Alors, aujourd’hui, on se retrouve pour quelque chose d’un peu différent. En effet, il y a quelques jours, j’ai reçu un colis qui fait plaisir : un Oculus Go. Il s’agit d’un casque VR un peu spécial, étant donné qu’il semble être le fruit d’une liaison interdite entre un casque VR lambda et un smartphone dans une cardbox. Annoncé au prix de 219 € pour sa version 32 Go, c’est un casque qui s’adresse principalement à un public débutant, qui souhaite découvrir les possibilités de la VR. Place à mon test de l’Oculus Go !

Oculus Go : entre smartphone et casque VR

Ici, on part sur un casque autonome configurable avec un smartphone. Alors, pas de panique, pas besoin d’un téléphone surpuissant pour utiliser l’appli, il s’agit d’une simple formalité pour lancer le casque. Il suffit de se connecter par Bluetooth, et c’est parti. L’Oculus Go s’utilise avec une facilité déconcertante. Il suffit d’utiliser la petite télécommande qui est livrée avec pour se balader avec aisance dans les menus. Il ne reste plus qu’à poser le casque sur la tête (d’ailleurs, c’est un véritable bonheur à porter avec ses 468 grammes et ses sangles particulièrement pratiques). Le casque est sublime !

Avec une résolution de 2560 x 1440 pixels, l’Oculus Go dispose d’une plus belle image que son cousin le Rift ou son arrière grand-oncle éloigné le Vive. Si on en profite vraiment lorsqu’on lance un film ou une vidéo YouTube, il faut bien avouer que, du point de vue des applis et des jeux, on en attend davantage d’un casque VR. Eh bien, oui, la puissance de calcul est entièrement assumée par le casque lui-même, il ne faut donc pas espérer jouer à Robo Recall ou à un jeu du genre. Les applications sont nombreuses, mais souffrent de la même affliction que les applications pour smartphone : les achats in-game. Il arrive parfois que l’on télécharge un petit jeu de découverte pour se retrouver bloqué sur le menu sans pouvoir faire quoi que ce soit, sous réserve de dépenser de la monnaie sonnante et trébuchante…

test de l'Oculus Go
Aperçu de l’Oculus Go, qui est livré avec une télécommande dans une jolie boîte.

De plus, seuls 4 axes sont pris en compte lors de vos mouvements. Vous pouvez pivoter la tête de gauche à droite et regarder de haut en bas, aucun autre mouvement n’est pris en compte, ce qui occasionne quelques nausées… Du fait de l’impossibilité de se déplacer, l’absence de fil relève plus du gadget qu’autre chose. Autre défaut : la batterie. Avec une autonomie de 2-3 heures selon l’utilisation que vous en faites, l’Oculus Go se trouvera plus souvent sur secteur que sur votre crâne. Dommage !

Oculus Go
Esthétiquement, rien à dire, le produit est beau, moderne et minimaliste !

Bref, si les débutants seront très probablement conquis par ce nouveau modèle, les aficionados de la VR comme moi vont probablement très vite s’ennuyer… et se jeter à nouveau sur leur bon vieux Rift. 

Test du casque VR Oculus Go
  • Confort
  • Facilité d'utilisation
  • Autonomie
  • Confort en déplacement

Mon verdict

L'Oculus Go est un casque VR d'entrée de gamme qui conviendra aux personnes qui souhaitent découvrir les possibilités de la VR. Si l'absence de câble est agréable, cela fait un peu gadget, le casque ne permettant pas de se déplacer véritablement. Quant à l'autonomie du casque, elle est à revoir, l'Oculus Go ne pouvant tenir que 2-3 heures sans recharge.

3.1

 


Pierre-Yves Houlmont

Ceinture noire d'haltérophilie en parachute et passionné par la généalogie des pommes de terre, j'ai décidé de devenir rédacteur dans le domaine du jeu vidéo ! Einstein ne nous a-t-il pas mis en garde contre les pierres ayant tendance à rouler ?

4 Commentaires »

  1. Si tu as un casque VR, selon la marque on ne sait pas jouer à tous les jeux VR donc ? Tu dis que Robo recall on ne peut pas, alors il faut vraiment faire attention à ce que l’on achète…cela me fait toujours penser à sam fisher les verres ronds de l’objet.

    • En fait, ce n’est pas un souci de marque ici, mais de puissance. En gros, ici, on a un casque qui n’est pas fait pour jouer à des gros jeux bien puissants, mais plutôt à des “petites applications”. Étant donné qu’il n’y a que 32Go de place sur le casque, il me parait compliqué de jouer à des gros jeux de toute manière 🙂
      Sinon, niveau compatibilité, il y a des petites différences entre oculus et htc Vive, mais elles sont assez minimes.
      C’est vrai que j’avais jamais vu ça comme ça, mais, maintenant, ça va aussi tout le temps me faire penser à Sam Fisher :p

  2. Si le portefeuille de jeux est restreint (Robo Recall) c’est quand même dommage de devoir payer un casque VR près de 220 € sans pouvoir s’en servir pour jouer. Je pige pas trop la logique… Ce qui ne veut pas dire que je sois contre le fait qu’on puisse s’amuser à de “petits jeux” en VR !

Laisser un commentaire