueur si ce dernier effectue les bons choix. À noter que les éternels puzzles sont toujours de la partie. Si vous aimez vous servir de vos méninges pour résoudre des énigmes, vous serez servi !

Une narration forte… mais des incohérences !

Jusqu’à maintenant, dans ce test de Life is Strange: Before the Storm, j’ai sciemment souligné les points négatifs les plus marquants du jeu. Mais que l’on ne se trompe pas, cette préquelle brille par bien des aspects. À l’image du premier Life is Strange, l’OST du jeu est toujours aussi excellente et bien choisie par exemple. Les graphismes légèrement plus cartoon du jeu sont un plaisir pour les yeux. Quant à la narration, elle est toujours aussi brillante, à tel point que l’on n’a pas envie de ranger la manette et que l’on resterait scotcher devant l’écran pendant des heures. La grande force de Before the Storm demeure aussi la présence de personnages forts et attachants ; l’introduction de Rachel Amber, futur personnage central des épisodes à venir, est un véritable symbole jubilatoire, elle qui représente le fil conducteur de l’intrigue du Life is Strange canonique. Les fans de la première heure regretteront cependant quelques incohérences inexplicables telles que le changement de voix de Chloe, l’actrice Ashly Burch ayant cédé sa place à Rhianna DeVries. Bien que la différence soit à peine audible, cela ne plaira peut-être pas à ceux qui ont un sens poussé du détail. Oui, je sais, j’aime être enquiquinante ! 


Préquelle de Life is Strange, Before the Storm nous raconte une histoire inédite, une histoire que nous avons le sentiment de déjà connaître. Il est certain que le jeu de Deck Nine Games s’adresse principalement aux fans, aux vrais, aux durs. Le studio nous propose une aventure fidèle au premier opus, laquelle est indispensable pour mieux comprendre le mythe autour du personnage de Rachel Amber. Si l’on regrettera le personnage insipide de Chloe (cette fois-ci privée de sa légendaire teinture capillaire), sa nouvelle voix sortie de nulle part ou encore les choix dénués de conséquences, Before the Storm propose quand même de nouveaux mécanismes qui sont introduits de manière intéressante. Sans être magistral, Before the Storm est un jeu de qualité qui vous occupera suffisamment avant la vraie suite attendue de Life is Strange, qui est actuellement en cours de développement dans les locaux du studio DontNod. 

LA NOTE DE LA RÉDACTION
  • Gameplay - 7/10
    7/10
  • Durée de vie - 6/10
    6/10
  • Graphismes - 7/10
    7/10
  • Scénario - 7.5/10
    7.5/10

Les plus et les moins

✔︎ Une narration toujours aussi solide.
✔︎ L'introduction du système Backtalk.
✔︎ Une OST qui vous donne des ailes !
✔︎ Le personnage de Rachel Amber.

✘ Le sale caractère de Chloe...
✘ Des choix sans incidence sur l'histoire ?
✘ Des puzzles et interactions anecdotiques.

6.9/10

Joanne Salaun

Sportive quand je suis motivée, fanatique de Leonardo DiCaprio, fashionista mais pas trop car ça fait quand même mal au porte-monnaie, j'ai le bonheur d'être rédactrice pour Je suis un gameur.com et j'en suis vraiment très fière. Mince, j’ai oublié de dire « parce que je le vaux bien » !

24 Commentaires »

  1. Ah zut ! J’avais déjà de la peine avec Chloe dans le premier opus (je la trouvais trop manipulatrice, à faire la tronche dès qu’on ne faisait pas les choix qu’elle voulait,capricieuse, drama queen, tout ça) alors dans celui-ci je pense qu’elle va me gonfler 😉 Dommage aussi que les choix n’aient pas d’importance, c’était la force du premier, mais vu que j’aime beaucoup les Telltale je pourrai certainement prendre du plaisir quand même 🙂 Je le tenterai en tout cas, pour patienter avant le 2 ! 😀

    • Coucou ma belle ❤. Oui, tu te rends compte qu’au final la Chloe de Life is Strange était assez cool par rapport à sa version antérieure. Bon après c’est normal dans Before the Storm on assiste en quelque sorte à la genèse de la personnalité rebelle de Chloe. Mais je t’avoue que c’est vrai, elle m’a vraiment gonflé dans cette préquelle…

  2. C’est pour surfer sur la vague du succès des ventes de life is strange, en attendant la sortie majeure du deuxième opus. À ce moment-là on peut prendre tous les personnages secondaires et on en fait des préquelles. On va dire une coquille à demi vide, une touche visuelle plus adaptée sans plus, un pouvoir intéressant qui pourrait être encore mieux fait, si on s’y était donné plus de peine, l’erreur de faire des choix qui n’engendrent rien du tout. Par contre le temps qu’il dure ce préquel et son coût, tu ne l’as pas marqué. Par contre ta parenthèse à côté de marijuana, c’est à éviter sur des sujets traitant les jeux vidéo car le public peut être jeune et ton influence en tant que jeune femme et mignonne par la même occasion pourraient faire déraper certaines personnes. Toute forme de drogue, même la plus petite, dites-vous bien que ce sera toujours de la merde, rien que de la merde, dans la vie quand on ne sait pas s’amuser sans cela, C’est bien triste.Tu as de la chance que je ne suis pas à tes côtés car tes cigarettes joyeuses, avec moi ce serait tintin. ^^

    • et le sexe ? et l’alcool ? et les médicaments ? et la vitesse au volant? et les hamburgers ? et les sucreries ?
      Ce ne sont pas des addictions dangereuses peut être ?

      et les armes ? et la guerre , et la mort, et le meurtre et le viol, et la grossièreté …
      Ce ne sont pas des “attraits dangereux” ou des “modèles déviants” pour les influençables ?

      Pourtant les jeux en sont plein, pour ne pas dire que l’industrie vidéo-ludique tourne quasi exclusivement autour de cela. De même que le cinéma….
      Posez vous 5 min et réfléchissez-y. Faites 2 colonnes celle du tabou et celle de l’hypocrisie et remplissez ce que toute l’industrie du divertissement distribue. (prenez un grande feuille et écrivez petit)

      Et le sport aussi puisqu’il provoque la sécrétion des endorphines, des morphines… De synthèse ou naturelle, une molécule reste une molécule et ses effets aussi.Ce sont les excipients, les autres molécules qui l’accompagnent (pour activer, amoindrir ou cibler l’action) qui pose problème dans les molécules de synthèse. Mais on en parle pas, on entretient les tabous du siècle dernier.

      • oui d’accord je ne vous dirais pas le contraire.^^
        Par contre j’ai en horreur les gens qui interviennent en se prenant pour je ne sais qui comme vous les faites. On a compris que vous étiez intelligent, faites un cumulet ça vous détendra.
        Ici quand j’écris un commentaire je le fais en parlant à Joanne uniquement. Elle est assez grande pour me répondre. Je n’ai pas besoin d’intervenant. Les attitudes comme sur jeux video.con, ça a tendance à me saouler
        La prochaine fois que tu t’adresses à moi gvaudan., tu feras vœux de silence.
        .

    • Tu résumes bien la situation je trouve. Je n’ai pas donné d’estimation par rapport au temps de jeu parce que Before the Storm sera scindé en plusieurs épisodes, seul l’épisode 1 est disponible en ce moment. De plus, le temps de jeu variera selon que tu veux ramasser tous les objets, interagir avec l’environnement ou pas. Du coup je dirais 2-3 heures par épisode.

      Tu sais Steph je pense qu’on a tous nos addictions. Ne t’en fais pas, je ne suis pas une droguée, d’ailleurs un petit buzz de temps en temps ça fait pas de mal et c’est même moins nocif que la bouffe industrielle qu’on nous force à ingurgiter tous les jours. Du coup je te dis : Tintin & Milou MDR.

      • J’avais zappé qu’il était en plusieurs épisodes, oui forcément comme life is strange.
        Je sais bien mais si on peut plus te faire quelques piques, ce n’est plus marrant hein. ^^.
        On dit ça tu sais, j’avais un ami c’était pareil, il contrôlait, puis après il a gouté à d’autre saletés et puis pour finir il s’est pendu car l’addiction est montée crescendo, à un point de non-retour.
        Après chacun son avis et chacun fait ce qu’il veut, c’est sûr, mais bon je préfère dire à une personne que j’apprécie, de faire attention elle se reconnaîtra. C’est lui qui me disait ça des cigarettes joyeuses.^^

  3. Tout ce que je craignais ! Chloé m’a toujours agacé et à l’annonce même de cet épisode, j’ai su que ça allait forcément bloquer avec elle en personnage principal… J’y jouerai peut-être un jour, par curiosité, mais je préfère attendre le 2. Très bon test au passage !

  4. Et bien ! Il semble que la mise en scène des tumultes de l’adolescence soit bien réussie a lire comme cela t’a exaspérée. Un rebelle narcissique et stupidement agressif, c’est un peu comme cela que nous découvrons nos ados une fois devenus parents… J’imagine que l’identification est encore accentuée par le fait que c’est une héroïne, peut être serais je, moi, adulte et papa, moins éprouvé par cette post punk en construction.
    Je dois dire que je suis fan des 1ers épisodes, et que Chloé m’a toujours un poil agacé, je lui trouvais “déjà” ce coté irascible sans justification sérieuse. Le time shift me permettant même de la “punir” comme la scène de la chambre avec le papa et la dénonciation ou non du joint. Et c’est justement ce type de ressenti qui fait de LiS un jeu excellent : les personnages sont des caractères mais pas de l’esbroufe, des caractères réels, .

    Je lis que le rapport au père est toujours mis en scène, peut être un peu plus élaboré que dans le 1er ? (ce serait excellent, c’est une de mes attentes. (mais c’est jamais bon d’avoir des attentes, on prend le risque d’être déçu).

    Tu en dis peu sur Rachel, l’autre attente finalement car c’est la raison d’être des aventure de Max après tout. C’est bien, tu nous spolie pas, et ça donne envie d’aller y voir soi même.

    Si je comprends bien tu ne sera plus rédactrice pour JesuisunGameur ? Je viens d’arriver alors je ne sais pas quelle conséquence ou pire, quelle absence de conséquence, cela peut avoir. Dans tous les cas je te souhaite beaucoup de réussite dans tes futurs projets. La qualité rédactionnelle de cet article est de bonne facture de mon point de vue.

    Merci et au plaisir de te lire ailleurs, petite souris 😉

    • Coucou Gvaudan (comme la bête ? hi hi). D’ailleurs ça me fait penser, j’ai lu quelque part que la bête du gévaudan aurait été une hyène. Tu le savais ? Merci pour ton très beau commentaire, très constructif.

      Alors pour répondre à tes questions, oui le rapport au père (ou plutôt beau-père) est vraiment mis en exergue dans le premier épisode de Before the Storm. Dans Life is Strange, David avait une personnalité mystérieuse, c’était un personnage finalement assez secret, qui éveillait les soupçons. Dans Before the Storm, je trouve qu’il est traité différemment : c’est un nouveau papa qui a conscience qu’il entre dans le territoire d’une adolescente difficile. Il fait donc des efforts, tente de se montrer délicat tout en s’efforçant d’imposer ses principes de droiture.

      Oui, je n’ai pas voulu trop en dire sur Rachel Amber. De toute façon, dans l’épisode 1, elle n’apparaît vraiment qu’à la fin. Le joueur découvrira ce qu’il en est par lui-même.

      Ohhhhh c’est trop nul ! J’aurais beaucoup aimé discuter avec toi (surtout que la politique de JSUG c’est d’échanger avec des lecteurs intelligents, et tu m’as tout l’air d’en être un). Oui, je quitte le navire après une année pleine durant laquelle j’ai beaucoup appris aux côtés d’Eric. Je pense qu’il publiera quelque chose à ce sujet prochainement. @ bientôt sur JSUG ou ailleurs !

  5. Je n’ai pas accroché à Life is Strange et comme tu le dis ma petit jojo Chloe est chiante à en mourir (bien que certaines personnes l’idolatrent, je me rappelle qu’Eric l’a intégré dans son Top 5 des persos féminins les plus charismatiques je crois)…. Je ne souhaite donc pas réagir à ton test, qui est excellent, comme d’habitude. Mais j’ai cru lire que ton aventure JSUG se terminait ? Jure-moi que c’est une (mauvaise) blague. Car si c’est bien vrai je serai très triste de te voir partir. Tu es une super journaliste. JSUG sans toi, Eric, Arnaud ou PY ça ne peut pas être la même chose… J’espère que tu nous en diras plus quand même hein ?

    • Oui mon petit Bruno. Je m’en vais. Mais il est hors de question que j’aille bosser pour la concurrence ! J’arrête tout simplement le JV pour davantage me concentrer dans mes études. Je serai toujours la plus grande fan de #JSUG. Tu sais au fond de moi je suis très triste, j’arrête parce que je n’ai tout simplement pas le choix mais peut-être que je vous écrirai quelques articles de temps à autre.

  6. Bon, ton test me fait un peu peur, et je vois le compteur sur ma ps4 avant de pouvoir lancer le jeu en plus que j’avais précommandé…
    Le premier m’avait bien plu pour son ambiance même si certains choses m’avaient fait tiquer (certaines règles d’utilisation du pouvoir qui changeaient au bon vouloir des développeurs pour faire avancer l’intrigue, et un final qui se résume à deux choix), donc j’étais curieux de cette préquelle courte. Bon je le ferais quand même mais bon.
    Bon sur ce, faut que je t’envois un petit mail ^^

    • Mais oui Rick tu sais chacun doit se faire sa propre opinion ! Fonce ! Si tu as précommandé le jeu, va jusqu’au bout de ton idée ! De toute façon depuis le temps tu sais que je note juste (LOL) et 6,9/10 c’est une bonne note.

      • Ben je l’ai fais l’épisode 1 depuis ! Je le noterais 6/10 pour le moment, mais j’attend les autres épisodes pour une note définitive. Je ne l’ai pas trouvé hyper intéressant en fait, tout savoir sur Rachel et Chloé n’est pas forcément le bon choix, c’est comme les préquelles au cinéma. L’ambiance est plus rock (et j’aime le rock) mais moins prenante aussi je trouve. Après heureusement, le système de jeu est différent, même si niveau lieux visités, à part le premier lieu – et le parc, c’est un peu un copier coller.

  7. Hello,
    Premier test que je lis.
    Un petit point que je soulignerai est la notion de “fan pur et dur”.
    J’ai adoré LiS, j’ai des tatouages sur les bras pour me rappeler ce que j’ai ressenti en jouant à ce jeu.
    Par contre, je ne jouerai pas à BtS, pour de multiples raisons.

    La première étant que les créateurs ne voulaient pas tirer sur LiS, j’entends par là exploiter et tout expliquer. Or SE s’en moque. Et si j’ai pu lire que c’est répondre aux fans, rappelons nous du nombre de séries et films qui se sont tués en répondant aux caprices des fans.
    J’ajoute aussi le fait que LiS se reposait sur la théorie de l’effet papillon, et bien qu’imparfait, le gameplay a été créé en lien. Dontnod proposait donc une histoire avec un gamplay, là ou BtS essaie d’en faire un en mangeant la licence.
    Un petit encore: LiS avait aussi un intérêt, la culpabilité de Max visà vis de Chloé, de l’avoir laissée seule après la mort de son père mais aussi la jalousie vis à vis de Rachel. Nous vivons l’histoire depuis son point de vue, avec les éléments que nous trouvons en jeu, les échanges que nous avons avec elle ou Joyce… et BtS va tout simplement casser cela.

    Je pourrai continuer sur ce que je trouve être un “attrape-cons”. Je témoigne pour dire que les fans purs et durs ne voulaient pas de ça, du moins pas tous.
    L’intérêt que je porte à Dontnod est le fait qu’ils ne rentrent pas dans les standards, ils n’expliquent pas tout, laissant le joueur imaginer et se faire son avis.

  8. J’attendais beaucoup de ce jeu, car le premier j’avais adoré, vraiment un coup de cœur ! Comme Firewatch je suis resté scotché par l’histoire.
    Mais en lisant ton test je suis déçu, je pense que je vais passer mon tour pour garder un bon souvenir de cette licence et attendre patiemment la sortie du 2.

Laisser un commentaire