S’il y a un jeu vidéo que tout le monde (ou presque) attend de pied ferme, c’est bien Cyberpunk 2077. Personnellement, je fonde tous mes espoirs sur CD Projekt Red pour en faire le jeu de l’année, le fameux GOTY ! D’ailleurs, figurez-vous que j’ai eu la chance de découvrir le RPG le plus attendu de 2020 en avant-première. Enfin, façon de parler… Disons que j’ai surtout mis la main sur l’artbook officiel du jeu, baptisé Le Monde de Cyberpunk 2077. En plus de proposer un tas d’illustrations de type concept art, ce bouquin de 192 pages publié en France par Panini Books dans sa collection « Gamers » (au tarif de 35 €) est une mine d’or pour les futurs fans de la franchise. Allez, sans transition, je vous donne mon avis sur Le Monde de Cyberpunk 2077. C’est ma manière à moi de vous mettre l’eau à la bouche !

Direction Night City, en 2077, dans une dystopie comme aucune autre

Le Monde de Cyberpunk 2077 (The World of Cyberpunk 2077 en version originale), c’est un magnifique volume en couleurs au design ultra-soigné qui nous transporte avant l’heure dans la mégalopole futuriste de Night City, épicentre du nouvel action-RPG de CD Projekt Red. Très dense et complet (amateurs de lecture, vous allez être servis), Le Monde de Cyberpunk 2077 est la bible du jeu vidéo éponyme ; il révèle vraiment tout ce qu’il y a à savoir au sujet de son intrigue, de ses personnages et de son monde aussi vaste que complexe. L’organisation du livre est bien pensée. Il est décomposé en plusieurs chapitres magnifiquement illustrés. Ces derniers sont comme suit : Le monde moderne, La technologie de demain, Night City, Un aperçu de la société à Night City en 2077, Loi et désordre, enfin, Cyberpunks : edgerunners et mercenaires. De quoi nous immerger en profondeur dans les moindres aspects de Night City ainsi que dans un environnement qui épate de par son exceptionnelle richesse !

Tandis que Le Monde de Cyberpunk 2077 décrit les principaux éléments qui constituent le jeu tels que ses personnages, la ville de Night City, les armes, véhicules, gangs, agences de sécurité, corporations et j’en passe, la présentation est très romancée, ce qui donne l’impression de lire une nouvelle de science-fiction. Et j’adore ! En effet, c’est un média fictif indépendant, le Night City Inquirer, qui s’adresse à nous dans l’intégralité du bouquin, dénonçant le crime, la corruption et la pauvreté qui gangrènent le monde de Cyberpunk 2077. Je ne m’attendais pas à ce que le jeu soit une telle parodie (voire critique) de notre société actuelle, avec ses puissantes multinationales assoiffées de pouvoir et ses gouvernements cruels et impitoyables prêts à tout pour asseoir leur domination. En tout cas, le tout est vraiment très agréable à la lecture. On est tout de suite immergé dans l’univers de Cyberpunk 2077, et ce sans avoir à se forcer.

Le Monde de Cyberpunk 2077 : un artbook dont l’approche est géniale

C’est vraiment très appréciable de savoir qu’une fois que j’aurai le jeu en ma possession, je serai en mesure de bien appréhender son univers, de comprendre certaines des subtilités qui pourraient éventuellement m’échapper. Ça change de la méthode habituelle, dictée par l’indexation (en gros, le jeu qui nous impose une orientation précise alors qu’on le découvre, manette en main). Les quelque 200 pages que contient le livre sont captivantes, et je le répète, très bien illustrées. Il faut dire que Le Monde de Cyberpunk 2077 est saupoudré de publicités tirées du jeu (et ces dernières ont l’air mythiques).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour conclure, j’apprécie énormément l’approche de lecture qui nous est proposée, c’est pertinent et ça change des artbooks habituels ! De plus, on n’est à aucun moment spoilé sur le contenu du jeu. Et rien que pour cela, je dis bravo. Rendez-vous dans pas longtemps sur JSUG.com pour mon test du jeu !


Eric Lemattre

Élevé sur la planète Delta Orionis ZK-3.0, je suis venu sur Terre pour prêcher la vérité et sauver le genre humain. Susceptible mais costaud, je rends grâce à l’inventeur de la casquette. Oui, ce couvre-chef me va comme un gant !

13 Commentaires »

  1. Vu deus ex sur la ps4, j’imagine le jeu. C’est l’un des rare jeux qui explosent la rétine. J’ai jamais été attiré par la série deus, je ne sais pas pourquoi ça ne m’avais jamais emballé. Une fois le jeu débarqué sur le ps+ je l’avais essayé, et la première chose, c’est la beauté du jeu, supérieur, avec un univers propre et soigné. Alors pour cyberpunk je ne me fais pas trop de souci. Disons qu’il sera long à s’installer sur le disque dur. On peut s’attendre à une bonne durée de vie et en plus il y a des véhicules, là je me demande ce que ça va donner exactement.

    • Salut Stephane ! Je t’avoue que je n’ai jamais été attiré par Deus Ex. Mais je crois en effet que c’est une licence injustement boudée des joueurs. Le dernier Deus Ex est apparemment une pépite visuelle. Pour Cyberpunk 2077 je m’attends à une durée de vie très longue et sûrement à beaucoup de contenu additionnel. Carrément, les véhicules vont apporter beaucoup au jeu ! Il y a tout un chapitre sur les véhicules dans l’artbook et ça promet !!

  2. Il a l’air juste top cet artbook. Et vraiment original par rapport à ceux qu’on a l’habitude de trouver ! Je suis bien contente de voir aussi qu’il ne spoile pas. C’est hyper cool de voir que rien qu’avec ce livre, grâce à cette narration romancée, l’univers semble très bien respecter les engagements du cyberpunk en n’hésitant pas à tirer sur la société actuelle et les dérives futuristes imaginées ! Je pense me le prendre, en passant par ton lien en début d’article, une partie du prix est reversée à JSUG ?
    Merci pour cette belle présentation qui donne envie !:)

    • Salut ! Oui, en passant par les liens affiliés, un faible pourcentage de la vente nous est reversé 🙂 De rien, il fallait nécessairement que je vous en parle de ce fameux artbook 🙂 Non seulement il est sublime, mais il y a du texte, des choses à lire, et c’est tourné de façon très intéressante ! Rien à voir avec ce qui se fait habituellement, comme tu le fais remarquer.

  3. Il a l’air vraiment top cet artbook. Merci pour ce petit aperçu. Comme toi, j’attends le jeu avec beaucoup d’impatience. Cela étant, malgré toute ma confiance pour CDPR, je doute qu’il soit mon GOTY2020.

  4. Il me faut cet artbook ! Je suis impatient de découvrir le jeu (c’est l’un des rares que j’ai précommandé) et je suis prêt à le faire sur PS5 s’il le faut également !! Merci pour ce magnifique article Eric et pour ta présence malgré tes nombreuses responsabilités et occupations 😗 (artbook acheté via le lien affilié pour ma part 😉).

  5. Y’a trop de hype pour ce jeu, c’est plus possible, va falloir le sortir maintenant pour que je puisse voir à quoi ça ressemble à travers les revues des gens qui pourront y jouer (parce que moi, non)(je suis trop triste).

    Le cyberpunk futuriste bien déprimant mais coloré aux néons transhumanistes, ma passion.

  6. Je dois dire que ton avis donne envie ! Je te crois sur parole quand tu dis que ça ne spoile pas, mais est-ce que ça ne risque pas de gâcher la découverte des paysages, factions, etc ? Et pourtant, je comprends ton ressenti. Cela doit être un bon prologue afin de bien appréhender ce vaste univers une fois que nous aurons le jeu en mains. Vraiment hâte de tester Cyberpunk.

    • Salut Flo. À ta question je réponds “Non”. Les images de l’artbook sont principalement des concept arts du jeu. Et étant donné que le tout est romancé à la manière d’un livre, tu découvres le contexte du jeu dans une perspective différente. De plus, l’artbook n’a pas pour vocation d’être super exhaustif. Certes tu apprends des choses, mais tu ne sais rien de l’histoire ou du scénario de Cyberpunk 2077. Par contre, tu découvres le contexte historique du jeu, son lore, etc. C’est une délicieuse mise en bouche en effet 🙂

Laisser un commentaire