Cet été, nous avons été gâtés en termes de sorties de jeux vidéo. À croire que les studios savaient qu’on allait avoir de la pluie les trois quarts du temps et qu’on allait être contraint de rester enfermés chez soi la manette (ou autre) à la main. C’est donc par un soir d’orage que j’ai découvert le nouveau jeu développé par le célèbre studio anglais Ninja Theory, à qui on doit Devil May Cry, Enslaved ou encore Disney Infinity. Sorti avec peu de fracas et un prix relativement faible (pour un jeu neuf), le titre dont je vais vous parler est une pépite mystérieuse. Voici mon test de Hellblade: Senua’s Sacrifice sur PS4.

Graphiquement l’un des plus beaux jeux sur PS4

Pour commencer, je dois dire que ce qui m’a le plus poussé à acheter ce jeu, ce sont d’abord ses graphismes ! Avec des trailers accrocheurs et des images promotionnelles sublimes, je salivais à l’idée d’avoir la bête entre les mains depuis plusieurs mois et je dois dire que je n’ai vraiment pas été déçu. En effet, dès les premières minutes de jeu, j’avais un sourire béat et les yeux écarquillés devant la beauté graphique qui s’offrait à moi. Les décors sont vraiment somptueux, les effets sur les différentes matières (notamment l’eau) sont ultra-réalistes, et les jeux de lumières sont tellement bien utilisés qu’on plonge très rapidement dans l’ambiance si particulière du jeu. Mais ce qui est le plus admirable, c’est le personnage principal. L’héroïne, pourtant très chargée en termes de détails vestimentaires, bénéficie d‘une modélisation irréprochable. On détermine bien les différents tissus qui composent sa tenue, que ce soit par leurs textures ou leur façon de bouger. Quant aux mouvements et aux expressions de la belle, là aussi c’est un 20/20, à tel point qu’on ressent la force de ses émotions à travers ses gestes et son regard. Ce test de Hellblade: Senua’s Sacrifice commence bien !

Test de Hellblade: Senua's Sacrifice (PS4)
Un horizon bien sombre se dessine pour Senua.

Résoudre l’énigme Hellblade: Senua’s Sacrifice

Maintenant, venons-en au fait, de quoi s’agit-il ? Eh bien c’est une bonne question, une question que vous allez vous poser pendant toute la durée du jeu car ici on a affaire à un titre vraiment particulier. Pour faire simple (je vais essayer), il s’agit de la descente aux enfers d’une guerrière nordique torturée qui cherche à sauver l’âme de son amoureux après le massacre de sa tribu toute entière. Entre hallucinations, schizophrénie et tragédie façon la Divine Comédie de Dante, on évolue dans une histoire déstructurée, rythmée par les voix qui hante notre pauvre héroïne en traversant des épreuves aussi destructrices physiquement que mentalement. Véritable surprise de la part du studio qui nous avait habitué à des jeux avec un esprit plus léger. Hellblade est donc un véritable ovni. Profond, dérangé et extrêmement perturbant, le jeu nous plonge en plein cœur de la folie humaine que ce soit dans son rapport avec les divinités et le rapport à l’être humain. « L’enfer, c’est les autres » parait-il. 

La performance d’interprétation du personnage est saisissante !

Un jeu vidéo innovant, à la croisée des genres

Concernant le style de jeu, je dirais que c’est un mélange des genres : Hellblade: Senua’s Sacrifice se situe entre l’action, le narratif et le Beat Them All. On doit se frayer un chemin à travers un univers rempli de nature sauvage et de villages dévastés, résoudre des énigmes et (parfois) survivre à des assauts démoniaques. Le gameplay est plutôt bien fait pour chaque phase de jeu, même si j’avoue que certains combats peuvent donner du fil à retordre. Durant toute l’aventure, des chemins parallèles sont possibles afin de trouver des stèles comprenant chacune un symbole différent ; elles s’avèrent être très utiles pour la dernière partie du jeu. Le système de résolution des énigmes est lui aussi original car il faut retrouver des symboles dissimulés dans le paysage (ça peut être intense à des moments) ou reconstruire le décor en fonction des fragments et des angles de vue du personnage. À noter que plusieurs fins sont possibles suivant les actions que vous avez fait et la façon dont vous avez joué. Une dizaine d’heures sera nécessaire pour venir à bout de l’aventure, ce qui est très respectable par rapport au prix du jeu (je me permets cette parenthèse car vous nous posez souvent la question).

Rechercher les symboles n’est pas toujours une tâche facile.

Dans ce test de Hellblade: Senua’s Sacrifice, j’aimerais ajouter que l’une des particularités de ce jeu est qu’on est plongé dans un univers très éloigné de ce dont on peut avoir l’habitude. En effet, dans les jeux à tendance horrifique, on est souvent dans la même thématique et globalement dans des univers similaires (maisons hantées, apocalypse, zombies etc.). L’originalité d’Hellblade c’est qu’on est dans un monde (pour la plupart d’entre nous) totalement inconnu mêlant les mythes, les divinités et les légendes nordiques. J’avoue que ça m’a fait énormément plaisir de découvrir une nouvelle source d’ambiance cauchemardesque. De plus, le jeu traite également de la schizophrénie et avec une approche qui se veut des plus sérieuses car le studio a fait un énorme travail de recherche sur le sujet, notamment avec des spécialistes universitaires de la maladie. Bravo les gars, vous avez vraiment géré !


En résumé, HellBlade: Senua’s Sacrifice est une vraie bonne surprise. Orchestration magistrale, scénario recherché et intelligent, gameplay efficace, graphismes sublimes… C’est une vraie pépite ! Fans de jeux narratifs, de jeux horrifiques, de jeux d’action ou d’aventure, tout le monde devrait être conquis par cette expérience vidéoludique hors du commun. Attention cependant, car c’est une expérience dont personne ne peut ressortir indemne. Vous aurez été prévenus…

La note de la rédaction
  • Gameplay - 8/10
    8/10
  • Durée de vie - 8/10
    8/10
  • Graphismes - 10/10
    10/10
  • Scénario - 10/10
    10/10

Les plus et les moins

✔︎ Des graphismes à couper le souffle !
✔︎ Un scénario absolument cauchemardesque.
✔︎ Une performance d'interprétation incroyable !
✔︎ Une aventure réellement inoubliable.

✘ Les scènes de combat un peu en dessous.

9.0/10

 


Arnaud Troupenat

Gameur depuis 20 ans, j’ai exercé ma passion sur tous types de supports ! Jeux de combat, d’aventure, de survival horror et de plateforme, je suis un amoureux incontestable du jeu vidéo dans son ensemble.

11 Commentaires »

  1. Ce jeu me fait de l’œil depuis teeeellement longtemps ! Du coup j’ai encore plus envie d’y jouer maintenant ! Ce qui me donne très envie c’est que l’on joue un protagoniste féminin, et je suis super contente de voir que de plus en plus de jeux vidéos donnent la possibilité de se mettre dans la peau d’une femme et pas d’un homme ! Cela change ! 🙂

  2. Celui-la je l’ai mis de coté et tu fais bien de me le rappeler il faut que je l’achète. Surtout qu’un jeu de cette qualité vu son prix c’est donné. J’avoue les graphismes sont éblouissants mais le jeu a l’air très perturbant j’espère que je vais pas faire des cauchemars LOL

  3. Je te l’avais dit que le jeu, je le sentais bien, en te demandant si tu allais en faire un test. Tu vois j’ai du flair pour les bons jeux.^^
    C’est surtout ceux qui ont fait heavenly sword car le personnage féminin a quelques similitudes avec l’autre héroïne que l’on incarnait déjà. Bien évidemment ce n’est pas le même genre de jeux, mais ils ont repris une femme semblable à Nariko. Un bon jeu qui n’est pas cher, ça fait toujours plaisir, en plus plusieurs fins c’est sympa. Pourtant certains joueurs ont l’air de dire que les combats ce n’est pas trop top, toi tu n’as pas trop l’air d’en dire du mal. Comme on a les mêmes goûts je te fais confiance. ^^

    • C’est vrai, j’ai bien gardé en tête ton conseil et j’ai foncé sur le jeu le jour même de sa sortie. Les combats c’est sûr que c’est la partie “ça aurait pu être mieux” du jeu mais je trouve ça correct et assez peu présent finalement !

  4. Et bien en ce qui me concerne ce jeu, je ne le sentais pas plus que ça… c’est horrible mais j’avais l’impression de voir un HZD en version glauque.
    Un pote m’a dit qu’il l’avait acheté et j’attendais son retour sachant qu’il est très pointilleux sur les jeux et qu’il ne courre pas après les grosses licences. Il est à 90% du jeu, et il a adorait il me le conseille et après lecture de ton test, je me dis que c’est complétement bête de ne pas y jouer.

Laisser un commentaire