Je te parlais il y a quelques jours de Return of the Obra Dinn, ce jeu absolument dingue créé par Lucas Pope (le papa de Papers, Please) en 2018. Les graphismes brillent par leur minimalisme savamment étudié et délicieusement rétro, l’histoire t’offre de sacrées surprises et l’enquête promet quelques nœuds au cerveau. Mais l’expérience serait-elle la même sans la bande originale ? Oh que non, et c’est pour ça que je me lance aujourd’hui dans mon premier Gaming Tempo, parce que je ne pouvais pas laisser passer cette occasion de te vanter les mérites de la musique de Return of the Obra Dinn.

La musique de Return of the Obra Dinn, une réussite en trois parties

Pour être réussie, la musique de Return of the Obra Dinn devait absolument satisfaire plusieurs critères : accompagner le look old school du visuel, ne pas parasiter la concentration du joueur quand il essaie de tirer les bonnes conclusions et qu’il examine ses indices, et surtout nous plonger dans l’ambiance d’un bateau en 1807 qui voit son équipage se décimer progressivement. C’est le parfait équilibre entre ces trois contraintes qui en fait une BO mémorable, et je vais t’expliquer pourquoi.

Concernant le côté rétro, on peut se demander pourquoi Lucas Pope n’a pas choisi une bande-son en 8-bit, et ce qui lui a fait préférer les instruments à cordes. Il en parle justement dans une interview et nous explique qu’il craignait de trop tirer sur la corde de la nostalgie. D’autant qu’il tenait au doublage des personnages (pour jouer sur les accents et les intonations, amenant au passage une grosse dose de crédibilité et d’immersion à l’histoire). Une musique trop synthétique aurait certainement faussé le rendu final ! Par conséquent, il devait jongler entre le XIXème siècle (pour l’histoire) et les années 80 (pour le look), il aurait été dommage qu’une des époques prenne trop le pas sur l’autre. Pas de chiptunes donc, mais une orchestration épurée, claire et efficace qui rentre en parfaite cohésion avec la lisibilité des décors et la philosophie de ces graphismes monochromatiques.

Pour le deuxième critère, il faut s’intéresser au découpage de la BO, qui est extrêmement carré. L’histoire est divisée en dix chapitres, et chaque chapitre a son thème musical, ce qui aide à trouver ses repères dans les méandres de l’enquête et à ancrer les scènes fortes dans l’esprit du joueur. D’ailleurs, sous les vidéos de chacun des thèmes, on trouve des commentaires qui évoquent les épisodes concernés, les révélations marquantes et parfois même les phrases lancées par les personnages. Pas de doute, ce jeu reste gravé dans les mémoires et chaque morceau est étroitement lié aux images et aux événements qu’il accompagne. Note aussi que lorsqu’on consulte le livre, la musique s’interrompt : c’est un excellent choix de design, puisque c’est en général le moment où on parcourt la liste des passagers, où on tourne les pages frénétiquement et où on formule nos hypothèses.

Et enfin, il faut évidemment parler de l’ambiance installée par la musique de Return of the Obra Dinn. Là aussi c’est un sans faute, on s’imagine immédiatement sur le pont d’un bateau en pleine mer, dans un mélange d’aventure et de drame terrible selon les morceaux. Je pense que les instruments y sont pour beaucoup, que ce soient les violons ou les cloches, mais les rythmes ont également un rôle important à jouer. On a des silences, des temps saccadés et marqués fortement par les basses, un côté entraînant pour motiver les troupes avec parfois le tambour qui rappelle la cadence des rameurs (des ingrédients qu’on retrouve, par exemple, dans la BO de Pirates des Caraïbes !). Les moments de grâce surviennent lorsque la musique se colore d’un ton presque joyeux et plein d’espoir, ce qui offre un contraste saisissant avec ces images figées dans les pires moments de douleur et d’effroi. Je pense notamment à Soldiers of the Sea et à la deuxième moitié de The End, qui sont mes titres préférés.


Bref, tu l’as sans doute compris, je suis totalement sous le charme de cette BO. Dans un jeu qui cherche à proposer une expérience forte et marquante avec presqu’aucun dialogue et aucune animation visuelle, la musique a un rôle déterminant qu’elle remplit ici avec une incroyable justesse. La preuve, c’est que les joueurs ont besoin d’en parler, de partager leurs impressions, et qu’ils associent immédiatement dans leur esprit les mélodies et les événements les plus forts du scénario. La musique de Return of the Obra Dinn remplit son rôle haut la main, le cocktail des graphismes et du son est aussi fou qu’efficace, alors si tu n’as pas encore tenté cette enquête je t’invite vivement à te jeter à l’eau sans hésiter !


Coline Métrailler

Scientifique dans l’âme et lectrice compulsive, les jeux vidéo forment un excellent moyen de combiner mes différentes passions. J’achète tous les jeux qui contiennent des animaux mignons, des meurtres mystérieux ou des bruitages à la bouche… J’espère que tu gères les grands écarts !

6 Commentaires »

  1. J’ai tout écouté , les 3 OST jusqu’au bout, c’est ce que je pensais aussi Pirates des caraïbes et le jeu croisière pour un cadavre. Celui-ci et l’autre “bikes” on est obligé de les acheter sinon on se fait gronder ^^
    Pour le moment je suis dans la série Alien en film, et non je n’ai jamais vu ces films-là même si je connais de nom et je me pose une question après avoir vu Alien, le huitième passager de 1979 pourquoi la culotte de Sigourney Weaver, alors qu’elle est mince,est-elle si petite, je me pose la question, ce qui me rassure c’est qu’elle n’est pas morte et que tous les autres oui sauf le chat, elle a sauvé le chat et pourtant le pauvre il était mal, on l’a laissé tout seul à plusieurs reprise, mais lui il s’en tire bien.

    Et là tu as tout le monde qui va aller sur internet pour choper le film et voir si ce que je dis est vrai, c’est pratiquement à la fin du film. En tout cas c’est sûr ce n’est pas sa taille ^^.

    Demain je regarde Alien, the return peut-être aurais-je ma réponse ^^

  2. C’est passionnant de lire un article comme celui-ci ! La musique, ce n’est pas simple à analyser, et le ressenti joue beaucoup..mais rien que cette bande-son m’a donné envie de laisser sa chance à Return of the Obra Dinn ! (je vais devoir me faire une liste, j’oublie les jeux qui me font envie ici au fur et à mesure ^^’) J’aime énormément les sonorités. Et moi qui aime les univers maritimes, ça me séduit particulièrement, on se croirait vraiment en pleine mer… Bravo pour cet article (et si vous refaites des analyses ou sélections musicales en jeux vidéos, je les lirai avec grand plaisir !)

    • Oh merci !! Je suis entièrement d’accord avec toi, la musique réussit parfaitement à nous immerger dans une ambiance maritime. Et je t’encourage vivement à essayer ce jeu, je l’ai trouvé captivant !

      Merci pour les encouragements, c’est pas simple de faire des Gaming Tempo mais j’ai bien envie de retenter le coup 😀

Laisser un commentaire