J’étais tranquillement dans mon salon en train de sauter à pieds joints sur du film à bulles que j’avais trouvé dans une vieille caisse en carton dénichée sur une aire d’autoroute au Liechtenstein, et je me suis dit : « Ne serait-il pas temps de sortir de ma zone de confort ? ». C’est ainsi que j’ai décidé de faire un test d’Ever Forward sur PC ! Cette histoire est-elle vraie ? Non. Premièrement, c’était une autoroute lettone, et deuxièmement, je n’ai pas eu le choix, c’est Eric qui m’a fait l’une de ses fameuses surprises. Catherine Full Body dont je cache honteusement les goodies ? L’idée d’Eric. Earth Defense Force et ses fourmis chelous ? L’idée d’Eric. Le vieux 8-Bit Armies auquel je ne comprenais rien : L’IDÉE D’ERIC ! Ceci n’est pas une intro, mais un appel à l’aide. Je vous invite à partager cet article sous le hashtag #FreeJSUGAndroid et à faire pression auprès des hautes instances politiques et culturelles.

Test d’Ever Forward : un drône de jeu

Ever Forward est un jeu développé par Pathea, un studio chinois à l’origine du jeu Portia. Sur son site, on peut trouver la description suivante : « Une fille piégée dans un monde étrange entre réalité et imagination. Aidez-la à trouver son chemin dans ce jeu d’aventure et d’énigmes. » Je tiens à confirmer, il s’agit bel et bien d’un monde étrange. Dès le départ, le jeu est avare en information. On débute aux commandes d’une petite fille en blouse (j’adore le mot blouse, j’ai jamais compris ce à quoi ça se référait, mais ça passe en toute situation, sauf pour parler de pains au chocolat, bien évidemment).

Test d'Ever Forward
Les décors sont parfois magnifiques !

Le joueur se retrouve sur une plage de sable blanc et son regard est immédiatement attiré par des ruines traversées par des racines d’un rouge intense. Là, ma copine s’exclame : c’est beau ! Moi aussi je trouve ça beau, mais je le dis pas, parce que je suis un bonhomme. Je la regarde et je dis : « Boh ». C’est ce que les bonhommes font… Ça et avaler des protéines de synthèse diluée dans du whisky tourbé en portant un débardeur pour montrer mes gromusks, et en expliquant d’un air condescendant aux femmes ce qu’elles savent déjà, je… crois… (j’ai toujours eu du mal à comprendre le concept de virilité, mais c’est ce que j’en comprends). Ma copine trouve les musiques belles, je les trouve magnifiques, mais encore une fois, je camoufle ma satanée sensiblerie sous une couche de grognements et je soulève une chaise pour montrer mon grobissep’ et faire diversion. Une chose est sûre, ce jeu me donne déjà du fil à retordre au niveau émotionnel de par ses graphismes et musiques.

Un gameplay simplissime

Une fois que l’on s’approche des ruines, on se retrouve transporté dans un monde où tout est rectangulaire ou carré, et où tout ce qui est rond semble vous vouloir du mal. Et c’est là que le jeu dévoile son gameplay au compte-goutte. Votre avatar est accompagné d’un cube volant. Celui-ci vous permet d’activer des énigmes et de voler entre celles-ci. Pendant les énigmes, vous pouvez porter des cubes, les jeter, sauter et… c’est tout… Et en réalité, c’est relativement suffisant.

Test d'Ever Forward
Les cinématiques sont plutôt intéressantes.

En effet, ce test d’Ever Forward m’a montré un titre faisant preuve d’une belle maîtrise de ses mécaniques. Votre but ? Ne pas vous faire repérer par les roundy bots qui se trouve dans les niveaux. Pour ce faire, vous allez devoir faire diversion grâce à quelques trucs que vous découvrirez durant les premières énigmes. Ensuite, il vous faudra combiner ces trucs pour résoudre des énigmes de plus en plus difficiles. Je ne donne pas trop d’informations sur ces trucs, tout simplement parce que le jeu est court et que je vais éviter de vous spoiler des solutions d’énigmes ; sachez en tout cas que le jeu peut se terminer en une heure facilement, en prenant votre temps.

Test d'Ever Forward
L’univers pour les énigmes est très simplifié.

Côté histoire, il n’y a pas grand-chose à dire. L’histoire est très discrète, et le jeu nous récompense à chaque succès par une cinématique qui nous permet d’en apprendre plus sur ce qu’on fait là. À la fin du jeu, je dois avouer avoir été un peu déçu. La narration ne nous en apprend malheureusement pas assez sur les personnages pour que l’on puisse réellement s’y attacher. Dans l’ensemble, j’ai passé un bon moment, mais pas non plus un moment inoubliable.


En conclusion, ce test d’Ever Forward m’a montré qu’il s’agit d’un bon jeu, bien qu’un peu trop court. À la fin, même si on s’amuse bien avec les énigmes, on a plus l’impression d’avoir enchaîné des énigmes à la suite que d’avoir vraiment joué à un jeu avec une histoire. Les graphismes et les musiques rendent les balades agréables, mais sans plus. Si vous aimez les belles ambiances et les énigmes, vous passerez un bon moment sur Ever Forward, bien que trop court.

La note de la rédaction
  • Graphismes - 8/10
    8/10
  • Gameplay - 7/10
    7/10
  • Bande-son - 8/10
    8/10
  • Durée de vie - 5/10
    5/10

Les plus et les moins

✔︎ Un gameplay simpliste, mais non dénué d'intérêt.
✔︎ Une bande-son particulièrement agréable !
✔︎ Des graphismes parfois enchanteurs.

✘ Très court...
✘ Vraiment très court...
✘ Une histoire qui ne prend pas assez de place...

7.0/10


Pierre-Yves Houlmont

Ceinture noire d'haltérophilie en parachute et passionné par la généalogie des pommes de terre, j'ai décidé de devenir rédacteur dans le domaine du jeu vidéo ! Einstein ne nous a-t-il pas mis en garde contre les pierres ayant tendance à rouler ?

8 Commentaires »

  1. C’est un jeu énigmatique au fond. C’est vrai que c’est court, il est sur ps4 aussi. Son prix par contre je ne sais pas trop. Du coup les trophées sont faciles puisque c’est à base de trophées ? A 5 euros ça pourra être intéressant ^^

    C’est toi qui a joué à the last of us part 2, tu l’as fait avec une ps4 pro ? ou une fat, parce que j’ai lu que la console faisait un boucan d’avion de chasse pour certain(s), si c’est le cas j’attendrai d’y jouer sur une ps5…

    #FreeJSUGAndroidmaisilabesoinderéparationlescircuitsducerveletsonths

    • Je t’avoue que je ne me suis pas vraiment penché sur l’histoire des trophées. Je ne suis pas vraiment un chasseur de trophée, donc je n’y pense pas forcément 🙂

      C’est en effet moi qui ai testé TLOU 2, j’y ai joué sur PS4 Pro. Elle faisait un peu de bruit, mais rien qui m’ait choqué.

      #MerciPourCeHashtagUnPeuTropLong

  2. Merci pour ce test PY ! Bon vu que personne ne le fait je te remets la médaille de l’humour 🥇 ! 😂 Vu la très faible durée de vie du jeu, je l’aurais plutôt vu sur mobile. Mais c’est vrai que graphiquement il a l’air très joli !

  3. Compliqué de proposer un jeu avec une durée de vie aussi faible et de justifier un prix d’achat… Je suppose qu’il n’y a aucune replay value donc bon… Offert dans un Bundle ça peut le faire !

    Tu n’es pas satisfait de la qualité des jeux qu’on te propose de tester ou bien c’est que tu réclames un autre type de jeu ?

    • La replay value n’est pas géniale, en effet, étant donné qu’il s’agit d’énigmes fixes. Concernant la durée de vie, j’essaie personnellement de ne pas me baser sur ce critère pour juger le prix, dans le sens où on paie souvent presque aussi cher pour des films en blu-ray qui durent généralement moins longtemps 😀

      Pour les jeux, c’est davantage une blague entre moi et Éric, où il me surprend souvent avec des jeux qui ne sont pas dans ma zone de confort haha. Je me souviens encore pour Catherine Full Body, j’avais été particulièrement surpris, Éric riait beaucoup en me disant : “ce jeu est une surprise” xD

  4. Ta plume est toujours aussi emplie d’humour ! J’adore, je ne sais pas où tu vas chercher toutes ces idées… Merci pour ce joli test, bien que le jeu soit visiblement beau et agréable, je comprends ta frustration qu’il ne soit pas “assez” pour proposer un véritable attachement aux personnages ou à l’histoire.

Laisser un commentaire