Comme vous le savez, moi et Arnaud nous sommes rendus à La Nuit des Blogs la semaine dernière. Mais nous ne sommes pas dupes ! Nous nous doutions bien que l’événement avait été survendu par les organisateurs. Aussi avons-nous décidé de rester un jour de plus dans la capitale, très enthousiastes à l’idée d’assister à l’expo L’Art de DC : L’Aube des Super-Héros, laquelle se tient au Musée des Arts Ludiques, le long du très sympathique Quai d’Austerlitz. Organisée en collaboration avec Warner Bros, cette exposition s’adresse aussi bien aux néophytes qu’aux amoureux inconditionnels de DC Comics. D’ailleurs, on peut y observer pas loin de 300 œuvres diverses et variées. Enfilez vos caps, bottines et slips (ou culottes) et laissez-vous transporter ! Vous allez voir, le voyage en vaut réellement le détour !

L’Art de DC : le paradis des super-héros

L'Art de DC : L'Aube des Héros
Tous les costumes des super-héros sont présentés. J’en aurais bien volé un mais chui trop musclé !

Ticket en main (il nous aura valu 16,50 € l’enfoiré), nous quittons le hall et nous dirigeons, la mine mécontente, vers la porte d’entrée du musée. Très rapidement, nous plongeons dans la pénombre. Seule la lumière faiblarde émise par l’écran de nos audioguides parvient à transpercer la noirceur des lieux. Mais le salut arrive enfin lorsque, une fois atterris dans une immense pièce aux murs parsemés de planches de bandes dessinées, nous admirons la stature imposante de Superman dans son costume de super-héros. Vous l’aurez compris, l’exposition L’Art de DC : L’Aube des Super-Héros est construite autour de grands thèmes (ou personnages), qui sont au nombre de cinq. C’est Superman qui lance les débats ; il est suivi de près par le chevalier noir, Batman. Wonder Woman vient ajouter sa touche de féminité en milieu de visite avant que le spectateur ne sombre définitivement dans la folie en plongeant dans l’univers loufoque de Suicide Squad. La Justice League vient clore le tout. Un programme alléchant.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au fil de la visite, L’Art de DC : L’Aube des Super-Héros nous révèle tous les secrets autour de la mythologie de chaque personnage. Chaque costume, planche, artwork, statue est soigneusement commentée. Des extraits vidéos sont également diffusés sur des écrans plats répartis dans certains endroits stratégiques du musée, l’occasion de mieux comprendre le travail de réalisateurs tels que Zack Snyder et Christopher Nolan. Moi qui suis un gros fan de DC Comics (au sens figuré bien sûr, je suis beau et svelte) j’ai appris tout un tas de choses au sujet de chaque univers. J’ai également beaucoup apprécié les interprétations de certains penseurs qui ont tenté de déceler le mystère, la raison d’être de ces avatars ô combien charismatiques. Concernant Superman, Thibaut de Saint Maurice, professeur de philosophie au lycée Gustave Eiffel de Rueil-Malmaison (je ne sais pas où c’est), pense ce qui suit.

“Bien qu’il soit né sur la planète Krypton sous le nom de Kal-El, Superman a grandi et s’est adapté à la vie sur Terre en tant que Clark Kent. Il est à la fois Clark Kent l’amoureux transi de Loïs Lane et aussi Superman, son fantasme le plus passionné, il est enfin capable de changer le cours du monde et en même temps d’aider la police à arrêter des voleurs de quartier. Bref : il est tout aussi proche de nous qu’il est différent de nous. Superman ne choisit pas entre ses deux identités : il choisit de les vivre en même temps. Il assume cette dualité qui le traverse et devient ainsi une figure du surhomme telle que la pensait le philosophie Nietzsche. Pour Nietzsche, le surhomme ce n’est pas celui qui est plus fort que les autres et qui les domine, c’est d’abord celui qui est plus fort que lui-même et qui parvient à se dominer en assumant tous les personnages qui sont en lui et qui naissent au gré de ses désirs.”

Notre partie préférée : celle dédiée à Batman

L'Art de DC : L'Aube des Héros
Un jour, je le sais, je deviendrai Batman. Je suis déjà foncé de peau. Ça ne peut que marcher !

En tant qu’énorme fan de Batman (non, non, je le répète, je suis beau et svelte), j’ai passé un sacré bout de temps dans la partie du musée réservée à l’homme chauve-souris. Même le petit cœur d’Arnaud s’est mis à palpiter quand il s’est retrouvé nez-à-nez avec le costume de Catwoman dans Batman : Le Défi (1992). Il a carrément battu la chamade face aux accoutrements de Nygma, Double-Face et Freeze, lesquels furent utilisés pour le tournage de Batman et Robin (1997). Dans cette section très sombre du musée, les merveilles s’enchaînent : lithographies inédites, mannequins du Pingouin et d’autres méchants emblématiques de la saga culte de Bob Kane et Sheldon Moldoff. On notera que les véhicules de l’ensemble des films étaient également disposés sur scène : Batmobile, Batmoto et même Batvélo !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tandis que nous poursuivions la visite d’une allure guillerette, je fus épaté par l’aspect très logique de l’exposition. Chaque élément était savamment orchestré, si bien qu’il était impossible de perdre le fil. Les audioguides étaient d’ailleurs d’une grande aide et les explications on ne peut plus complètes. Qui plus est, ce suivi chronologique permet véritablement de développer un regard détaillé sur le travail monumental dissimulé derrière chaque personnage. Il faut dire que leurs péripéties se renouvèlent sans cesse au gré des innovations et nouvelles technologies. Plus qu’un simple recyclage, les super-héros font l’objet d’une mutation et s’adaptent à nos us et coutumes. Je suis sûr que Thibault de Saint Maurice aurait apprécié cette dernière phrase. Tiens, en parlant de lui, voilà ce qu’il pense de Batman.

“Batman nous sauve de l’obscurité qui s’abrite en chacun de nous. Parce qu’il nous montre que le noir et le gris ne sont pas que les couleurs de la corruption et du désespoir. Mais qu’elles peuvent aussi être celles de la justice et du salut. Batman nous apprend tout d’abord que pour lutter contre cette noirceur qui nous guette, rien de ne sert de l’inonder de la lumière de la justice et des couleurs de la vertu. Bruce Wayne, lui, choisit de faire de la nuit son alliée, il accepte la part d’ombre de son désir de vengeance de l’assassinat de ses parents, il affronte sa peur des chauve-souris, sa peur de la solitude et du rejet pour retourner cela comme des armes contre ceux qui prennent prétexte de cette obscurité pour asservir les hommes. C’est ainsi qu’il devient Batman, non pas en passant de l’ombre à la lumière mais en choisissant d’habiter le clair-obscur de la nuit.”

Wonder Woman, la Suicide Squad et la Justice League !

L'Art de DC : L'Aube des Héros
Le premier en partant de la gauche, c’est moi ! Oui, bon, j’ai oublié ma casquette… Ça arrive.

Si vous êtes autant fan de Batman que moi, l’analyse de ce bon vieux Thibault vous aura certainement ému. Et à priori, vous aurez même lâché une petite larme (ce n’est pas une blague) ! Pour nous remettre de nos émotions, L’Art de DC : L’Aube des Super-Héros a bien fait les choses : après Batou, c’est la séduisante Wonder Woman qui prend le relai. Et l’Amazone ne fait pas semblant ! La section qui lui est dédiée est aussi complète que les deux premières ! Pour être honnête avec vous, je ne connaissais pas grand chose de Wonder Woman… Aujourd’hui, je suis quasiment incollable la concernant ! J’ai beaucoup apprécié les dessins des costumes imaginés pour l’héroïne à travers le temps ainsi que la gigantesque toile représentant Gal Gadot dans sa tenue de justicière. D’ailleurs, quelle sublime actrice, vraiment !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La visite se termine par deux chapitres mettant en évidence les personnages de Suicide Squad, puis ceux de la Justice League. Contrairement à Joanne, j’avais beaucoup aimé le film de David Ayer. Mais je dois avouer que du moment qu’il y a Batman et quelques méchants balèzes et sexy, moi, ça me va. Ce n’est pas la partie de l’exposition que j’ai préféré. Cela est probablement dû au fait que trop de personnages étaient représentés dans un espace réduit. Reste qu’une pause devant les flingues d’Harley Quinn et du Joker est obligatoire. Les nombreux artworks exposés dans ce rayon en valent également le détour. J’espère que ce nouveau volet de Show devant ! vous a plu. On se retrouve bientôt pour un nouvel événement ! Lequel, je ne sais pas. Il va falloir vous montrer patients ! Bises !


Eric Lemattre

Élevé sur la planète Delta Orionis ZK-3.0, je suis venu sur Terre pour prêcher la vérité et sauver le genre humain. Susceptible mais costaud, je rends grâce à l’inventeur de la casquette. Oui, ce couvre-chef me va comme un gant !

12 Commentaires »

  1. Un compte-rendu super sympa à lire (j’adore ton humour LOL), très détaillé et documenté avec des images magnifiques ! Et surtout un ressenti personnel qui rend le tout encore plus intéressant. Voilà pourquoi JSUG aurait du remporté le 1er prix à la nuit des blogs. Je sais… J’ai pas fini de me plaindre mais bon voilà quoi, c’est la vérité, vous gérez grave tous les 4 !

    Tu ne t’es pas trop éternisé dans la section Justice League si j’ai bien compris ? C’est dommage j’aurai bien aimé voir ce qu’ils montraient dedans. Je viens d’apprendre que Arnaud a un faible pour catwoman c’est toujours bon à savoir ^^

    • Merci pour tout Bruno ! Non, j’y suis resté pas mal de temps quand même mais disons qu’il y avait moins de choses à y voir… Pour être honnête, je suis surtout allé à l’exposition pour Batman. C’est mon idole, le héros de toute ma jeunesse !

    • Et dis toi que nous avons même visité une autre expo avant celle-là. Invader, une expo Pixel Art plutôt dédiée aux enfants. Mais j’ai joué à Pac-Man avec des bambins et ça m’a bien fait rigoler ! Bises !

  2. Merci à toi pour ce compte rendu. J’aurais adoré pouvoir y aller (en étant si fan de comics et de Wonder Woman…) et je vois que j’ai manqué une superbe expo. Ah c’est jusqu’au 10 septembre visiblement ! Va falloir que je trouve un moyen de m’y rendre.

  3. Comme expo, au moins ici c’est intéressant, hormis le prix d’entrée, ils auraient pu fournir une paire de bat-chaussette pour les hivers rudes Mdr. Cela fait déjà un petit moment que j’aime bien Wonder Woman avec la chansonnette qui va avec, bien rétro. Les costumes, vus en photo, ils ont l’air superbe, c’est vrai que celui de Catwoman et très…je verrai bien une personne dedans hein mais vaut mieux rien dire sinon ce serait le coup de fouet assuré au derrière. Entre Superman et Batman, j’aimes aussi Batou, l’univers est plus fourni avec des vilains tous charismatiques, et en plus Poison Ivy, Harley Quinn qui rend le personnage du joker encore plus grand qu’il ne l’était à ses débuts, Batgirl j’aime bien aussi.

    • Il n’y a pas ce genre d’événements en Belgique, à Bruxelles par exemple ? J’avoue que ce n’est pas donné, mais tu sais, à Paris, tout est hors de prix. Joanne c’est cela ? Fais gaffe elle va sortir les griffes un de ces jours ^^. Oui je préfère moi aussi l’univers de Batman, c’est moins psycho-rigide que Superman. Tout est nuancé et les méchants sont aussi beaucoup plus attachants je trouve ! Il faut que tu partes à la recherche de ta Batgirl alors ! 😉

      • Peut-être qu’il y a cela en Belgique mais je ne saurais pas te le dire. La japan expo comme chez vous, ça oui je sais que chaque année cela se déroule.
        Aucun commentaire sur Catwoman, à aucun moment je n’ai suscité son prénom. Oui carrément les méchants sont attachants ce qui est ironique, j’aime bien l’histoire de M.. Freeze avec sa femme, c’est touchant.

  4. Merci pour la “visite guidée” de cette expo. Les parisiens ont bien de la chance. Avec un peu de chance du côté des provinciaux, on peut espérer la voir en province.

Laisser un commentaire