M’amuser à un jeu bien fun et délirant, cela me manquait énormément ! Il y a peu de jeux qui arrivent à me tenir en haleine et à me divertir. Et ce n’est pas faute de les chercher ! Mais quand Plants vs. Zombies: Battle for Neighborville fut annoncé le 04 septembre 2019, j’ai tout de suite eu la conviction que le nouveau chapitre de la franchise absolument dingue d’EA et PopCap Games réussirait à m’enthousiasmer pendant de nombreuses années. D’ailleurs, ce test de Plants vs. Zombies: Battle for Neighborville réalisé sur PlayStation 4, j’aurais pu le publier bien avant la date de sortie officielle du jeu, c’est-à-dire le 18 octobre 2019. Effectivement, cela fait plus d’un mois que je zigouille du mort-vivant via la Founder’s Edition, une version qui permet un accès anticipé au jeu et qui fait de moi un Citoyen Fondateur, heureux bénéficiaire de récompenses exclusives, mais pas seulement. Par dessus tout, ce statut prestigieux m’a converti en un précieux allié pour les développeurs, qui ont pu améliorer les performances du jeu lors des six semaines d’accès anticipé. Voici mon test de Battle for Neighborville !

Test de Plants vs. Zombies: Battle for Neighborville : cœur ou raison ?

Avoir découvert Battle for Neighborville en avant-première me permet de donner un avis solide sur le jeu. Mais je tiens tout de suite à vous prévenir que même si je suis gouverné par une volonté d’objectivité, mon amour inconditionnel pour la licence Garden Warfare est susceptible de m’aveugler (comme la purée de pois laissée par la tourelle du Pisto-pois aurait tendance à aveugler la vue des zombies ; idéale pour les repeindre de la tête aux pieds d’ailleurs). Alors, est-ce que les fans des précédents jeux de tir Plants vs. Zombies (aka Garden Warfare et Garden Warfare 2) adoreront ce nouvel opus ? J’ai envie de dire qu’à priori, cela sera bien le cas : le jeu, qui est baptisé en français Plants vs. Zombies : La Bataille de Neighborville, parvient à perpétuer la tradition avec un humour débile omniprésent et un gameplay toujours aussi fun et facile à prendre en main qui oppose des plantes survitaminées à des écervelés dans des joutes aux couleurs exacerbées. Et Dieu que c’est bon d’entendre le fayot péteur de notre ami du dessus faire « Boom » dans une explosion de gaz puant !

test de Plants vs. Zombies: Battle for Neighborville
La carte du monde est plus étendue que dans Plants vs. Zombies: Garden Warfare 2.

Commençons donc pas parler des nouveautés dans ce test de Plants vs. Zombies: Battle for Neighborville. Tout d’abord, le hub du jeu, qui est soit le Manoir de Dave, soit le QG du Docteur Zomboss selon que vous décidez de jouer avec les plantes ou les zombies —, est une zone centrale qui permet de faire tout un tas d’activités. Bien sûr, elle donne accès aux éternelles cabines d’essayage pour gérer les compétences de nos personnages et customiser leur look. D’ailleurs, les classes disponibles sont à présent au nombre de vingt suite aux ajouts du Bonnet de nuit, du Gland et de Gueule-de-dragon côté plantes, ainsi que de Zomboogie, du Spationaute et du Héros d’action côté zombies. Mais depuis le hub, on peut aussi prendre de la hauteur à bord des manèges du Parc Linotte, accéder à un stand de tir, à un entraîneur d’XP, à un panneau social pour retrouver ses amis et aux parties multijoueurs, sans oublier les trois régions ouvertes inédites de Battle for Neighborville : son Centre-ville côtier, la mystérieuse contrée luxuriante du Bois Bizarre et la zone aride du Mont Pentu.

Bah, restez pas planté là, il y a tant à faire !

Plants vs. Zombies: Battle for Neighborville est donc encore plus complet que Garden Warfare 2 en termes de contenu. Cela est d’autant plus vrai que le joueur peut décider de s’aventurer dans la campagne solo (les missions sont adorables et loufoques et vous demandent de récupérer une essence de pet pour sauver les mauvaises herbes, d’affronter un monstre enraciné dans la terre qui a kidnappé un mannequin d’entraînement, de réunir des pièces pour fabriquer une tondeuse etc.) ou de rejoindre ses amis dans l’un des six modes JcJ (Conquête du Gazon, Élimination par équipe simple ou confirmée, Bombe Naine, Subordination ou encore Jardin Ops, sans oublier le petit nouveau : un mode arène en 4 vs. 4 appelé Battle Arena, sans doute le meilleur mode online du jeu) ! Dans ce test de Battle for Neighborville, soulignons également le fait que l’on puisse jouer en écran splitté dans tous les modes ! Enfin, même après avoir terrassé tous les boss, ouvert tous les coffres, récolté toutes les médailles et récupéré tous les nains de jardin, le joueur ne pourra jamais s’ennuyer puisque des Festivals inédits ont lieu chaque mois. À la clé, des prix et récompenses à gagner en complétant des défis et en accumulant de l’XP. La formule est donc engageante, bien trouvée et accessible, surtout quand on sait que Plants vs. Zombies: Battle for Neighborville n’est commercialisé que 39,99 € à sa sortie.

avis Plants vs. Zombies Battle for Neighborville
La force de Battle for Neighborville : pouvoir jouer en écran splitté sur tous les modes.

Mais ce qui rend la licence jouissive, ce sont aussi et surtout ses affrontements. Tout comme Garden Warfare et Garden Warfare 2, Battle for Neighborville est un TPS globalement accessible, mais foncièrement exigeant si l’on veut vraiment devenir bon. En ce sens, les fans des deux précédents opus regretteront très certainement l’absence des variantes de personnages, lesquelles pouvaient donner un sacré avantage sur le terrain. Désormais, exit les Pisto-pois de feu, les Mordeurs mécaniques ou encore le Fantassin arctique, tous les avatars du jeu sont logés à la même enseigne. Et personnellement, je trouve que cela n’est pas plus mal car les classes sont à présent plus équilibrées ! En outre, chaque personnage est désormais capable de sprinter, ce qui rend la rengaine entre plantes et zombies encore plus amère qu’à l’accoutumé. Pour le reste, je dirais que le gameplay n’a pas subi de changements notables, on se déplace avec le joystick, on tire avec et on peut activer l’une de nos trois compétences avec , ou . À noter que certains modes de jeux impliquent davantage d’interactions que par le passé, notamment le mode Conquête du Gazon, dans lequel des objets doivent être récupérés ou poussés en chemin. Reste que les joueurs exigeants se plaindront de l’absence de mondes en multi. En effet, à la date de publication de ce test, il y a à peine plus de quatre maps disponibles… Mais les développeurs nous en proposeront bientôt d’autres, n’en doutons pas.


LE SAVIEZ-VOUS ?

Comme bon nombre de jeux estampillés Electronic Arts, Plants vs. Zombies: Battle for Neighborville nécessite une connexion continue à internet. Sans cela, vous ne pourrez pas tirer grand chose du jeu. Comme vous le recommande MaPetiteBox, si vous comptez principalement jouer en ligne, vous aurez besoin d’une bonne connexion pour éviter les lags et autres interruptions malencontreuses. Pensez-y !


Battle for Neighborville : apprendre à couper la poire en deux

Une chose qu’il me semble important de souligner dans ce test de Plants vs. Zombies: Battle for Neighborville, c’est que nombre d’amoureux de la licence ne semblent pas vouloir laisser sa chance à ce troisième opus ; c’est comme si les carottes étaient déjà cuites ! Bien entendu, il y a la raison évoquée plus haut (l’absence de variantes), mais beaucoup de gameurs estiment que ce Battle for Neighborville ne possède pas la même vibe que les précédents opus. Personnellement, j’ai du mal à comprendre cette réflexion : les deux jeux Garden Warfare étaient pourvus d’une ambiance fantastique, drôle et décontractée, et c’est exactement la même chose dans Battle for Neighborville. L’humour fait souvent mouche, et même si certains joueurs try-hard le jeu bien comme il faut, Battle for Neighborville reste casual et très familial, ce qui est assez rare dans les jeux de tir modernes. De plus, même s’il est vrai que le chara-design des personnages a subi une sorte de lissage, cela ne m’a pas dérangé outre mesure, bien au contraire. Il y a fort à parier que le jeu prendra de l’ampleur et que le multi sera plus dynamique qu’au lancement de la Founder’s Edition grâce à l’apparition de nouveaux joueurs ! Par contre, s’il y a bien une chose que je regrette un peu, c’est l’absence de cross-play. Les communautés PC, PS4 et Xbox One sont pour le moment scindées. Mais pour pallier ce problème, vous avez toujours la possibilité de rejoindre le groupe Facebook Plants vs. Zombies: Battle for Neighborville 🇫🇷.

Rose dans Plants vs. Zombies: Battle for Neighborville (skin Halloween)
Dans le cadre du Festival Halloween, Rose a eu droit à un magnifique skin !

Pour conclure mon avis sur Plants vs. Zombies: Battle for Neighborville, je tiens à rendre hommage à la volonté des développeurs de proposer un système de progression sans la moindre micro-transaction (je vous rappelle que nous parlons tout de même d’un jeu édité par Electronic Arts). De plus, ledit système de progression a été nettement simplifié par rapport à Garden Warfare 2 : plus de packs de cartes à acheter, les éléments de customisation s’acquièrent directement avec les pièces in-game via un distributeur de capsules. Plus besoin de se prendre le chou, donc ! À présent, le drop de skins rares et ultra-rares n’est plus dépendant du nombre de pièces que vous dépensez, et ça, c’est cool ! Cool comme le Docteur Zomboss ! Enfin, si vous êtes chasseur de trophées PSN, sachez que partir à la conquête du platine de Plants vs. Zombies: Battle for Neighborville sera un vrai plaisir. Ça change de certains jeux à rallonge tels que… NBA Live 19 par exemple. Mais ça, je vous en parlerai prochainement.


Plants vs. Zombies: Battle for Neighborville est le jeu que j’attendais depuis de nombreuses années. Et honnêtement, il ne me déçoit pas une seule seconde ! L’ambiance est toujours aussi burlesque, les graphismes et décors toujours aussi chatoyants, les nouveaux personnages sont géniaux et plutôt bien équilibrés, la campagne solo un tantinet plus longue et travaillée que celle de Garden Warfare 2, quant au multi, il fait le boulot sans non plus surclasser la concurrence. Pour moi, Plants vs. Zombies: Battle for Neighborville reste une bouffée d’air frais ! À l’instar des deux premiers opus, le petit dernier de la licence est unique et authentique. Et c’est ce qui le distingue des autres jeux de tir, lesquels se ressemblent quasiment tous. Bravo PopCap.

La note de la rédaction
  • Gameplay - 8.5/10
    8.5/10
  • Durée de vie - 8/10
    8/10
  • Graphismes - 8/10
    8/10
  • Contenu - 8.5/10
    8.5/10

Les plus et les moins

✔︎ Toujours aussi drôle et fun !


✔︎ Équilibrage correct des classes.

✔︎ Une campagne solo satisfaisante.

✔︎ Une durée de vie conséquente.

✔︎ La diversité des modes de jeu !

✔︎ Le multi toujours aussi efficace !

✔︎ Jeu abordable de par son prix.

✘ Pas de signe du cross-play ? 

✘ La disparition des variantes…


8.3/10

 


Eric Lemattre

Élevé sur la planète Delta Orionis ZK-3.0, je suis venu sur Terre pour prêcher la vérité et sauver le genre humain. Susceptible mais costaud, je rends grâce à l’inventeur de la casquette. Oui, ce couvre-chef me va comme un gant !

11 Commentaires »

  1. C’est sûr celui-ci c’est un jeu complétement déjanté , quand on voit du maïs (ma hisse ^^)courir en te tirant dessus mdr. Au moins c’est chouette dans le sens où c’est un jeu complément sorti de l’imagination et pour une fois pas reflétant la réalité. Je comprends que ça fasse du bien et qu’on puisse s’y amuser. Le prix reste correct et pas abusé. C’est bien de le noter qu’il faille avoir une connexion permanente, ça reste du bémol ce point-là si même pour le solo on est obligé mais bon il est surtout axé multi. Sans l’avoir encore, de loin il me parait être un bon petit jeu qui tient en haleine 4 à 5 mois si on est gros joueurs multi après c’est fini…puis il va très vite baisser d’une 15ène d’euros. Il faut que je me fasse la collecte des nains de jardin ….c’est obligé ^^

    • Oui tout à fait, y a un côté humoristique et burlesque qui fait que je me suis très vite attaché à la licence. Quand je joue je ne me prends pas au sérieux. Je m’amuse. En effet, le prix du jeu est très abordable compte tenu du contenu qui est mis à jour régulièrement. Ah ah, oui la collecte des nains de jardin c’est la consécration ultime ! Je publierai une vidéo avec ces fameux nains qui sortent de nulle part munis de mitraillettes et qui te courent après XD

  2. Toujours très pro et précis dans ses analyses, notre Eric ! J’adore aussi la qualité de ton style. Pour ce jeu, quand j’aurais fini tous ceux que je dois finir (et à mon rythme de mémé 😂), je vais m’y attaquer et je relirai cet article plein de bons conseils. Merciiii et bisouxxx de Mamijo😘🌸

    • Merci MiJo ! C’est vrai ? Tu comptes jouer à Battle for Neighborville ? Mais c’est formidable ! Je serai sur ce jeu pendant au moins trois ans (c’est mon petit plaisir caché, le jeu que je sortirai pour me détendre et rigoler) du coup je serais ravi de te le faire découvrir 😉

  3. Hâte de pouvoir le tester !

    Le fait de pouvoir jouer entièrement en splitté est un énorme plus !

    Merci encore à JSUG de me permettre de m’y essayer prochainement grâce au merveilleux concours qui à eu lieu sur Twitter !

    J’espère pouvoir accompagner Eric en multi prochainement et ne pas trop être un boulet !

    • De rien ! Pour le coup les résultats des concours Twitter sont uniquement basés sur le hasard, tu as eu de la chance ! Ça va être super cool d’y jouer avec toi, en espérant que j’arrive à me dégager du temps libre (comme ça tu entendras aussi les vocalises de ma fille).

  4. Excellent test ! On voit tout de suite qui est le patron ^^. Tu as beaucoup joué au jeu et ça se sent car ton analyse est très précise. Du coup on a envie de te suivre les yeux fermés ! Plants vs Zombies c’est une super licence franchement j’aime bien quand y a de l’humour ou un peu de légèreté dans les jeux vidéo je comprends que tu puisses apprécier ce genre de jeux 😉

    • LOL merci Bruno. Oui, le compteur de temps de jeu affichait 50 heures à l’écriture de mon test. Clairement, d’ailleurs j’imagine que tu as déjà joué aux jeux PvZ sur smartphone, ce qui reste la base de la base !

  5. Merci d’avoir présenté ce jeu que je connais uniquement de nom, tout en me rappelant que tu apprécies la franchise. Le moins que l’on puisse dire est que l’ambiance burlesque et l’écran splitté sont deux gros arguments en sa faveur !

Laisser un commentaire