Chaque mois, dans La Parole aux Lecteurs, nous permettons à l’un de nos lecteurs fidèles de s’exprimer au sujet du jeu vidéo. Cela est pour nous l’occasion de mieux le connaître mais aussi de découvrir le jeu vidéo sous un autre angle, voire même de discuter de thèmes qui n’entrent pas forcément dans notre rayon d’action. Ce mois-ci, nous donnons la parole à Gilles, un lecteur qui a déjà lié de belles amitiés avec une partie des journalistes de JSUG. Et des choses à nous dire, il en a pas mal !

BONJOUR GILLES ! PARLE-NOUS UN PETIT PEU DE TOI.

Salut à tou·te·s, Gilles donc, ou encore Donnie Jeep sur les Internets. Cela fait 35 ans que j’ai débarqué sur cette planète, du côté de Bayonne, un matin de janvier, le 1er pour être exact. Mais comme j’avais un bonus en skill social spé « bien élevé », j’ai attendu que mes parents aient fini de réveillonner avant de pointer mon nez.

Alors je ne vais pas faire ici une biographie complète parce que ce serait tout aussi passionnant qu’une notice de l’AFNOR sur les vis à tête fraisée mais, long story short, je suis auteur / scénariste, geek (Docteur ès Star Wars), cinéphile, musicien et, bien entendu, gameur. Et pour celles et ceux qui voudraient en savoir plus, mes différentes productions ainsi que ma bio improbable sont disponibles sur mon site (donnie-jeep-productions.com).

Sinon, je suis également bibliothécaire parce qu’il faut bien bosser un peu. Enfin, petite trivia totalement anecdotique : bien que je ne souffre pas de coulrophobie, je déteste les clowns.

QU’EST-CE QUI TE PLAIT DANS LE JEU VIDÉO AUJOURD’HUI ?

Son évolution. Que ce soit au niveau de la forme et du fond. On voit que tout se multiplie, se diversifie (même si au niveau de la prescription on a l’impression que l’essentiel de la com’ et du marketing pointe les mêmes choses malheureusement) ; les propositions vidéoludiques sont tellement nombreuses et variées que chacun·e peut trouver chaussure à son pied et pad à sa main.

Alors je ne dis pas que tout est parfait, mais j’ai l’impression que les mentalités évoluent dans le bon sens (notamment en ce qui concerne l’inclusion in-game et IRL même si le chemin est encore long). Et si je m’inquiète de certains procédés (notamment le modèle du AAA qui semble reléguer de plus en plus le solo en arrière plan pour s’orienter vers du game as a service multi et certaines dérives que ça engendre), je me félicite de voir l’explosion de la scène indépendante et l’exposition qu’on lui accorde de plus en plus (le PC reste son principal domaine, mais on voit que les constructeurs consoles leur font de plus en plus de place).

À ce propos, même si j’aime « l’objet » jeu vidéo, je pense que le dématérialisé a permis justement ce boum des indies et favorise sa distribution puisqu’il permet aux développeurs (studios ou simple particuliers) de sauter s’ils le souhaitent la case « éditeur ». Bref, tout ça pour dire que je kiffe la période actuelle et que j’espère que l’avenir nous réserve encore plus de bonnes choses (sans être un bisounours fétichiste de licornes fuchsia empaillées, je suis un type foncièrement optimiste).

DIRAIS-TU QUE LES JEUX VIDÉO, C’ÉTAIT QUAND MÊME MIEUX AVANT ?

Non, ce n’est pas ma vision des choses. Je peux avoir de la nostalgie pour une époque, des jeux, des expériences de joueur, c’est clair. Mais pas de là à préférer le « avant » au « maintenant ». En plus je ne suis pas la même personne, ni le même gameur. Je ne recherche plus vraiment les mêmes expériences. Par exemple, plus jeune j’étais à fond dans le challenge et le skill (gros consommateur de FPS à l’époque), mon principal but étant de « battre » les jeux en mode hardcore. Puis, petit à petit, j’ai délaissé cela pour me concentrer progressivement sur les expériences axées sur une forte narration. Et maintenant c’est essentiellement (je dirais même quasi exclusivement) dans cette optique là que je joue. J’avoue même (et je l’assume) jouer la plupart du temps en mode facile, ou normal au grand max.

Quoi de mieux que cet éblouissant arrière-plan pour magnifier notre ami Gilles ?

Dans cet ordre d’idée, je ne suis plus hyper regardant sur le gameplay. Du moment qu’il n’entrave pas le bon déroulement de la narration, je m’en accommode. Ce qui m’intéresse avant tout ce sont les personnages, puis l’histoire, l’univers. De ce point de vue là, j’ai accès à beaucoup plus de propositions et de superbes expériences aujourd’hui qu’autrefois. C’est pour ça que, non, je ne pense pas que c’était mieux avant. C’était différent, tout simplement.

TU TIENS UNE CHAÎNE YOUTUBE SUR LAQUELLE TU ES ACTIF. PEUX-TU NOUS EN PARLER ?

Ça s’appelle Donnie Jeep Gaming et c’est un projet que j’ai lancé l’été dernier. À l’origine, je voulais faire des let’s play. Et puis je me suis vite rendu compte que ce n’était pas trop mon truc. Je suis un joueur essentiellement solo, et j’aime être propulsé dans un jeu comme dans un livre, le vivre pleinement dans mon coin. Donc parler en même temps que je joue, ça me coupait un peu de l’expérience de jeu. Par contre, en parler après, oui, ça j’aime beaucoup. Échanger, débattre, se nourrir les un·e·s les autres aux travers de nos ressentis et points de vue. J’ai donc vite changé de cap pour m’orienter vers des vidéos traitant du jeu vidéo de manière plus large. J’ai donc développé différentes rubriques :  

  • “Mon avis n’intéresse personne” : avis sur des jeux en particulier ou tout ce qui touche au jeu vidéo en général ; en toute subjectivité, bien évidemment ;
  • “Let’s React” : réactions à propos de trailers de jeux ou adaptations ciné jv, avec petites analyses et hypothèses en prime ;
  • “Game Out” : avis sur des œuvres hors jeu vidéo ;
  • “La Cantina Chiktaba” : podcast sur le jeu vidéo que je fais en compagnie de mon cousin et, pour les deux dernières émissions, de Johanna (qui écrit ici-même) ;
  • “Memory Card” : chroniques plus littéraires et personnelles sur mes souvenirs de gameur ;
  • “Geek Contest” : rendez-vous mensuel où, dans le cadre d’un concours ludique organisé par le site Piece of Geek, je propose une sélection de jeux, films, séries, livres et personnages à partir d’un thème donné.

Au final, tout ça m’occupe pas mal et j’essaie de favoriser la qualité à la quantité. D’ailleurs, comme ligne directrice, j’ai surtout cette envie de ne parler que de ce que j’aime. Je suis assez loin des considérations concernant la création de contenus qui pourraient faire plus de vues / abonnés etc. ou encore de la démarche consistant à profiter de l’actu pour faire du buzz et générer du trafic. Après je n’irai pas juger celles et ceux qui font ça (la Toile est vaste et il y a de la place pour tout le monde), mais j’ai juste pas envie de perdre mon temps et de l’énergie dans quelque chose qui ne me correspond pas. Pour moi, le plus important est de mettre en valeur des œuvres (et donc leurs créateurs et créatrices) qui m’ont touché. Et c’est pour ça que je m’efforce toujours de veiller à rester à ma place. Je ne suis pas un influenceur. Tout au plus un prescripteur. Alors oui, je donne mon avis, mais il ne doit jamais passé au-dessus du sujet. Ma chaîne traite principalement du jeu vidéo, pas de moi. Ça ne doit pas devenir un one-man-show.

L’E3 APPROCHE À GRANDS PAS. QUELLES SONT TES ATTENTES ?

Eh bien, en fait je n’en ai pas tant que ça. La plus importante c’est The Last of Us Part II. Je suis un gros fanboy de Naughty Dogs et donc je suis toujours super hypé dès qu’on peut en voir et en apprendre un peu plus sur leurs jeux. J’aimerais également que CDProjekt nous dévoile enfin son Cyberpunk 2077. Ensuite, Square Enix durant sa conférence devrait nous balancer un peu de gameplay du prochain Tomb Raider, donc je suis partant pour ça (le reboot de la licence, en 2013, m’avait conquis et, si le second opus était moins viscéral, je préfère nettement la nouvelle version de Lara aux anciennes). Enfin, ce serait cool que Dontnod nous sorte un petit teaser de la saison 2 de Life is Strange, que Campo Santo, qui vient de se faire racheter par Valve, nous envoie du In The Valley of Gods (j’aime d’amour leur premier jeu, Firewatch) et que Night School Studio en fasse de même avec Afterparty (j’aime aussi d’amour leur premier jeu, Oxenfree). Pour le reste, je prendrai ce qu’on nous donnera ; mais sauf grosse surprise, je n’ai pas d’autres attentes que celles que je viens de citer précédemment.

SI JE TE DEMANDE : « POURQUOI JE SUIS UN GAMEUR.COM ? ». TU RÉPONDS QUOI ?

Le hasard fait bien les choses. En fait j’ai découvert JSUG tout récemment. En décembre dernier pour être précis. Je cherchais des fanarts d’Elizabeth de Bioshock Infinite (j’en profite pour dire que c’est mon personnage préféré du jeu vidéo, ever ; mais je me censure de suite sinon je pourrais en parler des heures) et je suis tombé sur un article où vous mettiez en valeur le texte et une illustration réalisés par une de vos membres (Éléonore je crois). J’ai ensuite fait un tour sur différents articles et j’ai très rapidement accroché à votre manière de voir et de parler du jeu vidéo. Que ce soit dans les tests, dossiers ou encore présentations d’artbooks.

D’une, je trouve qu’il y a de très bonnes plumes sur le site, de deux (et c’est peut-être le plus important) j’aime la mentalité qui y règne. Ça se traduit par la ligne directrice du site (c’est reposant de ne pas avoir de news sans consistances et de titres et vignettes putaclics) mais aussi dans la façon dont vous interagissez avec les personnes qui viennent commenter. L’échange, le partage et l’interaction sont pour moi des notions capitales (d’ailleurs ça fait parti de l’essence même du média qui nous concerne). Donc quand j’ai la chance de tomber dans un endroit qui représente et porte haut ces notions, je serais bien stupide de quitter les lieux. Au contraire, j’en profite un max. Et ça vaut également pour la chaîne YouTube du site (au passage, je me régale vraiment avec Eric Lafleur dont j’attends les nouvelles aventures avec impatience).

Bref, c’est sans doute pour ces raisons que « je suis un gameur.com »… et que je le serai longtemps je pense. Car même si je suis, comme je l’ai déjà dit, essentiellement du genre solo, ce site et les gens qui le font vivre me donnent vraiment envie de faire de la coop.


Je suis un gameur.com

Je suis un gameur.com, c'est un blog indépendant sur le jeu vidéo. Créé par un vrai passionné, il retrace l'actualité majeure de la scène vidéoludique et passe en revue les derniers jeux. Longue vie au jeu vidéo!

15 Commentaires »

  1. Merci Gilles pour nous avoir accordé cette interview. Je suis heureux de voir que nous avons la même vision de l’industrie. Sur un plan plus personnel, je pense qu’on se ressemble beaucoup toi et moi. De toute façon, quand deux personnes ont Elizabeth de BioShock Infinite comme personnage favori, tu te doutes qu’elles aient des atomes crochus ^^.

    C’est marrant, mes attentes à l’E3 sont semblables aux tiennes. Par contre, j’ai quand même hâte de savoir ce que nous réserve Rocksteady avec son prochain jeu. Ça va être difficile de faire aussi bien que la franchise Batman Arkham. Ne t’en fais pas, Eric Lafleur et Bradley Cooper reviennent très bientôt. Je vais travailler sur l’épisode 5 dès la semaine prochaine ! La bise !

    • Merci de m’avoir proposé l’interview surtout.

      Pour Rocksteady j’avoue que j’ai pas trop touché aux Batman, donc je suis pas trop ce qu’ils font (même si leur saga du Cape Crusader a impacté les jeux du même genre niveau gameplay par la suite).

  2. Il fait beaucoup de choses ^^. Il avait donné la parole aux femmes dans un sujet, sur sa chaine je crois, c’était un débat. Il n’a pas le temps de s’ennuyer ça c’est sûr! C’est un monsieur équilibré, il fait ce qu’il aime et délaisse le reste, il sait vers quoi aller pour se faire plaisir.

    Je pense que tu fais une erreur sur le fait de ne jouer qu’en solo si j’ai bien compris. Jouer en solo, cela ne crée pas des souvenirs aussi intenses que de jouer à deux ou plus. Pendant longtemps, quand j’étais plus jeune, je jouais avec un ami, on faisait pas mal de jeu ensemble, même un jeu comme resident evil, qui n’est que pour une seule personne. On se passait la manette, on jouait chacun à son tour plusieurs minutes, et même lorsque tu n’avais pas le pad en main, tu restais à fond dans le jeu. C’est comme si on était deux personnes qui n’en forment qu’une seule, tellement on est dedans. Je peux te dire que 20 ans après je m’en souviens, quand le chien a cassé la vitre dans un des couloirs du manoir, on a sursauté en l’air en même temps en gueulant, il m’avait dit d’éteindre les lampes chez moi pour être plus dans l’ambiance, et ben j’ai dû les rallumer après ça ^^.Pour ça moi aussi je suis fort solo pour les jeux, le multi cela dépend quel jeu.

    Pour les jeux c’était mieux avant ou maintenant, je trouve qu’il faut un contraste entre les deux. Beaucoup de jeux pourraient être mieux s’ils faisaient un petit effort au lieu de toujours prendre l’argent des gens. C’est ce que je me dis quand tu vois le monde des indépendants, je me dis attention qu’un jour les indépendants prennent le pas sur les productions AAA.

    Bon courage dans tout ce que tu fais! toi aussi tu pourrais être rédacteur ici ^^
    Cela fait un moment qu’on ne voit plus Johanna. Rendez la moi fin nous mais surtout à moi ^^

    • Merci pour le commentaire.

      Pour le solo c’est ma façon de jouer maintenant ; enfant et ado j’étais par contre multi/coop. On faisait des aprem Duke Nukem en LAN chez mon cousin notamment ou encore du Diablo 1 et ensuite évidemment Diablo 2. Puis y avait aussi les tournois entre potes de Goldeneye 64, FIFA / PES, Street et j’en passe.
      Le fait de partager des expériences solo à plusieurs étaient cool (je te comprends totalement pour Resident).
      Mais c’est vrai que je ne fais plus trop ça (voire quasiment plus). Ça reviendra peut-être comme envie.

      L’orientation des grosses productions du JV m’interpelle également et même si je prends mon pied sur certains titres, je me dirige bien plus souvent vers des prod moyennes ou indé.

      Le modèle de la majorité des AAA ne me plaît pas des masses (euphémisme). Heureusement qu’ils restent certains éditeurs qui tentent des choses et bien sûr les constructeurs qui peuvent se permettre de développer certains type de jeux car ils les vendront en exclue avec leurs consoles.

      • De rien, tu réagis beaucoup depuis Décembre, cela se remarque vite, puis sur les autres formats aussi, tu es fort présent. Je lis les commentaires que tu mets, Bon je ne comprends pas toujours ce que vous dites quand tu parles à P-Y, celui qui ressemble à kratos en plus beau ^^ mais j’essaie. ^^

  3. Sympa cette interview ! Gilles a l’air d’être une personne intelligente et attachante ! Moi aussi je pense qu’il ne faut pas juger les jeux vidéo d’aujourd’hui par rapport à ceux d’avant car le fossé est tout simplement énorme. Et puis le contexte est différent. Le JV évolue au gré des nouvelles technologies, il est même dépendant de ça, donc les deux sont incomparables. C’est vrai que vu son style d’écriture, je verrai bien Gilles comme rédacteur JSUG mais si ça se trouve c’est déjà prévu ^^. Après, JSUG aime bien faire intervenir des intervenants extérieurs comme dans “The Art of Gaming” par exemple.

    • Exactement. Tu as bien raison de parler de la dépendance aux évolutions technologiques qui rend évidemment que tout comparaison plutôt caduque entre les périodes.
      Après il est amusant de voir que de jeux qui profitent d’une technologie très poussée comme le récent Detroit de Quantic Dream sont pourtant (dans leur cœur) des héritiers directs des jeux d’aventure des années 80 (sauf qu’effectivement l’emballage n’est pas le même et la structure des embranchements plus développées).

      En fait, il y a simplement plus de moyens différents de proposer des choses qu’autrefois (et ça continuera encore à aller dans ce sens). Et suivant les choix artistiques et budgétaires (faut pas se leurrer), cela prend différentes formes (en fait le jeu vidéo suit le même chemin que le cinéma, et c’est pas étonnant qu’on ait les AAA / blockbusters, AA, indépendants et même si on doit pousser au bout, les tous petits jeux développés avec trois bouts de ficelles qui correspondraient au mumblecore).

      Ah, et puis merci pour le commentaire sur le style d’écriture, ça fait toujours plaisir, je ne vais pas le cacher.

  4. Super interview ! J’en ai profité pour aller jeter un oeil à tes différents accomplissements et projets !
    Tes musiques sont vraiment sympas, et j’apprécie aussi ta chaine youtube (t’as un abonné de plus maintenant).
    Dans tous les cas, je te rejoins à fond sur le paysage vidéoludique d’aujourd’hui !

    • Merci P-Y. C’est vrai qu’il y a tellement de choses à dire sur le paysage vidéoludique aujourd’hui (vaste et en constant mouvement).
      En ce qui concerne la musique, j’aimerais pouvoir en faire un peu plus, mais pour l’instant je calme les choses parce que je veux pas trop me disperser (par exemple, ça doit faire près de 7 mois que j’ai des velléités de faire une variation sur le thème d’Uncharted The Lost Legacy, et je m’y suis toujours pas mis). La chaîne me prend pas mal de temps en fait (même si je ne fais pourtant pas un tas de vidéos) et j’ai également des projets littéraires pour l’instant en jachère.

  5. La blague sur la notice d’AFNOR m’a bien fait rire ! (Ou comment se reconnaître entre bibliothécaires).
    Ton interview est vraiment sympathique, cela fait plaisir à lire, de voir ton évolution personnelle et aussi celle du rapport au jeu vidéo. C’est vrai que maintenant, on a beaucoup de choix dans les jeux qui accordent une grande place à l’histoire, la narration, les personnages…c’est aussi ce que je recherche le plus dans ce média, finalement.
    Je vais aller découvrir ta chaîne Youtube avec plaisir ! Et bon courage/bonne inspiration pour tes projets littéraires.

    • (ah ah, oui, les blagues de bibliothécaires ça nous trahit de suite – même si pour le coup, sur celle-ci je pensais plus à Boris Vian qui a bossé à l’AFNOR et qui s’amusait à mettre des citations dans ses romans).

      En tout cas merci pour tes encouragements pour mes projets littéraires (parce que oui, ça me prend un peu la tête en ce moment).

      Sinon je suis allé faire un tour sur ton site, et wow ! tu effectues un sacré boulot que ce soit sur les livres, jeux, films et j’en passe. Bon, je ne partage pas ton avis sur Solo et surtout Uncharted 4^^ par contre oui, The Witcher 3 est un sommet du summum du sommet du… bref, c’est fantastique.

      • (Ah, j’avais oublié que Boris Vian faisait ce genre de blagues dans ses textes !)

        Les projets littéraires sont toujours de longue haleine…il faut continuer à y croire, donc souhaiter bonne inspiration est amplement justifié ! 🙂

        Merci pour ton compliment, après cela reste surtout un blog “journal de bord découvertes en divers domaines”, qui prend du temps mais qui est un plaisir. Ah, les goûts et les couleurs, après, j’y suis peut-être allée un peu trop fort avec ces deux-là. Mais je suis tout à fait d’accord pour the Witcher ! Un univers dont on n’a pas envie de ressortir…

  6. Super cet article 🙂

    Merci à toi pour tous ces gentils mots à propos de notre team 🙂 Ça fait toujours super plaisir de lire ça et de voir qu’on attire du public sans articles “putaclics”.

    En tout cas j’ai bien apprécié ta plume aussi, et j’aime beaucoup ton approche de l’évolution du jeu vidéo ! C’est vrai qu’ils sont apparus à “notre époque” et quelques part notre génération est la seule à avoir vécu leur évolution depuis le début.

    Au plaisir de te lire à nouveau 😉

  7. Merci surtout à vos commentaires à tous ; et merci évidemment à vous tous, les rédacteurs (et la rédactrice, on l’oublie pas).

    Et c’est vrai que notre génération a vécu une grande partie de l’évolution du JV (bon, j’étais pas à la période Tennis for two quand même^^).

Laisser un commentaire