Depuis tout petit, j’ai toujours eu envie de me plonger littéralement dans un jeu, de visiter d’autres mondes, de décapiter des créatures d’un autre âge et de dévorer leur crâne encore chaud pour regagner vigueur et santé.  Vous imaginez donc mon enthousiasme quand j’ai découvert Primordian, un jeu VR en early access développé par Stonepunk Studios qui nous propose de fouler la toute première planète de l’univers, celle qui a apporté la vie sur toutes les autres. Bref, je ne pouvais résister à l’appel de l’aventure !

Primordian : Ian Mc Grygor

Sur cette planète, deux faces s’opposent : la lumière et l’ombre. L’un des côtés est perpétuellement dépourvu de lumière, et l’autre, en dispose en abondance. La mission du personnage que l’on incarne est de se rendre dans les terres de lumière et de récupérer des objets qui ont été volés à son peuple, qui vit sur la face « cachée » de la planète. Sur le site officiel, les développeurs annoncent une histoire profonde et dotée de plusieurs niveaux de lecture. Pour être franc, je n’ai pas encore pu jauger cette histoire, étant donné que le jeu n’est pas encore complet. Ce que je peux dire par contre, c’est qu’elle a l’air d’être plus développée que dans beaucoup de jeux spécialement conçus pour la réalité virtuelle.

Primordian
Avouez que ça donne envie de se balader sur cette planète !

En effet, la réalité virtuelle en étant encore à ses débuts, beaucoup de titres sont très orientés arcade, même lorsqu’ils tentent de nous compter une histoire. Ici, nous avons droit à de petites scènes narratives agréables, bien qu’un peu obscures. Cela change donc des intrigues VR simplistes, qui se contentent de nous plonger dans les mécaniques de jeu en ignorant d’en polir les aspects fictionnels.

Une fois le casque sur les yeux, une chose est claire : la sensation de se retrouver dans une forêt primordiale est incroyable. Les premières minutes, on ne peut s’empêcher de regarder autour de nous avec un sourire niais en poussant des « RHOOOOOOO ». La forêt semble déborder de vie, on aperçoit çà et là des créatures étranges, parfois gigantesques, impossible de rester impassible ! Cependant, si les premières sensations sont extraordinaires, on peut être un peu déçu par la suite.

Primordian
C’est le crabe le plus louche que j’ai jamais vu…

En effet, dans un environnement comme celui-là, on a qu’une seule envie, c’est d’explorer ce qui nous entoure. Envie rapidement avortée par le level design. Malheureusement, les différents niveaux sont principalement constitués de couloirs, et les possibilités d’exploration sont assez limitées. À force de voir les mêmes arbres, les mêmes plantes, les mêmes grottes et les mêmes créatures, l’envie de découvrir ce monde disparait peu à peu. Et c’est vraiment dommage, car les graphismes ne sont pas mal du tout ! j’aurais adoré découvrir des ruines et autres secrets d’un monde depuis longtemps oublié !

Qu’on lui coupe la tête !

Primordian
En voilà un qui n’en a encore fait qu’à sa tête !

Mais ne vous inquiétez pas, ce n’est pas là le cœur de Primordian. En effet, il est surtout question d’une quête poursuivie par un habitant de cette planète. Après quelques minutes de jeu, nous pouvons mettre nos mimines sur des épées et ainsi commencer à découper à tour des bras les êtres qui peuplent ce monde et qui nous attaquent on ne sait pas trop pourquoi.

Les combats de Primordian sont vraiment fun, il est facile de se prendre au jeu. Bien que, pour l’instant, l’IA soit complètement aux fraises, le jeu n’est pas facile. Il faut généralement attendre le bon moment pour attaquer, sous peine de se ramasser un bon gros coup de gourdin dans les primordiales. S’ensuivent alors des séances de découpe particulièrement plaisantes, où l’on décapite, démembre, charcute et dévore, le tout dans une bonne humeur inquiétante.

Primordian
Je ne sais pas ce que c’est, mais ça n’a pas l’air sympa !

Primordian se contrôle grâce aux Oculus Touch (ou avec des manettes Vive). Pour se déplacer, le joueur doit utiliser les joysticks, ce qui peut causer de légères désorientations, surtout quand on n’est pas habitué à la VR. En ce qui concerne les combats, le joueur doit faire un peu d’exercice pour gagner les affrontements à l’épée (j’ai mal aux bras !) et faire preuve d’adresse lorsqu’il utilise les autres armes du jeu. Cependant, même si les duels à l’épée sont particulièrement jouissifs et intuitifs, un petit problème, qui nuit quelque peu à la vraisemblance des séances de baston, persiste. Pour faire des dégâts à un ennemi, il n’est pas nécessaire de faire de grands mouvements de lame, au contraire, il suffit que le fil de l’épée effleure l’orteil d’une créature pour que celle-ci soit blessée comme si on l’avait frappée de toute nos forces. Ce petit défaut est un peu dérangeant, mais n’enlève rien au plaisir de finir un affrontement en décapitant proprement notre assaillant, à la suite de quoi il est possible de se faire un petit gueuleton avec son crâne, histoire de regagner un peu de santé.

Primordian
En exclu : le tout premier boys band de la toute première planète !

UN JEU À SUIVRE !


N’oublions pas qu’il s’agit d’un jeu en early access, il n’est donc pas rare que le jeu crashe ou que l’on expérimente des chutes de framerate. Et certains ennemis, comme mentionné plus haut, sont complètement à la ramasse et passent leur temps à frapper dans le vide. Cependant, ces problèmes sont compréhensibles pour un accès anticipé. En outre, les développeurs sont actifs, nous ne sommes pas face à l’un de ces jeux laissés à l’abandon après avoir empoché l’argent des joueurs. En somme, il s’agit là d’un jeu à suivre !


Pierre-Yves Houlmont

Ceinture noire d'haltérophilie en parachute et passionné par la généalogie des pommes de terre, j'ai décidé de devenir rédacteur dans le domaine du jeu vidéo ! Einstein ne nous a-t-il pas mis en garde contre les pierres ayant tendance à rouler ?

7 Commentaires »

  1. La VR c’est malheureusement le truc auquel je passe totalement à côté. Il y a l’air d’avoir de super propositions mais en terme de gaming, ça ne m’a jamais trop intéressé.
    Bon, ensuite, pour l’avoir essayée, ça me rend malade en plus.
    Par contre, c’est cool de voir que l’accent commence à être également mis sur une forme de narration plus poussée, pour passer au-delà de la performance purement technique.

    • J’ai exactement le même point de vue ! Si cela plait aux gens tant mieux pour eux mais je passe mon tour. Le peux de choses que j’ai essayé en VR était plus des tests/vitrine technique et je ne vois pas l’intérêt. Si dans le futur les jeux sont plus travaillés sur le scenario, une interactivité propre, pourquoi pas… mais faudra vraiment innover pour que je franchisse le pas !

      • Merci pour vos commentaires !
        Pour le fait que ça rende malade, c’est tout à fait normal dans un premier temps. le fait est que la cinétose (en gros le mal des transport) vient du fait que ce que l’on voit ne correspond pas à ce que l’on ressent. Le souci, c’est que les jeux qui ont été développés à l’origine n’étaient pas toujours stables, et que les modes de déplacements donnaient lieu à cette cinétose.
        Personnellement, au départ, je ne pouvais pas garder le casque sur la tête plus de 5 minutes, sous peine de rendre mon déjeuner. Mais les jeux commencent à être vraiment bien optimisés et adaptés afin de ne pas ressentir de nausées.
        Sinon, pour les jeux, il existe une vitrine développée par Oculus et qui s’appelle Robo Recall. Ce jeu est gratuit est représente une claque de malade, sincèrement ! Il suffit de le tester pour se rendre compte du potentiel de la VR, surtout au vu du moment où il a été développé. Mais il existe un tas d’autres jeux de fou comme The Gallery – Episode 1: Call of the Starseed, Arizona Sunshine (bien qu’un peu trop minimaliste dans son approche narrative), SuperHot VR, Sairento (à éviter pour les non initiés), bref, le potentiel est là et va bientôt pouvoir être exploité pleinement.
        Il faut considérer les “jeux vitrines” un peu comme les débuts du jeu vidéo avec Pong, Spacewar, etc. La VR représente un nouveau mode de consommation avec des nouveaux codes et des nouveaux usages que l’on ne connait que partiellement.
        En somme, vous l’aurez remarqué, je suis très enthousiaste face à cette nouvelle technologie (je fais d’ailleurs quelques recherches dessus).

        • La technologie en elle-même m’enthousiasme. C’est seulement que je ne l’envisage pas dans ma façon de jouer (donc c’est tout personnel, et je souhaite vraiment que la VR marche pour diversifier encore plus la production, et les expériences des joueur-euse-s intéressé-e-s).
          Ensuite, en mettant de côté l’aspect ludique, une version VR du Discovery Tour d’Assassin’s Creed Origins serait clairement cool.

  2. À mon avis pour n’importe quels jeux, une fois que tu mets un casque virtuel, le tout sous tes petits yeux de près, cela reste immersif les premières minutes. Les personnages ont de bonnes têtes, l’idée de l’ombre et de la lumière, ça peut donner comme histoire. Quand je dis les personnages ont une bonne tête, avec toi elle ne reste pas en place ^^.Comme le titre les instincts primaires donc logique, c’est vrai que voir de gros bestiaux en face des noeilles, cela doit être marrant. Un jour le tout se perfectionnera, comme on n’est jamais qu’au début. Petit à petit , quand les prix diminueront, la masse se laissera un peu plus tenter, et quand les jeux ses bonifieront. On arrivera à jouer avec des casques virtuels, tous en ligne. Là cela enverra du pâté, quoiqu’on sache déjà peut-être le faire ? pour l’instant c’est que du solo pour les casques…. Pour une personne handicapée je trouve cela bien, se retrouver debout, faut-il encore qu’il ne faille pas faire aller ses jambes, comme l’épée tu dois bouger. Essuies-toi la bouche tu as un petit peu de sang vert qui coule sur le coin des lèvres !! quand tu dévores des oreilles de chwnarks (une bestiole que je viens d’inventer)de l’espace tu en mets partout, C’est comme dans le cochon tout est bon, petit filou ^^

    • Je vois qu’on s’accorde sur les débuts de la VR 🙂 Pour les jeux en ligne, il en existe déjà des très bien, comme Onward, Pavlov ou tout simplement Rec Room (qui est gratuit). C’est vraiment fun et immersif, bien que de nombreux points méritent du fignolage.
      Concernant les handicaps, il faut savoir que les jeux vidéo en général peuvent aider pas mal de personnes, notamment celles avec le syndrome du membre fantôme. Elles ont des douleurs insoutenables à des membres qu’elles ont perdus. Jouer à la Kinect face à un écran où elles se voient avec deux bras (l’un est reconstitué par la machine) les aide à faire disparaitre la douleur. Bref, il y aura très certainement des applications de la VR de ce point de vue.
      Au fait, tu prendras bien un tranche de chwnarks ?

      • C”est là qu’on se dit que le cerveau est complexe. Je connais une personne qui est malade ,simplement parce que les couleurs sont trop vives comme le rouge alors que le blanc cela ne lui fait rien et sans le casque, au bout d’une heure il doit aller sur le pot faire bluuuuurp ^^. C’est vrai que je ne voudrais pas avoir cela.
        Une tranche de chwnarks, sans façon, déjà ma gelée de cervelle de ouistiti passe mal ^^
        C’est pour cela que sur le ps+ il propose un jeu en VR pour inciter les gens à essayer. N’empêche que pour des survivals horrors ,hyper immersif ^^

Laisser un commentaire