Cette chronique jeux vidéo est un article invité rédigé par Éléonore du blog Le Repaire des Livres.


BioShock est sans hésitation la franchise de jeux vidéo que je préfère. Mélange de fantastique et d’horreur, le tout saupoudré d’un peu de steampunk, BioShock a su déclencher en moi une passion pour le jeu vidéo d’horreur narratif. Mais s’ il y a un élément que je dois retenir de ces jeux vidéo, c’est un personnage en particulier qui fait son apparition dans BioShock Infinite. Et bien évidemment, il s’agit du personnage féminin Elizabeth. Il faut s’avoir que dans BioShock Infinite, nous incarnons Booker DeWitt, qui est engagé pour aller sauver une jeune femme enfermée dans une tour depuis sa naissance (cela ne vous rappelle pas quelque chose ?) à Colombia, une ville incroyable construite dans les airs. Si la ville est magnifique et semble parfaite aux premiers abords, on se rend vite compte que ce n’est qu’une image et que la mentalité des habitants n’est pas toute belle. Sans compter qu’un grand mystère entoure la jeune fille que l’on doit sauver.

Lorsque le personnage secondaire surpasse le personnage principal

Impossible de ne pas s’attacher à Elizabeth dès notre première rencontre avec elle. Naïve mais intelligente, très mystérieuse et en même temps adorable, Elizabeth est une jeune femme qui va nous accompagner durant tout le jeu et qui va nous aider à sortir de cette ville cauchemardesque. Mais si au premier abord, la jeune femme semble être un personnage compagnon, on comprend vite que l’histoire tourne principalement autour d’elle. BioShock Infinite, c’est principalement l’histoire d’Elizabeth, et Booker est clairement effacé pour laisser le beau rôle à la jeune femme. C’est elle qui mène la barque et tout tourne autour d’elle !

Elizabeth : plus qu’une héroïne inspirante, une vraie icône !

Elizabeth a marqué les esprits de nombreux fans, il suffit de voir le nombre incalculable de fan art à son effigie sur la toile. Et forcément, étant passionnée de dessin, j’ai moi même réalisé plusieurs portraits de cette héroïne qui est particulièrement jolie. L’avantage pour les artistes c’est qu’elle possède trois looks différents, son apparence évoluant au fur et à mesure qu’elle gagne en maturité. Lorsque l’on rencontre Elizabeth pour la première fois, c’est encore une jeune fille naïve portant une tenue assez enfantine. Vers la moitié du jeu, après plusieurs révélations et drames, elle change radicalement pour un style plus affirmé et steampunk, pour ensuite opter pour un look de femme fatale dans le DLC du jeu. Il y a donc de quoi faire en matière de fan art ! Pour ma part, j’ai un faible pour son deuxième look, qui est le plus représenté, car c’est celui qui fait le plus steampunk !

Elizabeth (BioShock Infinite)Je peux donc clairement affirmer qu’Elizabeth est MON personnage de jeu vidéo favori, il y a tellement à dire sur elle que je pourrais m’étaler sur de nombreuses pages ! C’est un personnage inspirant, intelligent, attachant et avec une histoire incroyable. Impossible de passer à côté !


Éléonore Besançon

Éléonore, en plus d’être l’une des lectrices les plus assidues de JSUG.com, est la fondatrice du blog Le Repaire des Livres. On peut dire que c’est une dévoreuse de livres… et de jeux vidéo !

5 Commentaires »

  1. Quel beau dessin franchement j’adore ça me donne envie de rejouer à bioshock infinite ! C’est génial de mettre en avant le travail des lecteurs de JSUG. Eléonore a tout d’une grande blogueuse (texte très sympa à lire). Bravo pour cette initiative et franchement chapeau l’ambiance de Noël sur le site on s’y croirait vraiment ^^

  2. J’ai moins aimé le 3ème épisode, mon préféré reste le premier sous l’eau, je trouvais l’ambiance plus magique pour ce jeu. Moins fanatique que certains sur ce titre, que j’ai parcouru tout de même, mais c’est vrai que le personnage d’Elizabeth est un personnage marquant. Puis il y a un côté rétro dans le jeu bioshock, elle ressemble a une pinup si on regarde la statuette que possède Eric.
    C’est vrai c’est toi qui as fait le dessin qu’on voit, tu dessines vraiment bien si c’est le tiens, en tableau sous-verre avec une signature, je le mettrai bien chez moi.

Laisser un commentaire