Assassin’s Creed. Cela fait pile un mois que je suis allé voir ce film. Et depuis tout ce temps… Depuis tout ce temps… Je n’arrive pas à trouver mes mots. Non pas que le nouveau long métrage de Justin Kurzel m’ait bouleversé. En fait, je dirais plutôt que c’est l’inverse. Il m’a relativement déçu, sans que je l’eusse trouvé foncièrement mauvais (vous remarquerez ce modèle d’utilisation du subjonctif plus-que-parfait !). Je m’égare… Je m’en excuse. En fait, le film Assassin’s Creed ne m’inspire pas du tout. Mais bon, cela fait plus de trois mois que l’on n’a pas rédigé de chronique L’instant cinoche. Parfois, il faut savoir mettre les mains dans le cambouis comme on dit ! Bon, ben c’est parti. Vous m’en trouverez ravi…

Oui, la curiosité est un vilain défaut

Je n’ai jamais été fan des jeux Assassin’s Creed. Je ne saurais expliquer pourquoi. Mais l’idée d’un long métrage opposant assassins et templiers me plaisait bien. Et puis il y a cette étrange sensation de déjà-vu chaque fois que je regarde Michael Fassbender (celui qui incarne Cal Lynch, le héros du film, et accessoirement descendant d’un grand assassin espagnol du nom d’Aguilar de Agarorobo). Il faut dire que mon colocataire à Montréal lui ressemblait comme deux gouttes d’eau. Bref, je m’égare encore. Décidément, cette critique d’Assassin’s Creed, ce n’est pas gagné… Bon, retenez simplement que je suis parti voir ce film par curiosité. Et une fois sorti de la salle obscure, ce fut le néant total dans ma tête.

Critique du film Assassin's Creed
J’ai compris pourquoi je n’ai pas aimé ce film ! C’est à cause de Madame “Gros Yeux Globuleux” !

Même si la réalisation d’Assassin’s Creed a été appuyée par un casting de haute volée (Michael Fassbender, Jeremy Irons, Marion Cotillard et Brendan Gleeson, entre autres), j’ai comme le sentiment que le choix de certains acteurs n’a pas été très judicieux. Marion Cotillard n’a par exemple rien à faire ici. Elle paraît terne, creuse, fatiguée. Elle récite son texte par coeur. C’est du moins le ressenti que j’ai eu en VO. Par ailleurs, le cadrage et le découpage des plans ne mettent que très peu en évidence les personnages. On a du mal à appréhender leur personnalité, ça manque de profondeur, parfois même de cohérence. C’est vrai que le point fondamental de tout film passe à la trappe dans Assassin’s Creed. Je parle de la narration. L’histoire est trop vite introduite – ou du moins de manière trop simpliste –, c’est comme si le réalisateur n’avait pas pris le temps de poser les bases. Au final, ceux qui ne connaissent pas les jeux n’auront pas compris grand chose du conflit qui oppose assassins et templiers.

Un saut de la foi sacrément ingrat

Clairement, il n’y a que deux choses que j’ai apprécié dans ce film (ce qui n’est pas si mal que ça tout de même) : l’esthétique visuelle et les scènes d’action. Visuellement, Assassin’s Creed est plutôt fidèle au jeu. J’ai beaucoup aimé les différents filtres utilisés, les panoramiques incroyables, les plans larges à perte de vue. Quant aux scènes d’action, elles ont le mérite d’être redoutables d’efficacité. Très dynamiques, parfaitement chorégraphiés, les combats sont exceptionnels et vous laisseront scotchés.

Malheureusement, cela ne suffit pas à faire un bon film. Justin Kurzel a peut-être réussi à proposer au grand public une réadaptation réussie du jeu vidéo mais en tant que film, Assassin’s Creed fait à peine mieux que la moyenne des productions inspirées de titres vidéoludiques. Il est vrai que les enjeux historiques et le canon esthétique de la saga sont bien respectés, mais Assassin’s Creed tombe tout de même dans certains travers typiques du cinéma hollywoodien qui le rendent inévitablement trop fade. À ce sujet, la fin du film est la fadeur incarnée. Je pense qu’on ne peut pas faire pire. Chapeau bas Justin.

Un film qui ne trouve pas sa place

Finalement, Assassin’s Creed est un énième film adapté d’un jeu vidéo et malheureusement, il commet les mêmes erreurs que ses prédécesseurs. Il est trop superficiel, ne se démarque pas assez cinématographiquement parlant. Je me demande même s’il parvient à rassasier les fans des jeux, son manque d’authenticité et la partie concernant l’Animus, trop brouillonne, lui faisant clairement défaut. Bref, un film à éviter, sauf si vous avez envie de vous divertir par une nuit pluvieuse ! Yes, j’y suis arrivé !


Eric Lemattre

Élevé sur la planète Delta Orionis ZK-3.0, je suis venu sur Terre pour prêcher la vérité et sauver le genre humain. Susceptible mais costaud, je rends grâce à l’inventeur de la casquette. Oui, ce couvre-chef me va comme un gant !

12 Commentaires »

  1. Tout à fait, et d’ailleurs nous reviendrons sur assassin’s creed dans les deux derniers épisodes par le biais des tests express sur Facebook.
    Tant au cinéma que dans le jeu vidéo, la série commence à se perdre en route.

  2. Et dire que les bandes-annonces m’avaient tellement enthousiasmée… Enfin, j’veux dire la badassitude de Michael Fassbender, ça se pose là quand même. Par contre, Marion Cotillard, son jeu d’actrice me laisse perplexe depuis belle lurette (déjà son Oscar pour La Môme, j’avais pas compris). La dernière fois que je l’ai trouvé crédible, c’est quand elle jouait une gentille petite peste dans la saga Taxi. C’est dire si ça remonte à loin, quoi.

    P.S. : Je n’ai toujours pas vu le film de Kurzel, mais je vois que des critiques toutes moisies. En tant que fan des jeux vidéos (PARCE QUE TEAM EZIO 4 EVA #TMTC), ça m’fait peur.

    • Oui il s’est fait démonter par la critique… Je pense qu’il y a une raison à cela. C’est dommage car il n’est pas tout noir mais je pense que le coeur du problème, en toute franchise, c’est le réalisateur. N’oublions pas aussi qu’Ubisoft veut se tirer des griffes de Vivendi (qui a élevé sa participation au capital d’Ubi à 26%) donc on essaie de sortir des produits dérivés à la pelle pour générer des revenus supplémentaires et tenter de survivre à la pression de l’ogre Bolloré. Ce film est un sous-produit, clairement.

      Sinon pour Cotillard, entièrement d’accord avec toi. Je ne lui trouve rien d’exceptionnel. Mais son jeu a tendance à se démarquer aux côté d’acteurs plus “sanguins”, comme ce fut le cas dans De Chair et d’Os par exemple.

  3. Factuellement je ne suis pas d’accord avec toi sur deux choses : la fin et Marion Cotillard. Je trouve la construction du personnage super intéressante dans une vision vidéoludique. Elle passe de PNJ qui raconte quasiment la même chose tout le temps (d’où son apparente fadeur) a personnage principal et elle le joue bien. En général j’ai du mal avec le bashing qu’elle subit.
    Et la fin est super intéressante, on a quasiment jamais vu d’équivalence dans les jeux.
    Même si pour le reste je suis d’accord c’est encore extremement maladroit et prouve que le cinéma et les jeux vidéos ne font pas forcément bon ménage parce que les deux se ressemblent.
    Cependant je pense qu’il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain 🙂

    • Je respecte ton avis, qui est très différent du mien et qui permet d’alimenter le débat. Ce film est une réadaptation réussie du jeu mais ici, il est naturellement analysé en tant que film. Très sincèrement, une autre actrice aurait fait tout aussi bien. L’évolution du personnage est peut-être intéressante mais l’actrice qui l’incarne n’apporte rien de flagrant. J’ai vu de bien meilleures performances, surtout en VO…

      La fin est bien en soi mais comme j’essaie de le faire comprendre dans cette critique, elle m’a laissé sur ma faim – sans jeu de mot 😉 – comme beaucoup d’autres choses d’ailleurs. Je ne sais pas quoi en penser. En tout cas, s’ils ont prévu de faire une suite ils se sont lourdement trompés, l’audience va baisser de moitié !

      • Oui je comprend ta réserve sur le film, à vrai dire jusqu’au 2/3 du film j’ai eu la même sensation que toi de ne pas y être “rentré dedans”.
        En ce qui concerne Marion Cotillard évidemment que ce n’est pas le plus grand rôle de sa carrière mais je trouve qu’elle fait le job.
        Ah ça c’est clair que la fin laisse sur notre faim (lolllilol). Mais vu comment ils ont prévu de retravailler l’univers la chose peut être intéressante. Bon le film est quand même un gros flop au box office 😉

  4. Une critique écrite dans la douleur mon bon Eric 😅 Je te rejoins sur tous les points, mis à part les scènes d’actions que je trouve brouillon et bancale, à cause de l’utilisation de l’animus/bras articulé… ça coupe l’action et c’est dommage.

    Tu récupères d’ailleurs mon expression “Madame « Gros Yeux Globuleux »” pour M. Cotillard, clin d’oeil subtil ou coïncidence ? 😉

  5. J’ai découvert les jeux il y a un peu plus d’un an (en même temps que l’univers playstation) et j’ai bien accroché (même si j’ai mis une année pour finir unity et… je m’égare).
    Je ne m’attends pas à grand chose avec ce type de film, j’attends sa sortie en DivX… euh DVD je veux dire, pour le regarder lorsque j’aurai 2h à tuer (d’ici 2018 j’espère !) 😉

  6. M’étonne pas que ce film ne soit pas fifou… Je n’ai jamais fais les jeux (ça ne m’attire pas à cause du trop plein commercial avec tous les goodies et dérivés à gogo…). Puis rien que la bande-annonce, au secours xD Après je le regarderais peut être un jour par curiosité, mais ce n’est pas une priorité disons xD

  7. C’est abusez quand même. pour une fois que des français (au sens large, je sais qu’ubisoft est au Canada bien sur :p) ) osent faire autre chose, osent sortir des sentiers battu de la comédie franchouillarde à dormir debout, ils lui tombe dessus alors que le film est bon (selon mon opinion et ayant jouer à tous les épisodes jusqu’à Black Flag), les spectateurs le notent “bon + de 3 étoiles” sur allo ciné et c’est amplement suffisant voire énorme pour une adaptation de jeu vidéo au cinoche…..le film plait aux gens tout comme Prince of Persia qu’au passage je trouve splendide d’un point de vue décors et fidèle au dernier épisode de la saga.

    Quand c’est les ricains qui font ce type de films, on s’en régale, pour rappel Marvel sort 2 films tous les ans et on en redemande mais quand un français ose, on le lamine comme pas possible.

    Le film est fidèle en partie au jeu sans perdre de vue qu’il s’adresse à tout le monde.
    En descendant les quelques timides tentativeS de ceux qui osent, ils découragent tous les autres et ils nous condamne a regarder du polar deja vu du type 336 quai des orfèvres” ou sinon a bouffer de la sf américaine vu que tout le monde aime bien….les salles sont pleines et c’est ce qui permet aux cinémas de vivre.

    Et pourtant je n’ai pas vu de grande différence entre un assassin creed qu’ils ont vomi et un bon marvel que je trouve au passage excellent dans son rôle de film, me divertir, m’amuser et me faire passer un bon moment au cinéma entres amis ou en famille.

    Il ya plusieurs types de cinéma et je ne vais pas toujours au cinéma pour réfléchir ou me poser des questions métaphysiques sur le le climat et les dangers du gaz de schiste.
    Oui les gens aiment aussi le cinéma pop corn.

    Et après on s’étonne que les réalisateurs français désertent la sf, le fantastique lui préférant des comédies plates vues et deja vues. et après on s’étonne que les spectateurs se ruent sans les salles pour voire un bon film américain et après on jubile quand le brave Omar Sy, le français préféré obtient un rôle muet dans un Marvel et on inonde la toile d’articles au sujet de sa plate réussite à Hollywood avec un brin de fierté….alors que personne ne le reconnait dans les rues de los angeles.

    Et on met le tapis rouge à Canne pour recevoir des acteurs américains de sf série b même pas connu aux states mais qui jouent dans des séries qui font fureur en France et que tout le monde reconnait dans les rues de Paris.

    Bref et bah Ubisoft quoi qu’on en dise et qu’on en pense, est une des vitrines de la France vidéo ludique (pour rappel le jeu vidéo est le premier bien culturel mondial et rapporte plus de fric que le cinéma) à travers le monde, troisième éditeur mondial et aujourd’hui eux ont fait un film avec pour acteur principal Fasbender ou le talentueux Jake Gyllenhaal…et rien que ça, ça mérite un peu de respect… :noel:

  8. J’aime bien ta critique, mordante et humoristique. J’aime les jeux. Pas vu le film. Mais ton avis ne me surprend pas. Comme d’habitude, ils se soucient plus des chorégraphies des scènes d’action, que du scénario, ou de la loyauté envers le support initial. Money, money, money.

Laisser un commentaire