La génération de consoles actuelle est la cible de versions remasterisées en veux-tu en voilà qui sont développées dans le but d’apporter un vent de fraîcheur à des jeux pourtant vieux de moins d’une décennie. Si BioShock Infinite n’est pas si ancien que cela, un lifting des deux premiers opus de la série BioShock ne peut faire qu’un bien fou aux fans de la première heure, dont je fais d’ailleurs indubitablement partie. BioShock: The Collection vient nous rappeler que la saga éditée par 2K Games est un monument du jeu vidéo. Jeux qui s’adressent à un public intelligent, BioShock, BioShock 2 et BioShock Infinite sont des modèles de narration et mettent en évidence certains des personnages parmi les plus charismatiques de l’univers vidéoludique. Ensemble, replongeons donc dans les eaux tumultueuses de Rapture, puis, élevons-nous jusqu’aux confins de Columbia, où une épopée incroyable, sanglante et remarquablement prenante nous attend. Êtes-vous prêt pour l’aventure ?

Un rendu visuel digne des dernières consoles

La première chose qui m’aura marqué dans BioShock: The Collection, c’est que globalement, cette version est clairement à la hauteur de la PS4 et de la Xbox One. Le jeu est beau, très beau, sans pour autant nous faire tomber la mâchoire au moindre plan. La réunion des trois titres est cohérente dans la mesure où le package dans son ensemble bénéficie d’une qualité graphique uniformément répartie : les textures des personnages et des décors sont du plus bel effet et les rares fois où vous serez pris de court, c’est durant le visionnage de cutscenes qui semblent un peu datées.

bioshock-the-collection-elizabeth
Elizabeth a bénéficié d’un traitement visuel particulier. Elle est plus belle que jamais !

En effet, durant certaines séquences du premier BioShock, il n’est pas rare d’assister à une déformation de la profondeur de champ, ce qui est dommage, ce flou d’arrière-plan ne faisant rien pour camoufler les quelques animations peu naturelles que j’ai pu repérer, l’apanage des jeux sortis en 2007 dirons-nous. Néanmoins, la reconstitution du monde environnant est parfaite. Jamais Rapture ne m’aura paru aussi envoûtante. La précision des détails sous-marins est bluffante, à tel point que BioShock: The Collection fait graphiquement de l’ombre à bien des jeux sortis sur next gen avant lui.

BioShock: The Collection, monument de narration

bioshock-the-collection
Nombreux sont les messages subliminaux dans les trois jeux BioShock.

Pas de surprise pour ceux qui, par le passé, avaient déjà parcouru les trois titres de 2K Games. Les jeux BioShock sont des chef-d’oeuvres en termes de story telling, Les éternels voxophones et kinétoscopes sont toujours aussi riches en informations et en secrets, les dialogues toujours aussi bien menés et fascinants. La façon à laquelle nous est contée l’histoire de Rapture est exceptionnelle, si bien qu’elle transcende le jeu vidéo. Parfois, on se dit que le jeu vidéo est bien plus qu’un simple loisir, c’est une exploration intérieure, une valse frénétique d’émotions et de sensations qui nous tenaillent, eh bien c’est exactement ce que j’ai ressenti en jouant à BioShock: The Collection. Malheureusement, en 2016, l’incroyable qualité scénaristique des trois jeux de base ne sert qu’à dissimuler les nombreux défauts rencontrés sur le plan du gameplay. Car oui, BioShock: The Collection n’est pas parfait !

Un gameplay qui commence sérieusement à dater

test-bioshock-the-collection
Rien de nouveau n’a été apporté au gameplay, lequel commence à se faire vieux…

Oui, BioShock: The Collection est toujours aussi sublime mais les puristes regretteront tout de même son gameplay un peu dépassé. Les mécaniques de jeu n’ont pas été mises au goût du jour. C’est dans BioShock premier du nom que ce décalage se ressent le plus. Si le constat est loin d’être horrifiant, il est par exemple fort dommage et frustrant de ne pas pouvoir paramétrer soi-même les différentes commandes de la manette ; et cela est d’autant plus vrai que nous avons là affaires à un FPS ! En ce qui concerne le reste, on pleurnichera aussi devant le côté ridicule de certains boss fights, qui viennent finalement ternir l’immersion et la narration. Malgré toutes les métaphores auxquelles ils renvoient, ces affrontements ne resteront pas dans la mémoire populaire, seul BioShock Infinite proposant des duels plus ou moins cohérents et ne brisant pas la continuité du récit. Pas la peine de dramatiser toutefois !

Trois regards différents pour une expérience intrigante

bioshock-the-collection-test-ps4
La durée de vie des trois jeux est remarquable, surtout que les DLC sont tous inclus.

Ce qui est très appréciable dans BioShock: The Collection, c’est qu’on a naturellement la chance d’enchaîner les trois épisodes à un très court intervalle. Par conséquent, on réalise à quel point le point de vue du personnage joue un rôle clé dans la compréhension de l’oeuvre dans son ensemble. Et cela, tous les jeux vidéo ne le permettent pas. Dans BioShock par exemple, on incarne un homme ayant survécu au crash d’un avion et qui découvre la cité sous-marine de Rapture. Dans le deuxième opus, on joue dans la peau d’un Big Daddy, un mastodonte se déplaçant dans une tenue de scaphandrier, un homme-esclave qui est supposé ne ressentir aucune émotion mais qui va finir, contre toute attente, par être intimidé. Et pour terminer, il y a Booker DeWitt, ce mercenaire, ce chasseur de prime, qui va tomber nez-à-nez avec la plus délicieuse et la plus sensible des créatures alors que cette dernière est emprisonnée à Columbia, une ville volante nichée au milieu des nuages. D’ailleurs, à mon humble avis, c’est la version remasterisée de BioShock Infinite qui est la plus impressionnante. Par peur de trop vous spoiler, je ne vais pas m’étaler plus longtemps sur la trame des différents épisodes.

BioShock: The Collection, tous les DLC sont inclus !

test-bioshock-the-collection-pc
Petite préférence pour BioShock Infinite, qui est à mon opinion le meilleur des trois jeux !

Le véritable intérêt de BioShock: The Collection est de pouvoir se procurer les trois jeux originaux à moindre frais. Mais ce n’est pas tout, puisque la totalité des DLC de chaque titre nous est également proposée dans cette version qui offre un contenu on ne peut plus complet. Le DLC de BioShock 2, L’Antre de Minerve, et les deux extensions de BioShock Infinite, Burial at Sea Parties 1 et 2 ,vous permettront de déceler tous les secrets de Rapture et de Columbia. Voilà qui vient d’ailleurs rallonger la durée de vie déjà conséquente des trois opus canoniques, qui vous tiendront en haleine pendant au moins 40 heures, temps qui exclut la chasse aux différents collectibles qui sont, vous le savez déjà sûrement, très nombreux. Autant le dire donc, avec BioShock: The Collection, pas d’ennui possible !


BioShock: The Collection est une version remasterisée qui ne ment pas sur la qualité. Les trois jeux étaient déjà individuellement exceptionnels mais maintenant qu’ils disposent de graphismes plus beaux que jamais, ils sont devenus clairement incontournables. Néanmoins, votre appréciation de BioShock : The Collection sera tributaire du temps que vous avez déjà passé sur BioShock, BioShock 2 et BioShock Infinite. En effet, les vétérans ne doivent s’attendre à rien de nouveau. Les néophytes, par contre, auront tout à y gagner, d’autant plus que les jeux BioShock ont toujours été à la hauteur de leurs ambitions. C’est votre cas ? Alors, foncez !

La note de la rédaction
  • Gameplay - 7/10
    7/10
  • Durée de vie - 8.5/10
    8.5/10
  • Graphismes - 7/10
    7/10
  • Scénario - 10/10
    10/10

Les plus et les moins

✔︎ La trilogie emblématique est enfin réunie !
✔︎ Un jeu intemporel, un modèle de narration !
✔︎ Une ambiance exceptionnelle et poétique.
✔︎ Une durée de vie conséquente grâce aux DLC.
✔︎ Des combats frénétiques et très nerveux.

✘ Des graphismes qui commencent à dater.
✘ Un portage qui ne convainc pas toujours…

8.1/10

 


Eric Lemattre

Élevé sur la planète Delta Orionis ZK-3.0, je suis venu sur Terre pour prêcher la vérité et sauver le genre humain. Susceptible mais costaud, je rends grâce à l’inventeur de la casquette. Oui, ce couvre-chef me va comme un gant !

8 Commentaires »

  1. Superbe article ! Pour ma part je joue uniquement sur PC, du coup la version remastérisée du premier Bioshock est d’office mis à jours sur Steam. Ça sera une occasion pour moi d’y rejouer !

    Je pensais que Bioshock Infinite n’avait pas été remastérisé vu que le jeu est déjà très très beau. Peut être qu’il est uniquement pour la console?

    Je ne savais pas du tout qu’il y avait un DLC pour Bioshock 2 ! J’espère qu’il existe pour la version PC T.T

    • Non je pense qu’ils ont amélioré les graphismes des trois jeux. Dans BioShock Infinite ça se voit surtout au niveau des personnages, surtout Elizabeth. Mais le lifting est plus efficace sur BioShock et BioShock 2 forcément. Autrement, oui, tous les DLC sont inclus, tu vas te régaler !

      • Non, Infinite n’a effectivement été amélioré que sur consoles, la version PC n’en avait pas vraiment besoin il faut dire.

        J’en ai aussi profité pour me refaire Bioshock 1 (et peut-être réussir à finir le 2, depuis le temps…) et rien que pour les documentaires de Ken Levine planqués dans les niveaux, ça vaut le coup. *croise les doigts parce que je suis l’un des rares joueurs PC à ne pas avoir de crashes sur le remaster*.

  2. Excellent test ! J’ai déjà fait les trois jeux sur Xbox 360 donc j’hésite encore à me prendre cette version intégrale… Elle n’est pas si chère que ça mais l’investissement mérite quand même un petit temps de réflexion 🙂

  3. On ressent l’amour que tu as pour cette franchise, et des articles aussi passionnés et passionnants, je voudrais en lire tous les jours. Je sais que ce n’est pas la première fois que je te dis ça, mais il faut définitivement que je me mette à ce jeu!

  4. Un bon article, comme toujours Eric 🙂

    Je ne suis pas assez fan pour repasser à la caisse, mais avec une baisse de prix pourquoi pas. Je suis surtout curieux de voir le premier, le seul que j’aime vraiment. ^^

    Au plaisir de te lire !

Laisser un commentaire