STALKER 2: Heart of Chornobyl : tout savoir sur ce FPS post-apo !

Ça fait des lustres que vous attendez STALKER 2: Heart of Chornobyl ? On vous dit tout sur le jeu de GSC Game World !

S’il y a bien un jeu qui avait fait grand bruit lors de sa sortie en 2007, c’est STALKER: Shadow of Chernobyl. Son univers post-apocalyptique, ses graphismes, l’IA des ennemis basée sur le système A-Life, il avait tout pour plaire. Dans quelques mois, nous devrions mettre nos mimines sur la suite tant attendue de ce titre : STALKER 2: Heart of Chornobyl. Mais sur quelle plateforme va-t-il sortir ? Aura-t-on droit au même gameplay ? Va-t-on enfin avoir le fin mot quant à la suite de l’histoire ? Est-ce que vous mangez vos varenyky avec du pesto ? Voyons ensemble ce que GSC Game World nous prépare !

STALKER : bien comprendre cette franchise pas comme les autres 

STALKER: Shadow of Chernobyl est une licence post-apo qui avait séduit des milliers de gens lors de sa sortie en 2007. Le lore du jeu avait tellement plu que deux autres titres ont suivi. Le premier était un prequel, STALKER: Clear Sky, le second, STALKER: Call of Pripyat, qui n’est autre que la suite de l’histoire. Cette franchise avait su innover sur bien des points. Premièrement, à l’époque, les graphismes étaient réellement fous et rendaient parfaitement l’ambiance survie/horreur visée par les développeurs.

STALKER 2: Heart of Chornobyl
Les graphismes étaient oufs, déjà à l’époque !

Le côté survie avait également grandement participé à la hype autour du jeu. Si aujourd’hui, ce genre de jeu a le vent bien en poupe, à l’époque, c’était une véritable petite révolution. Il fallait gérer les ressources (médicaments, nourriture), les munitions, faire attention aux niveaux de radiation. Il ne suffisait pas de défourailler tout ce que l’on croisait comme des bourrins. Le cycle jour/nuit avait toute son importance ludique également, pas comme certains jeux d’aujourd’hui…

L’IA A-Life : une petite révolution pour l’époque

Mais ce qui avait fait beaucoup parler à l’époque, c’était son système d’IA, nommé A-Life. L’idée n’était pas seulement de proposer un système vis-à-vis des interactions avec les joueurs, mais bien d’avoir une IA qui gérait absolument toute la vie des PNJs. Ainsi, les ennemis avaient-ils leur propre routine ! Les mutants, par exemple, chassaient pour se nourrir, se battaient entre eux pour défendre leur territoire, etc.

STALKER Shadow of Chornobyl
L’IA des PNJs était très innovante.

Le système prévoyait même des escarmouches entre les bandits et les joueurs dans lesquelles tous les ennemis ne seraient pas tués. Ainsi, s’il restait un ennemi vivant, il pouvait choisir de rejoindre un autre groupe de survivants et continuer sa petite vie. On peut citer également le système de ranking, où les joueurs et PNJs gagnaient des points en faisant leurs missions de leur côté, ce qui donnait une véritable impression de réalisme dans le jeu. L’idée clé derrière ce système, c’était d’avoir un gameplay émergent.

Shadow of Chornobyl
Le jeu disposait d’une belle ambiance.

Les PNJs alignaient leurs actions sur leur cycle de vie. Les actions comme dormir, manger ou encore patrouiller se faisaient de manière réaliste. Le cycle jour/nuit changeait le comportement des PNJs. Si aujourd’hui, ça ne nous étonne plus particulièrement, imaginez à l’époque ! Pourtant, STALKER avait de la compétition. Il faut dire que 2007, c’est aussi l’année de sortie d’Oblivion !

Quelle date de sortie pour STALKER 2: Heart of Chornobyl ?

D’après le studio, STALKER 2: Heart of Chornobyl est déjà terminé, ils en sont à la phase de polish, ce qui annonce du lourd pour la sortie (le développement aurait démarré avant 2018). Est-ce que GSC Game World va également aller à contrecourant des grands studios qui nous pondent des jeux à moitié finis ? Peut-être. Mais dans tous les cas, il faut garder quelques trucs en tête. GSC Game World est un studio ukrainien, et les dynamiques géopolitiques actuelles ont eu un impact sur le développement de STALKER 2: Heart of Chornobyl. Entre la pandémie et la guerre en Ukraine, la tâche a été ardue ! D’ailleurs, guerre oblige, l’équipe n’a pas pu se rendre à Tchernobyl pour y puiser son inspiration…

STALKER 2 Heart of Chornobyl
Un disque dur SSD ne sera clairement pas de trop !

En même temps que d’apprendre à utiliser les nouveaux outils de développement, comme l’Unreal Engine 5, l’équipe a dû composer avec la conjoncture mondiale. Certains membres du studio ont affirmé qu’ils ne voulaient pas se laisser abattre par les embuches qui se sont présentées sur leur chemin. Et même au-delà de ça, le jeu a représenté une échappatoire au contexte difficile qui est le leur. STALKER 2: Heart of Chornobyl, plus qu’un jeu de survie, était vraiment une question de survie d’un point de vue psychologique. Avec cela en tête, je pense que les développeurs auront bien besoin de soutien lors de la commercialisation de leur jeu.

Le nouveau jeu STALKER
Les jeux de lumière de l’Unreal Engine 5 ont l’air incroyables !

Concernant les plateformes, il semblerait que STALKER 2: Heart of Chornobyl sortira sur Xbox et PC (ce qui explique la mention du SSD nécessaire pour l’installation). Quant à la date de sortie, le jeu sortira le 05 septembre 2024 ! C’est pour bientôt. Vous aussi vous vous réjouissez de sa sortie prochaine ? Personnellement, je me jetterai dessus sans hésiter ! Et je me réjouis déjà de pouvoir faire une preview du jeu à la Gamescom !

Histoire et gameplay de STALKER 2: Heart of Chornobyl

Dans le premier opus, vous incarniez un stalker, en gros, un mercenaire qui se balade dans la Zone, endroit pas particulièrement accueillant. Cette Zone était découpée en de plus petites parties de map, avec des écrans de chargement lorsque l’on passait d’un endroit à un autre. Ici, il ne sera plus question de ça, les développeurs ont annoncé un monde ouvert. Du point de vue du développement, ça change pas mal la donne !

Heart of Chornobyl : le nouveau jeu vidéo STALKER en solo
L’exploration dans STALKER 2 s’annonce incroyable !

Premièrement, STALKER 2: Heart of Chornobyl est conçu sur Unreal Engine 5, qui a fait beaucoup parler de lui pour ses graphismes photoréalistes, comme avec inZOI. Avec ce niveau de graphismes et la taille du jeu, celui-ci devra être installé sur un SSD à l’instar de Starfield, sous peine de ne tout simplement pas être jouable. En outre, la manière de penser l’ambiance du jeu change du tout au tout. Là où nous avions des thèmes musicaux en fonction des parties de maps, ici, l’on devra probablement s’attendre à un système de musique se rapprochant de ce que l’on connait, comme la série des Elder Scrolls (on espère cependant que ce sera un poiluchon mieux).

La Zone Chornobyl
On espère que le monde ouvert vaudra le détour !

L’envie du studio, c’est de proposer une expérience réaliste, et plus dynamique qu’avant. Lorsque des journalistes leur posent des questions sur leurs inspirations, les développeurs parlent entre autres de Doom Eternal, ce qui promet des affrontements particulièrement frénétiques. Les affrontements contrasteront avec les déplacements, qui se veulent réalistes dans une zone post-apocalyptique. Il n’y aura à priori pas de véhicule. Le jeu alternera donc entre frénésie, et moments plus horrifiques, peut-être des moments plus contemplatifs.

Cette nouvelle voie pave la route à un focus plus prononcé sur l’histoire. Les développeurs affirment que l’histoire prendra beaucoup plus de place, avec notamment nombre de cutscenes et de moments narratifs. Mais pas d’inquiétude, ce n’est pas pour autant que les joueurs auront moins la main mise sur le jeu. L’IA utilisée est toujours A-Life, mais avec les moyens technologiques que nous avons aujourd’hui.

S.T.A.L.K.E.R. 2 Heart of Chornobyl
On se réjouit de découvrir les nouvelles anomalies.

Ainsi, lors de nos balades dans la Zone, nous croiserons de nombreux PNJs de toute sorte, qui font leur petite vie de leur côté, et, s’ils en ont envie, tenteront de mettre fin à la vôtre. STALKER 2: Heart of Chornobyl contiendra toujours des évènements aléatoires, comme deux factions qui s’affrontent, mais dont l’ampleur sera bien plus importante. Le studio a également annoncé de nouveaux artéfacts et de nouvelles anomalies. Sur ce point aussi, le mot clé est « émergent ». L’utilisation des artéfacts influencera directement le style de jeu des joueurs, le jeu disposant d’une méta plus complexe qu’auparavant !

PARTAGER SUR :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Email

Publications suggérées

6 réponses

  1. Moi quand je vois le jeu comme ça, il me fait penser à la série métro. J’ai déjà entendu ce titre « STALKER » mais je ne sais pas si c’est si super que ça. C’est sur console microsoft, je vais regarder , il doit être sur Playstation. Je vais aller voir ça, je ne voudrais pas passer à côté d’un jeu sympa ^^

  2. Je ne connaissais pas cette licence… La remarque de Stephane est pas bête ! Ça fait vraiment penser à Metro avec le masque à gaz et tout ça…

    Mais avec ce jeu je sens déjà la guéguerre arriver entre les pro-Ukraine et les pro-Russie….. Et en plus c’est un jeu de guerre. Ça doit être le bordel dans le forum du jeu sur le 18-25 de JVC… 😅

  3. S.T.A.L.K.E.R fait parti des licences à coté desquelles je suis passé (par manque de temps), alors que je suis pile dans la cible de ceux qui kifferaient clairement.

    Je compte bien commencer avec le 2 (pas sur de me lancer lancer dans les anciens, ça date quand même un peu).

Laisser un commentaire

Je suis un gameur.com utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site web, vous acceptez leur utilisation. Plus d’informations

Conformément au Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) et à la loi nationale en vigueur, vous êtes informés que vos données font l'objet de traitements. Pour plus d'informations, vous êtes invité à consulter les mentions légales et conditions d'utilisation du site, qui déterminent notamment quelles données sont collectées et traitées, dans quelles finalités (dont des activités de marketing et de prospection), qui en sont les destinataires et quelle est la durée de conservation. Les droits dont vous disposez ainsi que les modalités d'exercice de ceux-ci y sont également exposés.

Fermer