Le 04 juin 2015 sortait Wander, une sorte de MMO développé par une toute petite entreprise basée à Melbourne, en Australie. Jeu très atypique littéralement démonté par la critique, Wander se démarquait des autres productions par son aspect très contemplatif. En effet, dans Wander, contrairement aux autres jeux, pas de compétition et encore moins de violence. Que cela soit seul ou en coopération, le joueur se contentait d’explorer un archipel composé de deux îles en immersion totale avec la nature. Il incarnait un humanoïde qui pouvait, au contact de stèles mystiques, se métamorphoser en créatures légendaires : arbre géant, griffon ou lézard aquatique, chacune d’entre elles possédait des caractéristiques propres qui permettaient soit de se déplacer plus rapidement sur la terre ferme, soit de voler, soit de nager. Une autre chose très intéressante dans Wander était la capacité de converser avec les autres joueurs dans un langage unique créé par les développeurs. Et là encore, l’exploration des lieux s’avérait essentielle puisqu’en interagissant avec des grandes pierres marquées d’un symbole, on pouvait débloquer un mot spécifique dudit dialecte, puis le mémoriser afin de le réutiliser plus tard. Bref, tout cela est bien joli, mais Wander fut un flop total. Et le pire, c’est qu’aujourd’hui, les chasseurs de trophées regrettent même d’avoir acheté ce jeu !

Wander : les raisons d’un flop magistral

Le concept premier de Wander était tout sauf inintéressant. L’exploration d’un immense archipel peuplé de mystères, la possibilité de vivre une expérience purement contemplative, voire même relaxante sous certains aspects, voilà (enfin) quelque chose d’inédit dans le jeu vidéo. Sauf que dans Wander, on finissait quand même sérieusement par se faire chier, le jeu manquant d’interactivité, étant dénué de but réel et concret. L’immense majorité des joueurs n’a donc pas adhéré au concept.

Wander, le MMO laissé à l'abandon
C’est dommage, Wander aurait pu être un jeu vraiment sympa.

La deuxième raison majeure de l’échec cuisant qu’a connu Wander, c’est que le jeu était trop pauvre techniquement. Des bugs d’affichage, une texture de l’environnement digne de la Super Nintendo, du clipping en veux-tu en voilà, Wander n’était pas à la hauteur. En plus de cela, et on entre là dans le vif du sujet, de nombreux bugs semblent avoir affecté les trophées du jeu. En conséquence, il est tout bonnement impossible de décrocher le platine de Wander. Avouez que ça frustre tout de même énormément, d’autant plus que le dernier patch correctif auquel nous avons eu droit date d’il y a plus d’un an. Mais il faut quand même relativiser, le studio qui a conçu le jeu n’était à l’époque composé que de trois individus qui sont probablement au chômage technique à l’heure où je vous écris.

Chasseurs de trophées, êtes-vous inquiets ?

Vous avez tout intérêt à l’être. Si vous avez lu cet article depuis le début, vous aurez constaté que j’ai utilisé l’imparfait de l’indicatif pour décrire Wander. Je ne veux pas être trop pessimiste, mais j’estime que le jeu est mort. Plus de mise à jour corrective depuis un an, aucune réponse lorsqu’on interpèle le fondateur de Wander sur les réseaux sociaux, cela sent la dissolution du studio à plein nez. Et cela est profondément dérangeant pour nous autres chasseurs de trophées, notamment pour les completionists adeptes du 100% comme moi. Il n’y a pas grand chose que nous puissions faire malheureusement, si ce n’est de nous plaindre. C’est pourquoi je vous encourage à laisser un commentaire en bas de cet article en exigeant la résolution des bugs de trophées liés à Wander. Après tout, il ne s’agit que de rectifier quelques lignes de codes ; ils ne vont pas nous faire croire que c’est si compliqué que cela à réparer ! Une fois que nous aurons recueilli suffisamment de plaintes, Je suis un gameur.com s’occupera de contacter Sony et Loki Davison, directeur du projet Wander, en personne.

Eric Lemattre

Photographe et cinéaste amateur d'origine mauricienne (je suis très fier de ma double nationalité), je suis journaliste de métier et fondateur de Je suis un gameur.com. En fait, plus complet que moi sur le marché, y'a pas.

3 Commentaires »

  1. J’exige un patch correctif car il n’est pas normal que vu le prix que nous avons mis au départ, nous ne puissions pas débloquer la totalité des trophées du jeu !

  2. Salut ! Je salue l’initiative, mais pour tout te dire j’ai déjà essayer de contacter l’équipe du jeu de nombreuses fois depuis l’année passée et j’ai jamais eu de réponse alors qu’au début ils étaient très réactifs, on avait une réponse dans la journée. Quelqu’un m’a dit qu’ils avaient confirmé que le projet Wander était abandonné, ils sont passé à un autre projet. Dommage parce que le dernier message que j’ai reçu de leur part disait qu’ils avaient trouvé ce qui clochait dans les trophées et que ça serait fait dans la mise à jour suivante (qui n’a jamais vu le jour).

    Après je regrette pas du tout d’avoir acheté le jeu. Pour une petite équipe de 4 ou 5 personnes c’était déjà pas mal. Les heures que j’ai passé dessus quand il est sorti j’ai vraiment apprecié, j’ai passé des bons moments à explorer l’île à en dessiner la carte pour me repérer, je m’en souviens encore et non je ne me suis jamais fait chier. Je dois certainement être le type de joueur idéal pour lequel ce jeu était destiné, un jeu de pure exploration/contemplation j’adhère direct. C’est juste dommage de ne pas être récompensé jusqu’au bout mais bon… on s’en remettra 😉

Laisser un commentaire