Bon, on ne va pas y aller par quatre chemins, on est tous au courant qu’on vit une période extrêmement bizarre, incertaine et riche en chamboulements de toutes sortes. Je ne sais pas si tu es confiné, en télétravail ou au front, mais tu dois certainement avoir besoin de laisser ton esprit s’évader quelques heures par jour ! En tout cas, c’est ce que je recherche ces temps-ci : de longs jeux indé, bien immersifs, pour évacuer mon stress et sortir virtuellement de mon canapé.

Les jeux indé aussi peuvent être longs et immersifs !

Je sais bien que la scène AAA est idéale pour ça, avec des licences à gros budget et des graphismes époustouflants, et je comprends très bien ceux qui décident de passer leurs journées sur GTA (pour faire plein de trucs interdits, genre sortir dans la rue) ou sur Animal Crossing (pour la même raison, mais en plus mignon). Mais voilà, de mon côté, j’ai la casquette « jeux indé », et je vais me faire un plaisir de te rappeler que, chez les indépendants aussi, on peut trouver des univers dépaysants, très immersifs, originaux, et s’offrir de longues heures de plaisir à prix doux.


1. Hollow Knight

(PC, Mac, PS4, Xbox One, Switch – 2017)

L’exemple parfait de jeu indé très long et franchement immersif, c’est évidemment Hollow Knight (et j’ai bien l’impression d’enfoncer des portes ouvertes en te disant ça, parce que je suis probablement une des dernières personnes sur Terre à avoir découvert ce jeu, si j’en crois la communauté de folie qui s’est créée autour de l’univers de Hollow Knight). Je m’y suis mise en début d’année, et j’ai cumulé un peu plus de soixante heures dessus, sans pour autant avoir fait le tour des boss et des défis (mais je l’ai quand même bien nettoyé). Il s’agit d’un jeu de plateforme type Metroidvania gigantesque, avec une large panoplie de boss plutôt techniques, un univers étoffé et différents objets à collecter pour augmenter sa puissance et ses aptitudes. 

Ce jeu est tout simplement brillant à tous les niveaux. Punitif mais pas trop, avec une belle courbe de progression dans la difficulté, un gameplay précis, une identité visuelle inimitable et une bande-son très soignée, tout est réglé au millimètre pour offrir aux joueurs la meilleure expérience possible. Si tu voulais de l’évasion, je te garantis que tu vas en trouver ! Personnellement, la partie qui m’a le plus éclatée était l’exploration des différentes maps, qui se dévoilent progressivement et qui semblent ne jamais avoir de fin. Bref, je ne saurais trop recommander ce jeu indé de très grande qualité. D’ailleurs, Team Cherry est en train de préparer une suite très attendue des fans, on n’a pas encore de date de sortie annoncée mais je serai évidemment au rendez-vous et j’ai hâte de voir ça !

À voir aussi :

Supraland (PC – 2018) : piqûre de rappel pour cet autre Metroidvania de qualité, dont la suite est également en préparation !


2. The Dream Machine

(PC, Mac – 2010)

À l’origine, je pensais garder ce jeu sous le coude pour un bric-à-brac sur les graphismes faits à la main. Mais à circonstances exceptionnelles, mesures exceptionnelles : ce jeu fait partie de mes Point’n click chouchous de la scène indé. Je voulais varier les genres dans cette sélection, et il se trouve qu’il a une excellente durée de vie dans sa catégorie (j’y ai passé environ quatorze heures à travers les six épisodes). Alors je le sors de ma manche aujourd’hui, et j’espère qu’il va attirer ton attention parce qu’il est vraiment unique en son genre !

The Dream Machine, donc, c’est un projet totalement fou du studio suédois Cockroach Inc. (dont je t’ai déjà parlé puisqu’ils ont prévu de sortir The Gateway Trilogy dans quelques jours et qu’il fait partie de mes attentes pour 2020), un vaste Point’n click construit à la main, avec de l’argile, du carton et une foule d’autres objets, au scénario épisodique de grande qualité. L’ambiance oscille entre onirisme et moments carrément malsains, les puzzles se complexifient progressivement, on s’enlise dans ces différentes strates de réalité et j’ai été totalement hypnotisée par l’aura toute particulière qui se dégage de ce jeu. Je préfère ne pas le décortiquer davantage, mais si tu cherches une expérience différente et captivante, tu es au bon endroit.

À voir aussi :

Tales from the Borderlands (PC, Mac, PS4, Xbox One – 2014) : comme tout le catalogue Telltale, un Point’n click bien immersif comme on les aime !


3. Night in the Woods

(PC, Mac, PS4, Switch, Mobile – 2017)

Night in the Woods : encore un jeu qui m’a bluffée pour la puissance de sa narration et la façon dont ce village semble prendre vie à l’écran. J’y ai passé une douzaine d’heures il y a environ deux ans, mais j’ai encore énormément de souvenirs de ce titre aussi lumineux que mélancolique, et il a su toucher une grande communauté de joueurs à travers le monde en abordant des thèmes sombres avec beaucoup de délicatesse. 

Là aussi, l’immersion du joueur est grandement facilitée par une direction artistique soignée et originale. Mais je crois que ce qui rend ce jeu aussi touchant et unique, c’est l’émotivité et la sensibilité qui se dégagent de l’écriture et des personnages. Je me suis vraiment attachée aux différents protagonistes, et j’ai adoré errer dans les rues de Possum Springs, pour essayer de débloquer chaque dialogue, d’échanger avec le plus de gens possible et de faire avancer l’histoire sans arriver trop vite à la fin. Ce jeu te sortira de ton quotidien pour te plonger dans celui de Mae, de sa dépression, de son village sur le déclin, et la beauté qui se dégage de ce cadre pourtant mal engagé est simplement fascinante.

À voir aussi :

Life is Strange (PC, Mac, PS4, Xbox One, Mobile – 2015) : un classique qu’on ne présente plus, c’est peut-être l’occasion de t’y replonger !


4. Celeste

(PC, Mac, PS4, Xbox One, Switch – 2018)

Dernier jeu mais pas des moindres, il fallait bien que je te parle de Celeste (même s’il y a aussi de fortes chances que ce titre ne te soit pas inconnu). Comme pour Hollow Knight, je l’ai découvert bien après tout le monde, et j’ai été bluffée par ses nombreuses qualités. C’est un jeu de plateforme de chez Matt Makes Games en pixel art (qui aurait largement eu sa place dans mon précédent bric-à-brac) qui allie gameplay brillant et scénario émouvant. Je dirais même mieux : c’est un de ces jeux qui mettent véritablement le gameplay au service du scénario, et j’ai rarement vu façon plus élégante d’exécuter cet exercice.

En clair, tu diriges une jeune fille qui tente de gravir une montagne. À mesure que les tableaux se succèdent et que la difficulté augmente, tu comprends que cette montagne sert de métaphore à la dépression que subit l’héroïne. Et là où on frôle le génie, c’est dans les émotions que le jeu te provoque : toute la frustration que tu accumules (à force de tomber dans le vide et de refaire en boucle les passages les plus costauds, en sachant que les prochains seront pires) fait écho au combat que ton personnage mène pour sortir la tête de l’eau. C’est puissant, c’est beau, c’est une expérience marquante et une vraie leçon de game design. J’y ai passé plus de dix heures en ignorant superbement tous les items un peu difficiles à attraper (parce que je n’ai aucune persévérance pour ce genre de choses), il y a donc largement moyen d’en passer le triple si tu veux tout collecter. Celeste, un autre jeu indé long et immersif qui t’occupera l’esprit un certain temps !

À voir aussi :

Dust: An Elysian Tail (PC, PS4, Xbox 360, Switch – 2012) : un autre jeu de plateforme très sympathique et plutôt long, avec des ennemis à la pelle pour te défouler !


Et voilà, quatre nouveaux jeux indépendants à rajouter à la liste (qui s’allonge, mine de rien) des titres incontournables selon moi. Cette fois-ci, j’ai évoqué des jeux plus connus et plébiscités que d’habitude, mais c’est l’occasion de te donner l’élan si par hasard tu ne les as pas encore testés ! J’espère en tout cas qu’ils te permettront de t’évader un peu, et que tu vas te laisser captiver par leurs univers marquants. Si tu as d’autres jeux indé longs et immersifs à recommander, n’hésite surtout pas à les partager dans les commentaires, je crois qu’on n’en aura jamais trop !


Coline Métrailler

Scientifique dans l’âme et lectrice compulsive, les jeux vidéo forment un excellent moyen de combiner mes différentes passions. J’achète tous les jeux qui contiennent des animaux mignons, des meurtres mystérieux ou des bruitages à la bouche… J’espère que tu gères les grands écarts !

10 Commentaires »

  1. Une jolie et éclectique sélection. Et ça me fait penser qu’il faudrait que je refasse Night in the woods (ce grand ‘petit’ jeu de l’amour) puisqu’il y a eu une mise à jour depuis que je l’ai découvert avec du nouveau contenu.

    Et je confirme que pour se changer les idées avec fun, Tales from The Borderlands c’est le top (meilleur jeu Telltale avec The Wolf Among Us).

  2. Ah pourtant je t’en avais dis quelques mots sur Hollow Knight et céleste. Tu as mis 60 heures, pourtant il me semble que c’est 30 heures. Tu as eu du mal à le faire ? tu as l’air de dire que non …t’es certaine de ne pas avoir galéré ? ^^

    Tales from The Bordelands, je l’ai fait aussi, mais je trouve qu’il y a trop de blabla même si c’est ce genre-là, Même The Wolf Among Us j’ai pas trouvé ça super extraordinaire, pour moi cela reste du jeu moyen.

    La saison 1 surtout et la 2 de walking dead pratiquement sont ce que Telltale ont fait de mieux. Il me semble les avoir tous fait. Disons que les choix n’en sont pas et c’est bien ça qui a gâché leur jeux. Sans compter le choix des couleurs dans les textes …si c’est bien de ces jeux là que vous parlez tous les deux ^^.

    Je ne sais pas s’il est long , tu as Axium Verge(Metroidvania). J’ai oublié son nom mais c’est en hommage à Lotus esprit turbo challenge et à d’autres jeux de l’époque, on l’a eu sur le ps+ il y a énormément de circuits et de voitures, il est long, je l’ai platiné…il était super sympa. Il faut que je regarde sur ma console parce j’ai oublié ^^

    Regardes tu as tout le temps de lire des livres, c’est grave en Suisse ? on ne parle pas beaucoup de vous à la Tv ?

    Sur ce moi je m’en vais lire un peu ^^

    • Eh oui, c’est juste que j’ai beaucoup trop de jeux dans ma bibliothèque Steam 🙂

      Haha j’ai un peu galéré au début, mais j’ai du mal à croire qu’on peut finir le jeu de base et toutes les extensions en 30 heures sans passer à côté de certains trucs. Dans tous les cas, une bonne partie du plaisir vient de l’exploration, et ce serait dommage de rusher ça !

      Alors oui forcément les Telltale c’est très narratif et avec des choix qui ont peu d’impact, il faut savoir dans quoi on se lance si on veut apprécier (et ça ne convient pas à tout le monde).

      Je connaissais pas Axiom Verge, les graphismes ont l’air cool !

      Il y a pas mal de cas pour le nombre d’habitants en Suisse oui, c’est le problème d’avoir beaucoup de gens sur peu de surface. Je me demande comment sera le pays quand on en sortira..

      Ah cool, profite de lire, je vais faire pareil !

  3. Salut Coline merci pour cette belle chronique jeux indé ! Hollow Knight est une référence mais je l’ai trouvé super dur perso… Un jeu indé magnifique que je te recommande avec du challenge et une bonne durée de vie c’est Cuphead ?.

    Le confinement a du bon, au moins on peut faire semblant de travailler et jouer à la place ??

    • Haha alors moi justement je craignais de faire Cuphead parce que j’avais entendu qu’il était très dur… Comme quoi ! Faudra quand même que je me lance 😉

      Hahaha moi je fais jamais ça voyons, de toute façon j’aime pas les jeux vidéo. 😀

  4. Merci pour cette belle sélection Coline ! Tu me fais découvrir Night in the woods, qui de base ne m’attirait pas avec son esthétique, mais tu en fais une superbe accroche, alors c’est possible que je change d’avis ! Et quelle curiosité ça doit être, The dream machine…dommage que ce ne soit que sur PC. Ça montre à quel point les directions artistiques peuvent être folles d’inventivité !

    • C’est vrai que les graphismes ne sont pas forcément ce qui m’a attirée en premier chez Night in the Woods ! Mais les fans avaient l’air si passionnés par rapport à l’ambiance et l’histoire que je n’ai pas pu résister ?

      Oui, c’est vraiment un pur point’n click, difficile à porter sur d’autres plateformes en restant agréable à jouer je pense. Mais un sacré jeu, ça c’est sûr !

  5. Merciiii Coline pour toutes ces info….je vais avoir le choix dès que j’aurai fini d’être horriblement surbookée que J’AI PAS LE TEMPS DE JOUER en ce moment ????Bisouxxx de Mamijo

Laisser un commentaire