Mes chers ouistitis, dans cette nouvelle chronique Les Tops & Flops, Eric et moi avons décidé de parcourir un thème plutôt délaissé des joueurs, celui de la mort dans le jeu vidéo. L’expérience fut très enrichissante car pour la toute première fois dans l’histoire du blog, nous avons rédigé un article collaboratif ! En effet, le big boss et moi, on a beaucoup discuté sur le sens que revêt la mort dans certains jeux vidéo. On a comparé, opposé, contrasté nos opinions et finalement, nous avons retenu et décidé de partager avec vous cinq scènes d’anthologie qui nous ont bouleversé. Allez, c’est parti, on respire un bon coup et on sort un paquet de Kleenex au cas où ! Merci à Eric pour l’image et la vidéo !

5. Maurice Vega, Watch_Dogs (PS4)

C’est vrai que Watch_Dogs a beaucoup été critiqué pour son downgrade graphique, son gameplay un peu bancal et ses phases de jeu redondantes. Mais le jeu d’Ubisoft a tout de même quelque chose d’unique : une intrigue sinistre qui nous pousse à ressentir une certaine empathie envers son personnage principal, Aiden Pearce, un justicier des temps modernes en quête de vengeance. Prêt à tout pour punir les bourreaux de sa jeune nièce assassinée, Aiden Pearce a su garder le meilleur pour la fin. En effet, durant le dernier chapitre du jeu, l’homme au smartphone se rend dans un garage pour mettre fin aux jours de Maurice, l’individu qui a tué la petite fille, et accessoirement anéanti la vie de notre héros. Le joueur a deux options : soit loger une balle entre les deux yeux du tourmenteur séquestré, soit épargner ce dernier et lui donner une seconde chance. Vraiment un rude dilemme ! 

Top 5 des morts les plus bouleversantes du jeu vidéo

Or, en faisant le choix de tuer Maurice, le joueur finira par ressentir de profonds regrets. En effet, à l’écoute des audio logs du protagoniste laissé sans vie, on finit par comprendre que Maurice avait agit sous la menace, des malfaiteurs l’ayant contraint de neutraliser Aiden Pearce sous peine de tuer sa fiancée Abbie. De plus, on apprend même que la mort de la petite fille fut accidentelle. Comme quoi, ce pauvre Maurice ne méritait vraiment pas le sort qu’on lui avait réservé ! La culpabilité finit par ronger le joueur, lequel pensait avoir commis un acte salvateur. Finalement, le vrai meurtrier, c’est lui.

4. Bruce Wayne, Batman Arkham Night (PS4)

« Voilà comment c’est arrivé. Voilà comment Batman est mort. » Le ton est donné dès le prologue de Batman Arkham Knight, conclusion de la grande épopée entamée par Rocksteady en 2009. Si l’on comprend dès le début du jeu que Batman va devoir passer la main, on ne s’attendait pas forcément à ce qu’il se sacrifie. Et pourtant, Azrael est clair dans ses intentions : il souhaite devenir le successeur du chevalier noir. Quant à Batman, il dit explicitement à Catwoman que Gotham a besoin de « quelque chose de plus radical ». L’apothéose de Batman Arkham Knight est stupéfiante : l’Épouvantail révèle la double-identité de Bruce Wayne devant les caméras du monde entier. Son masque maintenant tombé, Batman n’a d’autre choix que de déclencher le Protocole Knightfall, lequel se dévoile uniquement aux joueurs ayant terminé le jeu à 100%. Autant dire que tout le monde n’a pas eu cette chance !

TOP 5 des morts les plus bouleversantes du jeu vidéo

Mais la scène de fin du jeu est vraiment bouleversante, retournante même. Batman, démasqué, rentre dans le manoir Wayne en compagnie d’Alfred et alors que tous les regards sont braqués sur le duo emblématique, la demeure toute entière explose et s’affaisse dans un nuage embrasé. Bruce Wayne est mort. Batman est mort. Cette mort est ici hautement symbolique. Elle représente la fusion des deux personnages, réincarnés en une seule et unique entité. On comprendra d’ailleurs plus tard que le personnage de Batman, qui n’a plus aucune affection ou peur, continuera à semer la terreur dans l’esprit des pires malfaiteurs. Cette mort est l’une des plus belles de toute l’histoire du jeu vidéo.

3. John Marston, Red Dead Redemption (Xbox 360)

Rockstar a fait très fort avec Red Dead Redemption en 2010. D’ailleurs, le titre du créateur de la série GTA a déjà attristé bien des joueurs. En effet, qui ne se souvient pas de cette scène où John Marston se sacrifie pour sauver les siens ? Dans la cinématique, ce dernier regarde la porte, baisse la tête et ferme les yeux car il sait qu’il n’a d’autre choix que de mourir sur-le-champ. À ce moment précis du jeu, John Marston mène un combat âpre contre son passé, un passé qu’il regrette d’ailleurs certainement. Afin d’éviter que ses erreurs d’antan ne rattrapent ceux qu’il aime, le protagoniste décide de faire face à son destin. C’est donc sans crainte qu’il affronte l’attroupement d’hommes venus lui faire la peau. Il brandit son arme pour emporter autant de victimes que possible avec lui. Mais cela ne suffira pas à le sauver…

TOP 5 des morts les plus poignantes de l'histoire du jeu vidéo

La fin, tous les amateurs de bons jeux vidéo la connaissent : le corps de John Marston est transpercé par une rafale de balles, il s’agenouille, suffoque, pleure, puis succombe. Rockstar a offert une mort remplie de noblesse à son personnage, lequel réussit même à éveiller en nous des sentiments insoupçonnés. Et pourtant, en l’état, John Marston n’est rien d’autre qu’un amas de pixels ensanglanté !

2. Booker DeWitt, BioShock Infinite (PS3)

Au rayon des morts très perturbantes, on trouve aussi celle de Booker DeWitt dans BioShock Infinite, un jeu qui figure pour le moment dans toutes nos chroniques Les Tops & Flops. On sait que l’histoire de BioShock Infinite tourne autour d’innombrables failles temporelles et que le détective privé n’est autre que la version rajeunie du despote Zachary Hale Comstock dans une dimension parallèle. Mais la mort du héros reste assez choquante et ambigüe pour différentes raisons. Durant tout le jeu, il incombera à Elizabeth d’expliquer à son père qu’il est le prisonnier d’une spirale temporelle difficilement destructible. Finalement, devant le refus de ce dernier de se faire baptiser, les différentes Elizabeth alternatives n’auront d’autre choix que de le noyer. Bravo, c’était en effet la meilleure façon de mettre un terme à la lignée temporelle de Comstock, un personnage aux vies, on peut le dire, multiples.

TOP 5 des morts les plus poignantes du jeu vidéo

En réalité, ce dénouement particulièrement énigmatique est symbole d’espoir et de vérité. Après le générique de fin, le joueur reprend les commandes de Booker DeWitt. Ce dernier entre dans la chambre de sa fille Anna. Il y entend une berceuse. Sa fille est là, en vie. Tout va bien qui finit bien !

1. Zack Fair, Crisis Core: Final Fantasy VII (PSP)

Aussi bien esthétique que bouleversante, la mort de Zack Fair dans Crisis Core: Final Fantasy VII est personnellement la plus émouvante qu’il nous ait été donné de voir. Il est vrai qu’inconsciemment, on suit l’histoire du héros et d’Aeris Gainsborough tout en sachant qu’elle se terminera tragiquement. L’ultime combat de Zack, qui conjugue vaillance et désespoir, est tout simplement éblouissant. D’ailleurs, la cinématique qui va avec est de toute beauté ! Mais il est encore plus dur et cruel de savoir que Zack ne recevra jamais la dernière lettre d’amour qui lui était destinée. On appelle ça la fatalité.

TOP 5 des morts les plus bouleversantes de l'histoire du jeu vidéo

La mort de Zack est éloquente dans tous les sens du terme. Jamais personnage de jeu vidéo n’a eu droit à une aussi belle fin. D’ailleurs, Zack nous fait étrangement pensé au héros d’une tragédie grecque. On sait qu’il est depuis le début condamné à un destin funeste. RIP Zack Fair ! On ne t’oubliera pas.

Et vous, quelles sont les morts du jeu vidéo qui vous ont le plus marqué ? Réagissez en laissant un petit commentaire ! Et surtout, n’oubliez pas de tenter votre chance pour gagner un porte-clé Lego !


Joanne Salaun

Sportive quand je suis motivée, fanatique de Leonardo DiCaprio, fashionista mais pas trop car ça fait quand même mal au porte-monnaie, j’ai le bonheur d’être rédactrice pour Je suis un gameur.com et j’en suis vraiment très fière. Mince, j’ai oublié de dire « parce que je le vaux bien » !

21 Commentaires »

  1. La plus belle de toute les fins et ici en l’occurrence la mort d’une héroine ,c’est Heavenly Sword sur Playstation 3 en 2007,d’ailleurs c’est rare quand le héros d’un jeu meurt et le jeu n’était pas mauvais.
    Elle ne se raconte pas , il faut la regarder , elle est juste digne de la mort d’une héroine en pixel . Ce que j’avais trouvé fort , c’ était d’avoir un personnage avec autant de charisme et osez terminer l’histoire en la perdant . C’est un jeu qui aurait pu et du devenir une série montant en puissance , surtout qu’elles étaient deux.
    on sait la visionner sur youtube

    Après le dernier Batman je ne l’ai pas encore fait , c’est pour bientôt , alors je ne veux rien savoir maintenant ^^

    • Salut Stéphane, bienvenue sur le blog 🙂 Je ne peux que respecter ton choix car il est très argumenté. D’ailleurs, tu as raison, la mort de Nariko dans Heavenly Sword (jeu que j’ai dévoré) aurait pu figurer dans ce TOP 5. Mais pour le coup, elle reste assez similaire à celle de Zack dans Crisis Core. C’était le destin de Nariko que cela se termine ainsi.

      Le but de l’article n’était pas vraiment de répertorier les cinq morts les plus tristes (peut-être que le titre est trompeur du coup) mais plutôt de montrer quelles sont les émotions que le joueur ressent à travers elles. Du coup, pour résumer, on a quelque chose qui ressemble à ça :

      5. Amertume/regret
      4. Stupéfaction
      3. Admiration
      2. Incompréhension
      1. Tristesse pure et dure lol

      Désolé pour Batman Arkham Knight, c’est vrai que cet article est riche en spoilers ! J’espère que tu n’as pas lu le texte qui se réfère au jeu, ni même regardé la vidéo !

      • Non y a pas de soucis , pour moi la plus belle fin c’était celle de Nariko, c’était émouvant .Je ne me souvenais plus de son prénom par contre je me souvenais de sa longue chevelure rouge.Avant les héroïnes,il y en avait pas tant que cela,maintenant ça va mieux .Du temps de l’amiga 500(hé oué je suis vieux),fallait les compter sur les doigts d’une main.
        J’ai lu juste le début pour batou,ça m’empêchera pas de le prendre ^^

        Final Fantasy ,j’ai jamais accroché,c’est rare chez moi,j’ai que Final Fantasy 8,le gameplay depuis à du se renouveler fameusement, le soucis,c’est que je ne comprendrais pas l’histoire,vu que je n’ai pas commençé par le début ^^

        @pluche Joanne

  2. Thane et Mordin dans Mass effect… C’était sans doute un des moments les plus difficiles à vivre de ma vie ça.
    Et Lee dans the walking dead saison 1 était une mort plutôt douloureuse également
    J’ai été triste de tuer le beau Jack dans borderlands. C’était quand même un méchant ultra charismatique.

    C’est vrai que c’est un sujet qu’on aborde pas assez.. En tout cas ça en fait un super article ?

  3. Bwaaaa tu me brises le cœur Joanne avec cet article ! John Marston c’est l’amour de ma vie (oui oui), quand il est mort j’étais trop choquée, j’étais en deuil après ! XD
    Puis bon Booker Dewitt, pareil ça m’avait bien foutu le bourdon pendant quelques temps après. Le pire c’est les DLC qui remuent bien le couteau dans la plaie xD

    • Eleonore ma belle tu arrives juste au moment où j’allais me déconnecter pour réviser 🙁 C’est le destin hi hi !!! Toi aussi elle t’a brisé le coeur la mort de John Marston ? Eric voulait pas la mettre mais je l’ai obligé !!!! J’ai pas fait les DLC de Bioshock Infinite mais je veux bien te croire ! Pour le coup le 2ème jeu c’est l’idée d’Eric tu imagines bien (je sais votre vénération mutuelle pour Bioshock Infinite LOL). Sinon participes vite au jeu concours on serait super contents que tu gagnes un porte clé car tu es une lectrice fidèle et qu’on adore ! ❤

      • Mouahaha je fais exprès de t’empêcher de réviser ! 😀

        Mais oui c’est la mort qui m’a le plus brisé le cœur dans un jeu vidéo, tu as bien fais d’insister !! Je m’étais tellement attachée à Marston !
        Haha oui je me doute que quand il y a du Bioshock Infinite, il y a du Eric derrière ! XD
        Ah oui je n’avais pas vu le concours ! Je vais y participer de ce pas hihi 😉 !

        Bon allez, au travail maintenant ! :p

  4. Excellent article!
    La mort de Zack Fair est unfair *sors loin*.
    Plus précisément on sait ( pour bon nombre d’entre nous ) la tragique destinée et pourtant on s’attache et on en arrive même à espérer que peut être il avait survécu et qu’il vivait sous une autre identité à Costa Del Sol pendant FFVII!

    John Marston est le personnage principal préféré de mon petit frère alors lorsqu’il a terminé le jeu, j’ai bien compris que la fin n’était pas forcément heureuse ( même si elle reste glorieuse ) !

    Pour ma part, c’est celle de Darmani le Goron dans Zelda Majora’s Mask!
    A vrai dire, il était déjà mort et lorsqu’on rencontre son âme, le personnage m’avait marqué petit!
    Il pensait que Link était un sorcier ( Link pouvait voir son fantôme grâce au masque de la Vérité ) et demandait que l’on le ressuscite pour un court temps donné qu’il puisse sauver son peuple du monstre qui les menaçait!
    Le Goron avait accepté sa mort mais voulait juste sauver ceux qu’il aimait avant de partir à jamais…

    Et c’est sans compter lorsqu’on lui fait le chant de l’Apaisement et que l’on voit son âme dans l’Au Delà, où ses ancêtres l’accueillent en l’acclamant et le visage de Darmani qui sourit, apaisé… J’étais jeune et j’ai peut être lâché quelques larmes… satanés ninjas-découpeurs d’oignons!

  5. Bon je voulais éviter de lire le paragraphe sur Red Dead Redemption (je n’ai pas encore fait le jeu), mais l’image m’a attiré l’œil malheureusement ^^’

    Dans les Batman pour moi c’est celle du Joker dans Arkham City, combiner avec la première scène de Arkham Knight, forçant le joueur à incinérer le prince du crime…

    Sinon la palme de la larme à l’œil me concernant : la fin de Life is Strange avec Chloé, Joe dans Mafia II, Dominic Sandiago dans Gears of War 3, Andrew Ryan dans Bioshock, Roman dans GTAIV… et j’en oublie forcément !

  6. La seule mort que j’ai véritablement vécu est celle de Bioshock !
    Moi si y’a bien une mort qui m’a marqué, c’est dans Life is Strange.
    ************SPOILER ALERT************

    ************SPOILER ALERT************

    Donc je disais, celle de Kate dans Life is strange. Même si elle est évitable si l’on suit bien le jeu, la première fois je n’ai pas réussi à la sauver à ça m’a marqué. Les événements d’après influent sur ce décès et les causes qui ont amenés ça, à savoir le harcèlement scolaire et tout, me tiennent à coeur.
    Enfin bien, jouer à Life is Strange, c’est comme lire un excellent livre. On vit une histoire absolument incroyable !
    Vite, vite le 2 ! 😀

Laisser un commentaire