Dès la conclusion de Saints Row 4, les gameurs adeptes de la franchise couleur mauve ont exigé des développeurs Volition et Deep Silver qu’ils reviennent à ce qui fut la base même de ce jeu GTA-like : la guerre des gangs. Malheureusement, leur requête n’a jamais abouti ; le conglomérat implanté quelque part dans l’Illinois préfère la jouer silence radio, un prétexte pour inventer de nouveaux concepts adressés à un public somme toute juvénile car il faut bien admettre qu’une nouvelle génération de fans a repris le flambeau en cours de route. En conséquence, le concept original n’est désormais plus que poussière et les vieux de la vieille ont toutes les raisons d’être affligés. Sauf que, voilà, Volition a annoncé qu’un reboot sortirait dans un avenir proche. Les jeunes joueurs comme les plus anciens y trouveront-ils leur compte, ou bien la série continuera-t-elle à se métamorphoser en une coquille délirante, déjantée bien que totalement vide ?

Agents of Mayhem ? Mouais… Bof…

L’E3 2016 a apporté son lot de joie aux gameurs. Des titres perdus dans le néant ont soudain refait surface, enveloppés de cette drôle d’aura lumineuse qui caractérise les bons jeux. Mais pour d’autres joueurs, l’E3 fut symbole de déception et d’amertume. Les fans de la série Saints Row furent probablement les plus frustrés du lot et il faut les comprendre : jamais Volition et Deep Silver n’ont su faire mieux que les deux premiers softs et l’attente d’un retour aux sources se fait attendre jour après jour. Alors d’accord, le projet Agents of Mayhem a été dévoilé au grand jour mais les éternels fidèles au poste veulent-ils vraiment d’un jeu de tir reposant une nouvelle fois sur le phénomène « super-héros », un jeu conçu à partir de matériaux recyclés – un petit peu comme les films Nouveau Western qui ont pendant plusieurs années sévi au cinéma, d’ailleurs, tout le monde en avait ras-le-bol –, bref, le type de jeu qui montre à quel point l’industrie vidéoludique est en manque d’inventivité ?

Mes mots sont peut-être durs, et je peux comprendre les intentions de Deep Silver Volition dans la mesure où l’entreprise cherche à réunir anciens et jeunes joueurs autour d’un projet inspiré par un assortiment de thèmes pop-culture impliquant des justiciers masqués, des héros de bande dessinée et diverses icônes qui trônaient le matin sur les postes de télévision de nos joyeux chérubins, mais honnêtement, en regardant la bande annonce d’Agents of Mayhem, à quel moment vous êtes-vous dit « Ouah, super idée ! Ce jeu est une tuerie ! Et puis surtout, c’est tout nouveau, j’ai jamais vu ça avant ! » ? Soyez franc, jamais. Pourquoi ? Parce qu’Agents of Mayhem sent Overwatch à plein nez.

Le terrible aveu de faiblesse de Volition

Qu’on se le dise, Volition a perdu foi en son projet initial, le vrai Saints Row. Alors certes, beaucoup considérait la franchise comme un GTA low-cost, mais les premiers Saints Row se démarquaient tout de même par leur ambiance réellement unique. C’était la marque de fabrique de la franchise bon sang ! Mais après toutes ces années, où a-t-elle bien pu passer ? Saints Row, ça n’a jamais été exceptionnel niveau gameplay, par contre, la série arrivait à se distinguer des autres jeux dans un marché complètement saturé par des justiciers en tous genres : Watch_Dogs, Infamous, Lego Marvel, Batman, Teenage Mutant Ninja Turtles, Spider-Man, des justiciers, on en bouffe tous les matins au petit déjeuner. Vous qui me suivez sur Je suis un gameur.com depuis le début, vous savez bien que les vengeurs, au fond, j’adore ça. Je regrette simplement que Volition et Deep Silver n’aient pas continué sur cette voie qui était la leur. Après tout, il n’y a sûrement pas de personnage plus unique que ce cher Johnny Gat, le genre de protagoniste qui semble aujourd’hui exclu du paysage vidéoludique. Oui, je vous le dis les amis, cela en est probablement fini de Saints Row.


Eric Lemattre

Élevé sur la planète Delta Orionis ZK-3.0, je suis venu sur Terre pour prêcher la vérité et sauver le genre humain. Susceptible mais costaud, je rends grâce à l’inventeur de la casquette. Oui, ce couvre-chef me va comme un gant !

6 Commentaires »

  1. Agents of Mayhem… je me suis étouffé avec mon café quand j’ai vu la bande annonce à l’E3 tant la licence c’est perdu dans le générique bas de gamme.

    Je me reconnais dans ton billet. Dernièrement à l’occasion du PS+ j’ai pu tester le stand alone de “gat out of hell” et… c’est mauvais. J’étais déjà échaudé par le 4 qui perd son statut de “GTA-like” au profit du genre Prototype/Infamous. Pour moi c’est plus à une volonté des développeurs et de l’éditeur de se démarquer du mastodonte GTA pour pouvoir exister, mais en partant beaucoup trop loin de l’ADN de la série. Cependant, je ne serais pas aussi catégorique sur sur le 3eme volet, que je trouve être le plus complet de la série.

  2. C’est vrai qu’au fil du temps ils ont voulu moderniser leur jeu mais en oubliant la thématique principale qui réside autour du jeu et ce depuis le premier opus… Comme son nom l’indique “Saints” qui est l’appellation d’un gang, le fait de pourchasser des aliens tout nu en volant et dans une matrice s’éloigne un peu trop du concept d’origine, en voulant innover ils ont tout simplement perdu l’identité de leur jeu. Dommage…

    • Salut irokman et merci pour ton commentaire sur le blog. Oui, Saints Row s’est détourné de son essence première, a perdu son âme en quelque sorte. C’est bien dommage mais c’est comme ça. Je doute que les choses changent un jour. Je suis en train de me dire qu’un jeu comme Mafia par exemple, ne s’est jamais détourné de sa voie ; c’est tout l’inverse de Saints Row…

Laisser un commentaire