Comment ce qui apparaît d’abord aux novices comme un simple jeu de cartes, a-t-il pu rencontrer un tel succès, à tel point qu’il concurrence aujourd’hui les jeux les plus populaires dans le monde pourtant ultra-sélect de l’eSport ? Telle est la prouesse réalisée par Hearthstone, sorti en 2015, mais devenu depuis l’un des jeux en ligne les plus plébiscités de la planète. Une neuvième extension vient de sortir en décembre dernier, intitulée Kobolds et Catacombes, laquelle rajoute 130 nouvelles cartes au jeu, le faisant ainsi dépasser le nombre symbolique des 1 000 cartes disponibles. Autant dire que Hearthstone n’est pas un jeu comme les autres, et qu’il a un potentiel encore énorme !

Hearthstone : nouveau succès retentissant pour Blizzard

Tout d’abord, la raison première de ce succès s’appelle Blizzard, le fameux studio à qui l’on doit World of Warcraft et l’énorme raz-de-marée provoqué récemment par la franchise Overwatch. Avec une équipe aussi talentueuse et expérimentée, et des moyens rendus conséquents par leurs différents succès, il est normal de voir Hearthstone continuer de s’améliorer mois après mois, et donc de continuer à augmenter son nombre de joueurs. Car là est bien souvent le problème de ces jeux : comment attirer de nouveaux joueurs quand tant de spécialistes dominent déjà la partie ?

Heathstone
Heathstone ne se repose pas sur ses lauriers et propose des améliorations régulières.

Dans leur dernière extension par exemple, plusieurs modes de jeu ont donc été conçus par les développeurs, pour les débutants comme pour les joueurs des premières heures, permettant à chacun de rencontrer le niveau de difficulté et le fun escomptés. Les créateurs ne cessent aussi de mettre à jour le jeu en équilibrant le pouvoir de certaines cartes trop puissantes en se fiant aux analyses statistiques de toutes les parties, mais aussi en écoutant le retour des utilisateurs par rapport à leur jeu. Ceci aussi pour éviter de trop grands déséquilibres entre adversaires ! Ce jeu de cartes, similaire en plusieurs points aux fameuses cartes Magic, est donc proche d’atteindre la perfection et son nombre toujours croissant de joueurs est là pour le prouver.

L’eSport a renforcé la cote d’Hearthstone

Surtout, c’est l’entrée de Hearthstone dans le monde de l’eSport qui traduit encore plus ce succès. Portés par quelques grands noms des jeux en ligne, comme Bertrand “ElkY” Grospellier, meilleur joueur français de poker et ancienne étoile de StarCraft, celui-ci entre fréquemment dans le top 5 des jeux les plus regardés sur Twitch, et pourtant son déroulement plus lent offre beaucoup moins de scènes spectaculaires que la plupart des autres jeux eSport, comme c’est par exemple le cas dans League of Legends. Pour contrer ces défauts, Hearthstone a beaucoup travaillé dernièrement pour améliorer les animations de ses cartes mais aussi pour afficher le plus d’informations possibles à l’écran, rendant les parties plus prenantes à regarder pour les spectateurs.

Hearthstone
Hearthstone bénéficie de la force de frappe et de la visibilité de Blizzard.

Au final, il n’y presque pas une ombre au tableau pour Hearthstone, si ce n’est le fait qu’il soit gratuit, à la différence des paquets de cartes aléatoires. Alors que le jeu fêtera ces quatre ans d’existence cette année, on compte déjà plus de 70 millions de personnes s’étant inscrites pour prendre part à la folie Hearthstone. Ce qui n’était en fin de compte qu’un spin-off de Warcraft a désormais atteint la même aura que son grand aîné, à mi-chemin entre une ambiance médiévale et un univers fantastique, si cher à tous les amateurs d’Heroic Fantasy. Il se pourrait bien que le jeu continue à attirer de nouveaux joueurs dans les années qui viennent.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore cet univers, il n’est pas trop tard pour s’y lancer ! À vous de choisir si vous avez plutôt l’âme d’un prêtre ou d’un voleur, à moins que vous ne préfériez piocher dans l’une des neuf autres catégories de personnages disponibles. Dès lors, vous pourrez commencer votre collection de cartes magiques pour terrasser vos ennemis et remporter les plus beaux trésors du jeu !


Je suis un gameur.com

Je suis un gameur.com, c'est un blog indépendant sur le jeu vidéo. Créé par un vrai passionné, il retrace l'actualité majeure de la scène vidéoludique et passe en revue les derniers jeux. Longue vie au jeu vidéo!

8 Commentaires »

  1. Je ne connaissais pas le jeu. Je comprends bien qu’on aime ce genre de chose. Ce que fait Blizzard, ce n’est pas mon truc, je n’aime pas Overwatch, je l’ai essayé. Je n’ai pas trouvé le jeu palpitant en ligne.
    Qui ne connais pas World of Warcraft, je n’y ai jamais joué et pourtant celui-là c’est une icône. Je n’adhère pas à ce que fait Blizzard. ce n’est pas ma came comme on dit. Cela arrive ^^

    • C’est vrai ? Tu n’avais jamais entendu parler d’Hearthstone ? C’est étonnant… Oui, Blizzard souvent on accroche ou on n’accroche pas. World of Warcraft, je ne compte plus le nombre d’heures que j’ai totalisé sur ce jeu. Trop addictif, j’ai laissé tomber. Je préfère 3on3 Freestyle MDR. Tu as eu le platine au fait ?

      • Hearthstone, aussi étonnant, non j’en ai pas entendu parler mais bon blizzard je ne fais pas trop attention, je sais que je n’aime pas. 3on3 Freestyle, tout à fait j’ai le platine depuis octobre je crois. Le plus long c’était d’être MVP, heureusement je n’en ai pas trop chié pour les 10 victoires d’affilées. Je recommence à y jouer un tout petit peu pour le moment, je suis niveau 27 et je vais aller jusqu’au niveau 30 mais à mon aise. Je suis sur la fin d’evil within 2. Knack était pas mal, je l’ai fini et reprendre rime là où je l’ai laissé. Et dans 2 semaines j’attaque Horizon pour mon anniversaire…le 27 février, une date historique dans l’histoire de l’humanité……ou pas ^^

  2. Je pense exactement comme Stephane, les jeux comme ça c’est pas ma tasse de thé (le thé c’est plus sain que la came MDR). Après le succès que rencontre Hearthstone ne m’étonne pas. Comme tu le dis c’est Blizzard qui pilote le projet et Blizzard dispose de moyens colossaux !

  3. A mes VDD, le succès d’Hearthstone ne s’explique pas par les moyens colossaux de blizzard, mais par leur savoir-faire exceptionnel et leur exigence de perfection. Certes, Blizzard dispose d’une force de frappe marketing très puissante, mais d’une part ça permet au mieux de réussir (et encore…) un lancement, pas de maintenir un jeu au plus haut pendant des années, et d’autre part, blizzard est loin d’en faire un usage aussi intensif que beaucoup de ses concurrents, à commencer par Supercell. Blizzard n’en a tout simplement pas besoin. De même que Blizzard n’a pas besoin de mettre un cashshop omniprésent et intrusif comme le font tous les autres éditeurs de jeux sur mobile.

    Par ailleurs, si Hearthstone reprend les codes de l’univers de wow, les mécanismes de jeu n’ont absolument rien à voir avec wow, ni avec Overwatch (ou toutes les autres licences blibli). Ce n’est donc pas parce que vous n’adhérez pas à Overwatch ou wow qu’Hearthstone ne vous plairait pas. Ces jeux n’ont rien à voir.

    Sinon, article très complet.

Laisser un commentaire